Éco-Business

Produits énergétiques : la consommation des carburants baisse !

Depuis janvier 2022, les recettes de la TIC, collectées sur les produits énergétiques, sont en baisse par rapport à l’an dernier. Donc, les volumes écoulés aussi. Qu’est-ce qui explique cette tendance ? 

Les ventes de carburants par les distributeurs baissent au Maroc ! L’information pourrait en surprendre plus d’un, mais elle est vérifiable par l’analyse des statistiques des finances publiques de la Trésorerie générale du Royaume (TGR). À la différence de la TVA, la TIC est fixe dans la structure de prix des carburants qui nous sont servis à la pompe quelle que soit la variation des prix. Du coup, le montant de ses recettes ne dépend que des volumes vendus dans les stations-services.


À titre de précision, la TIC sur le gasoil est de 2,42 DH/litre et 3,76 DH/litre sur le super. Si les volumes baissent, les recettes collectées par la TGR suivent la même trajectoire. Et selon ce que l’on constate à l’analyse des statistiques des finances publiques, les recettes, depuis janvier 2022, sont en baisse par rapport à l’an dernier.

Donc, les volumes écoulés aussi. Il y a eu une diminution relativement importante de la consommation de carburant en février, au vu de la contraction des recettes de 4,38%, mais à part cela, les baisses de recettes n’ont pas dépassé les 2,7% enregistrées en janvier 2022. En avril 2022, les recettes ont diminué de seulement 0,81% contre 1,39% en mars, et 4,38% en février.

Contacté par Les Inspirations Éco, Mostafa Labrak, directeur général d’Energysium consulting et expert en énergie et carburants, appuie cette thèse : «Effectivement, les ventes ont baissé par rapport à la même période de l’an dernier, ce qui explique qu’il y ait eu moins de recettes collectées».

Qu’est-ce qui pourrait expliquer cette baisse de consommation ? Les Marocains s’adonneraient-ils de plus en plus au rationnement de carburants ?

Selon notre source, «les baisses de volumes peuvent s’expliquer, entre autres, par la décélération de la croissance due aux effets post-Covid, à l’ouverture tardive des frontières, à la sècheresse -et donc à une pluviométrie faible-, à certaines industries à l’arrêt pendant la Covid et qui peinent à redémarrer, à un secteur touristique touché par les conditions restrictives d’accès au territoire, à l’augmentation des parts des énergies renouvelables dans la production d’électricité,… La baisse du pouvoir d’achat des citoyens, due à l’inflation galopante de ce début d’année, peut aussi les inciter à réduire leur budget ènergie».

Modeste Kouamé / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page