Éco-Business

Préscolaire : le programme de généralisation dépasse les objectifs

La généralisation d’un enseignement préscolaire de qualité représente un chantier important lancé en 2018. Trois ans après, le ministère de l’Éducation nationale dresse un bilan positif.

En 2018, sous le haut patronage du Roi Mohammed VI, le coup d’envoi du «Programme national de généralisation et de développement du préscolaire de qualité : notre avenir n’attend pas», a été donné. Trois ans après, le ministère de l’Éducation nationale dresse un bilan positif de ce chantier.


Dans son rapport, le ministère de tutelle rappelle que l’objectif fixé pour l’année 2021 était de 67% de taux de scolarisation, alors que ce taux a été largement dépassé. En effet, le ministère a noté une croissance spectaculaire des effectifs inscrits pour atteindre 72,5% de taux de scolarisation. Ce qui représente un dépassement de l’objectif initial de 5,5% pour l’année 2020-2021. Pour ce qui est du nombre de classes préscolaires, il est passé de 37.298 durant l’année 2017-2018 à 50.892 classes pour l’année 2020-2021, soit 13.594 classes préscolaires supplémentaires en l’espace de 4 ans. Le ministère note dans son bilan, qu’une moyenne de 16.000 éducatrices et éducateurs ont été formés par an depuis 2018. Pour l’année scolaire 2020-2021, ce sont 19.421 éducatrices et éducateurs à avoir bénéficié de la formation continue sur le nouveau cadre curriculaire.

Structuration du préscolaire
Le ministère a mené une étude sur le terrain pour caractériser et recenser les différentes catégories de préscolaire existantes, qui a abouti à une nouvelle structuration basée sur une nouvelle nomenclature. En 2017-2018, 67% des structures du préscolaires étaient «traditionnelles», 24% du privé et 13% du public. Pour l’année scolaire 2020-2021, la situation s’est nettement améliorée, seulement 37% des établissements sont restent non structurés, 20% des établissements relèvent du privé et 33% du public.

En ce qui concerne l’accompagnement du programme, le ministère a mis en place plusieurs mesures pour assurer l’amélioration de la qualité du préscolaire. Il s’agit, entre autres, de la publication de 21 guides relatifs à 4 axes principaux : pédagogie (7), mise à niveau du préscolaire existant (5), transversal (3) et gouvernance (6) en 2019. Et aussi de la diffusion, la même année, d’une mallette pédagogique au profit des éducateurs et éducatrices incluant les différents guides pédagogiques élaborés par le ministère. En 2020, le ministère a élaboré et publié un guide de procédures encadrant les opérations relatives à la conclusion de conventions de partenariat avec les associations partenaires chargées de la gestion des classes du préscolaire intégrées dans les établissements d’enseignement public.

Pour ce qui est des ressources humaines, le ministère de l’Éducation nationale a mis en place un Référentiel des emplois et des compétences pour les éducatrices et les éducateurs du préscolaire, qui est en cours de finalisation. S’agissant de la gouvernance, il y a eu la création d’une unité administrative centrale au ministère chargée de l’Enseignement préscolaire (UCEP) pour la centralisation et la coordination du secteur. Mais aussi, la révision de la structuration du secteur du préscolaire, avec une nouvelle nomenclature et l’intégration dans le système MASSAR. Ceci en plus de l’appui financier aux associations partenaires conditionné par l’alignement de la rémunération des éducateurs et éducatrices sur le SMIG et leur déclaration à la CNSS.

Sanae Raqui / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page