Éco-Business

Quand les MRE sauvent l’économie

À l’occasion de la Journée internationale des migrants, zoom sur le rôle des Marocains du monde (ou MRE) dans le développement économique du pays.

65,4 MMDH. C’est le montant des transferts des Marocains du monde (MdM) ou MRE vers leur pays d’origine en 2017. Des recettes dépassant celles du tourisme, ou encore l’Aide public au développement (APD) reçue par le Maroc durant la même année. La contribution des MdM au développement et surtout au soutien des ménages au royaume n’est plus à prouver. Ces transferts représentent 6,7% du PIB marocain. Après la reprise économique dans la zone euro, les transferts des MdM ont repris un trend haussier. Depuis 2014, ces transferts ont connu une évolution de plus de 4%. Ces transferts ont évolué de 5,7% entre 2016 et 2017. Ces chiffres permettent au Maroc d’être dans le Top 3 des pays de la région MENA en termes de transferts de leur diaspora, selon les données de la Banque mondiale. Le premier pays est l’Égypte (20 milliards de dollars), suivi du Liban (8 milliards de dollars) puis du Maroc (7,5 milliards de dollars). En Afrique, le Maroc arrive troisième après le Nigeria (22 milliards de dollars) et l’Égypte. Les MdM continuent aussi à se rendre en masse dans leur pays d’origine. 5,4 millions de Marocains vivant à l’étranger ont fait le déplacement depuis leur pays de résidence en 2017. Un chiffre en progression de 4,9% en une année, s’inscrivant dans la tendance constatée depuis 2014. Pour fidéliser ces Marocains, nombre d’institutions (ministère des MRE, Conseil de la communauté marocaine à l’étranger – CCME et Fondation Hassan II), dotées de nombreux programmes, sont mobilisées à cet effet. Le bilan de ces actions n’est pas toujours probant.


Des initiatives pour fidéliser les MdM
«Une attention particulière est accordée aux nouvelles générations pour prévenir les risques de rupture de leurs liens avec leur pays d’origine», indique le gouvernement dans sa note de présentation de LF 2019. Cette attention se traduit par un programme à triple dimension : culturelle, sociale et cultuelle. Ces actions ont fait l’objet d’une sévère évaluation de la Cour des comptes, notamment dans la gestion des Maisons du Maroc. Dans ce sens, le gouvernement prévoit pour 2019 «l’amélioration du fonctionnement de ces centres culturels dans les pays d’accueil», l’amélioration et la multiplication des actions d’animation culturelle, la création de délégations régionales du ministère des MRE et des affaires de la migration au Maroc et la multiplication des partenariats avec les associations de la diaspora. D’un autre côté, le ministère poursuit son action de mobilisation des compétences marocaines basées à l’étranger à travers son concept de «13e région». De nombreux forums répartis selon les régions d’installation des MRE ou leur profession ont été organisés pour mobiliser les compétences. Cette nouvelle région, lancée par le département de Benatiq et la Confédération générale des entreprises du Maroc, constitue une plateforme d’échange entre entrepreneurs d’origine marocaine installés à l’étranger et leurs homologues opérant au Maroc. Cette région vise à encourager les chefs d’entreprise marocains résidant à l’international à investir dans leur pays d’origine et à faciliter, grâce à eux, le développement des échanges économiques entre le royaume et l’étranger. 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page