Éco-Business

Perspectives énergétiques 2022 : l’électricité soutiendra l’avenir économique de l’Afrique, l’énergie solaire en tête

La crise énergétique mondiale actuelle montre qu’il est urgent d’accélérer les investissements dans une énergie moins chère et plus propre en Afrique. Selon l’Agence internationale de l’énergie, le continent a des atouts pour y aller : «l’Afrique abrite 60% des meilleures ressources solaires au monde, mais seulement 1% de la capacité solaire photovoltaïque installée, et l’énergie solaire photovoltaïque y est déjà la source d’énergie la moins chère dans de nombreuses régions».

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a fait grimper les prix de la nourriture, de l’énergie et d’autres matières premières, augmentant les tensions sur les économies africaines déjà durement touchées par la pandémie de Covid-19. Dans le même temps, l’Afrique est également déjà confrontée à des effets plus graves du changement climatique que la plupart des autres régions du monde -y compris des sécheresses massives- bien qu’elle soit la moins responsable du problème.

À ce jour, l’Afrique représente, en effet, moins de 3% des émissions mondiales de CO2 liées à l’énergie et a les émissions par habitant les plus faibles de toutes les régions. Malgré ces défis, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) affirme, à travers un rapport qu’elle vient de publier (Africa Energy Outlook 2022), que la transition mondiale vers une énergie propre recèle de nouvelles promesses pour le développement économique et social de l’Afrique.

L’énergie solaire, les autres énergies renouvelables et les domaines émergents tels que les minéraux critiques et l’hydrogène vert offrent un fort potentiel de croissance au continent s’ils sont bien gérés. Les ambitions internationales accrues en matière de réduction des émissions aident à définir une nouvelle voie pour le secteur mondial de l’énergie dans un contexte de baisse des coûts des technologies propres et de changement des modèles d’investissement mondiaux. Les pays africains sont sur le point de bénéficier de ces tendances et d’attirer des flux croissants de financement climatique.

Apporter une énergie propre et accessible à tous les Africains
«L’Afrique a eu le gros lot de l’économie basée sur les combustibles fossiles, recevant les plus petits avantages et les plus grands inconvénients, comme le souligne la crise énergétique actuelle», a déclaré Fatih Birol, directeur exécutif de l’AIE. «La nouvelle économie mondiale de l’énergie qui émerge offre un avenir plus prometteur pour l’Afrique, avec un énorme potentiel pour le solaire et d’autres énergies renouvelables pour alimenter son développement, et de nouvelles opportunités industrielles dans les minéraux critiques et l’hydrogène vert».

«La priorité immédiate et absolue pour l’Afrique et la communauté internationale est d’apporter une énergie moderne et abordable à tous les Africains, et notre nouveau rapport montre que cela peut être réalisé d’ici la fin de cette décennie grâce à un investissement annuel de 25 milliards de dollars, le même montant nécessaire pour construire un seul nouveau terminal GNL par an», a ajouté le Dr Birol. «Il est moralement inacceptable que l’injustice persistante de la pauvreté énergétique en Afrique ne soit pas résolue alors qu’il est si clairement dans nos moyens de le faire».

L’Africa Energy Outlook 2022 explore un scénario durable dans lequel tous les objectifs de développement liés à l’énergie en Afrique sont atteints à temps et dans leur intégralité. Cela comprend l’accès universel aux services énergétiques modernes d’ici 2030 et la pleine mise en œuvre de tous les engagements climatiques africains. La demande de services énergétiques étant appelée à croître rapidement dans le continent, garantir l’accessibilité est une priorité urgente. Une efficacité énergétique accrue est essentielle pour cela, car elle réduit les importations de carburants, soulage les contraintes sur les infrastructures existantes et maintient les factures des consommateurs à un prix abordable.

L’énergie photovoltaïque à portée
Dans ce scénario, des réseaux électriques étendus et améliorés constituent l’épine dorsale des nouveaux systèmes énergétiques africains, et sont de plus en plus alimentés par des énergies renouvelables. L’Afrique abrite 60% des meilleures ressources solaires mondiales, mais elle ne détient actuellement que 1% de la capacité solaire photovoltaïque. Déjà source d’énergie la moins chère dans de nombreuses régions d’Afrique, l’énergie solaire devrait surpasser toutes les autres à l’échelle du continent d’ici 2030. Les énergies renouvelables -y compris l’énergie solaire, éolienne, hydroélectrique et géothermique- représenteront plus de 80% de la nouvelle capacité de production d’électricité additionnelle d’ici 2030 dans le scénario Afrique durable.

Miser aussi sur le gaz naturel
Alors que les énergies renouvelables sont la force motrice du secteur de l’électricité en Afrique cette décennie, l’industrialisation du continent repose en partie sur l’expansion de l’utilisation du gaz naturel. Plus de 5.000 milliards de mètres cubes (bcm) de ressources en gaz naturel ont été découverts à ce jour dans le continent et n’ont pas encore été approuvés pour le développement. Ces ressources pourraient fournir 90 milliards de mètres cubes de gaz supplémentaires par an d’ici 2030, ce qui pourrait bien être vital pour les industries africaines des engrais domestiques, de l’acier, du ciment et du dessalement de l’eau.

Les émissions cumulées de CO2 résultant de l’utilisation de ces ressources gazières au cours des 30 prochaines années seraient d’environ 10 milliards de tonnes. Si ces émissions étaient ajoutées au total cumulé de l’Afrique aujourd’hui, elles porteraient sa part des émissions mondiales à seulement 3,5%. Les vastes ressources minérales du continent, qui sont essentielles pour de multiples technologies d’énergie propre, devraient créer de nouveaux marchés d’exportation, mais doivent être bien gérées, les revenus de l’Afrique provenant des exportations de minéraux essentiels devant plus que doubler d’ici 2030.

Un certain nombre de projets d’hydrogène à faible émission de carbone sont en cours, axés principalement sur la production d’ammoniac pour les engrais, ce qui renforcerait la sécurité alimentaire du continent. L’Afrique a un énorme potentiel pour produire de l’hydrogène en utilisant ses riches ressources renouvelables.

Autant que la demande énergétique actuelle pourrait être produite à des prix compétitifs au niveau international d’ici 2030. Atteindre les objectifs énergétiques et climatiques de l’Afrique signifie plus que doubler les investissements énergétiques au cours de cette décennie. Cela lui coûterait plus de 190 milliards de dollars par an de 2026 à 2030, dont les deux tiers seraient consacrés à l’énergie propre.

Le financement, le maillon faible
«Les banques multilatérales de développement doivent prendre des mesures urgentes pour accroître les flux financiers vers l’Afrique à la fois pour développer son secteur énergétique et s’adapter au changement climatique», a déclaré le Dr Birol. «L’avenir énergétique du continent nécessite des efforts plus importants sur le terrain, soutenus par un soutien mondial.

La conférence COP27 sur le changement climatique en Égypte, fin 2022, offre une plate-forme idéale aux dirigeants africains pour définir l’ordre du jour des années à venir. Cette décennie est cruciale non seulement pour l’action climatique mondiale, mais aussi pour les investissements fondamentaux qui permettront à l’Afrique -qui abrite la population la plus jeune du monde- de prospérer dans les décennies à venir.

Aziz Diouf / Les Inspirations ÉCO

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page