Éco-Business

Ressources naturelles : la conjoncture favorise l’Afrique

Après le Covid-19, le monde fait face à une autre perturbation : la guerre en Ukraine. Sur le continent, ce conflit se répercute par une flambée des prix des denrées de base, mais pourrait, à terme, favoriser les pays africains exportateurs d’hydrocarbures. Analyse… 

C’est bien elles qui tirent encore la croissance africaine. Les ressources naturelles constituent la principale rente sur laquelle reposent les progrès économiques du continent. En 2022, la Banque Mondiale prévoit, par exemple, une progression de 3,6% du PIB en Afrique subsaharienne. Une reprise, certes, en deçà des attentes mais qui permet de confirmer la relance après le choc du covid. Et dans cette reprise, on doit beaucoup aux économies qui commercialisent des ressources naturelles.

«La croissance des pays exportateurs de produits de base non pétroliers a bénéficié de la hausse des prix des métaux et des denrées alimentaires», note l’institution de Bretton Woods, qui n’avait toutefois pas anticipé la crise ukrainienne et ses perturbations majeures.

Accélérer le gazoduc
Si, pour l’heure, la guerre en Ukraine se répercute par une montée de l’inflation, notamment des prix des denrées alimentaires, les pays africains producteurs et exportateurs d’hydrocarbures pourraient réaliser, à terme, de bonnes affaires, en raison de l’embargo occidental sur le gaz russe.

C’est, notamment, le cas pour le Nigeria, mais aussi la Tanzanie, l’Algérie, l’Angola ou encore le Sénégal, qui prévoit d’entamer sa production de gaz et de pétrole dans moins de deux ans. D’ailleurs, c’est l’occasion, selon de nombreux observateurs, d’accélérer la concrétisation tant attendue du gazoduc ouest africain, qui reliera le Maroc au Nigeria, avant de déboucher en Europe. Car le contexte actuel de tensions entre la Russie et les pays occidentaux va sûrement obliger ces derniers à se tourner vers de nouvelles sources d’approvisionnement.

Autre ressource dont les prix montent en flèche actuellement, en raison toujours des tensions en Europe, c’est bien les engrais et les phosphates, dont le Maroc est le principal producteur et exportateur mondial.

Transformation

Ce contexte de tensions, favorable à terme aux matières premières africaines, pousse de nombreux analystes à insister sur la transformation locale des ressources du continent. C’est, en tout cas, l’avis de Paul Francis Nathanaël Tonye, juriste-conseil, expert en Droit des ressources naturelles :

«Le continent africain doit résolument changer de cap économique et être plus indépendants vis-à-vis de ces grandes puissances commerciales en transformant lui-même ses richesses. L’Afrique doit créer des usines de transformation des matières premières en vue d’accroître les richesses le développement des pays hôtes.».

Au-delà de la lancinante question de la transformation, se pose celle de la maîtrise des chaines de valeurs et surtout des flux maritimes. Sur ce point également, il y a encore d’importants efforts à fournir, tant l’activité portuaire et le transport maritime mondial sont concentrés entre les mains d’alliances euro-asiatiques qui dictent leur loi, comme en témoigne la flambée historique du fret maritime en 2021.

Gaz : 2,7 millions de barils à l’horizon 2030

La production africaine de gaz naturel devrait passer de 1,3 million de barils équivalents pétrole (bep) par jour actuellement à 2,7 millions de bep par jour en 2030. Une embellie qui devrait être portée par les vastes ressources inexploitées à travers le continent. C’est ce que révèle une analyse publiée par Rystad Energy, un cabinet norvégien de données sur les marchés des ressources naturelles.

Au regard des investissements en cours et de l’intérêt des compagnies du secteur, Rystad estime que le gaz en eaux profondes devrait représenter une grande part de cette amélioration de la production totale. En Afrique, la production gazière en eaux profondes ne représente que 9% de la production gazière totale du continent et devrait atteindre 38 % à la fin de la décennie.

Le gaz provenant des réserves terrestres et de celles du plateau continental augmentera d’ici 2035 et contribuera pour environ 46% aux 4 millions de la production totale bep, attendus à cette échéance.

Abdellah Benahmed / Les Inspirations ÉCO

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page