Éco-Business

Royal Air Maroc : L’ouverture du capital sera tranchée en 2017

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

La compagnie marocaine attendra la finalisation de sa nouvelle stratégie en cours d’élaboration. Celle-ci devrait être prête au début 2017. Pour le management de RAM, l’ouverture du capital n’est qu’une option parmi d’autres et le choix définitif devra être tranché par le gouvernement.

Aucune ouverture de capital de Royal Air Maroc (RAM) n’est prévue pour le moment. Le message lancé, lors de la conférence de clôture de la 49e assemblée générale de l’organisation des transporteurs aériens arabes (AACO) tenue mardi dernier à Casablanca, par le PDG de RAM, Abdelhamid Addou, se veut clair. Dans une récente sortie médiatique, la compagnie aérienne Qatar Airways avait exprimé son intérêt d’investir dans le développement de la compagnie nationale. Le PDG du groupe qatari, Akbar Al Baker, avait toutefois affirmé qu’il fallait encore attendre le feu vert de RAM et du gouvernement marocain. Pour Addou, il va falloir s’armer de patience jusqu’au début de l’année 2017. «Nous préparons toujours notre nouvelle stratégie qui mettra en avant le marché que nous sommes censés adresser et son potentiel ainsi que les moyens que nous devrions y investir».


Dans ce sens, le PDG de RAM explique que l’ouverture du capital pourrait être l’un des outils exploités. La compagnie a, depuis quelques temps déjà, établi des partenariats avec de grandes compagnies aériennes dont Qatar airways. Il s’agit d’explorer les alternatives à des investissements lourds nécessaires au développement de ladite compagnie. «Aujourd’hui, nous ne pouvons pas répondre à la demande de Qatar Airways pour une raison très simple, c’est que la stratégie n’est pas encore finalisée», tranche Addou. L’étude démarrée en septembre ne devrait pas être prête avant janvier ou février prochains. «Maintenant, il faut rester calme et finir notre vision pour déterminer l’avenir de la compagnie», précise le n°1 de RAM. Une fois cette vision prête, le management de la compagnie devra la soumettre à l’approbation du gouvernement qui devra choisir les solutions les plus adaptées. «Nous sommes très fiers de voir nos partenaires de Qatar Airways exprimer leur intérêt, cela prouve que la compagnie est en bonne état, que nos performances sont bonnes, ce qui reste assez exceptionnel dans la région», vante Addou.

En effet, RAM a enregistré une année 2015 prolifique réalisant une croissance de plus de 10% de son trafic avec un taux de remplissage de 69% et des améliorations notables vers ses marchés traditionnels en Europe (+11%) et en Afrique (+14%). Parallèlement, RAM a poursuivi l’effort de renouvellement et de modernisation de sa flotte. En 2016, deux appareils B.787 Dreamliner ont rejoint sa flotte. Royal Air Maroc dispose aujourd’hui de quatre B.787 Dreamliner, le cinquième étant prévu fin 2016. La compagnie a par ailleurs lancé quatre nouvelles routes aériennes long-courrier : Nairobi, Rio de Janeiro, Médine et Washington.

D’autres routes aériennes ont été ouvertes en cette année 2016 telles Casablanca-Turin, Casablanca-Venise, Dakhla-Las Palmas, Laâyoune-Las Palmas. Royal Air Maroc a également établi une nouvelle base à Rabat, y positionnant un deuxième avion de type Boeing 737-800 de 160 sièges. La compagnie a lancé quatre nouvelles dessertes reliant la capitale du royaume à Bruxelles, Madrid, Londres et Marseille. Chaque liaison est opérée à raison de trois fréquences par semaine.


Le transport aérien arabe en bonne forme
Bonne moisson pour le secteur aérien dans les pays arabes en 2015. La 49e assemblée générale de l’AACO a permis de faire le point sur l’évolution du marché de l’aérien dans les pays membres de l’organisation. À en croire l’AACO, le secteur a connu une croissance de 5,3% en 2015 en comparaison avec 2014, atteignant 258 millions de passagers. Le nombre des passagers utilisant les aéroports des pays arabes a atteint 324,8 millions de personnes, soit une hausse de 8,8%. Le mouvement des frets s’est inscrit pour sa part en hausse de 11,6% avec 7,31 millions de tonnes de marchandises. Selon les experts de l’association, le marché devrait toutefois se contracter en 2016. «L’année en cours sera également une année de croissance mais pas autant que 2015. Il faut noter qu’il s’agit d’une tendance mondiale qui ne concerne pas seulement le monde arabe», précise Abdel Wahab Teffaha, secrétaire général de l’AACO. 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page