Éco-Business

Une success story 100% marocaine

L’entreprise a misé sur une stratégie de diversification pour une meilleure rentabilité. Une stratégie qui a porté ses fruits et qui a assuré 20 ans de succès au site, malgré toutes les embûches.

Le laboratoire pharmaceutique Saham Pharma a fêté samedi dernier son 20e anniversaire. Que de chemin parcouru pour cette aventure qui a débuté en pleine crise de 1989 à Ain Aouda, à 20 km de Rabat. À l’époque, la région était presque déserte, n’offrant pas la moindre commodité pour un projet aussi ambitieux. Sur un ton tantôt émouvant, tantôt amusé, Younouss Elalamy, directeur général de Saham Pharma, projections de photos à l’appui, est revenu sur l’histoire mouvementée d’un projet qui n’a pas été un long fleuve tranquille. Ali Sedrati, pionnier du projet en a vu de ce qu’il a qualifié « d’accidents » tout au long de la création du laboratoire des années durant jusqu’à son inauguration officielle en juillet 1998.


Devant plus d’une centaine de collaborateurs, il a parlé, non sans anecdotes, des multiples arrêts de chantiers dont le site faisait l’objet de la part des autorités. Il a fallu beaucoup de patience et un combat de plusieurs années pour convaincre de l’innocuité environnementale du laboratoire. Les blocages persistaient, rappelait Sedrati malgré un document officiel de LPEE attestant de l’absence d’impact négatif sur l’environnement. C’est pour montrer les difficultés qui entouraient l’acte d’entreprendre à l’époque.

Depuis 5 ans, l’arrivée du groupe Saham fut considérée comme une consécration. En mars 2011, le groupe Saham a acquis la société GSK Maroc, filiale du groupe international GlaxoSmithKline. Une transition en douceur qui a vite dissipé les craintes de l’équipe historique. «Ce sont les personnes qui font une entreprise», ajoutait Younouss Elalamy, qui croit dur comme fer à l’apport personnel de tout un chacun. En témoignent d’ailleurs les employés du labo qui ont pris la parole pour exprimer la même satisfaction que lors des premiers jours. Toutefois, la rentabilité n’a pas toujours été au rendez-vous. Après une perte de 5,7 MDH en 2013, la filiale pharmaceutique du groupe table désormais sur la diversification des produits et des marchés pour renouer avec la performance.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page