Éco-Business

Partenariats/Alliances/Acquisitions : les cabinets d’avocats de plus en plus décisifs

Il n’y a pas que la direction générale et les directeurs financiers… Des professionnels moins exposés jouent un rôle particulièrement décisif dans les opérations les plus emblématiques du moment.

Les volets juridiques des opérations stratégiques de fusions & acquisitions, alliances, partenariats ou encore de rapprochements d’entreprises jouent, souvent, un rôle clé. Ils sont cependant rarement mis en avant, contrairement aux aspects politiques, économiques ou sociaux. En effet, il n’y a pas que la direction générale et les directeurs financiers… Des professionnels, moins exposés, jouent également un rôle décisif dans les opérations les plus emblématiques du moment. L’analyse de leur volet juridique fait apparaître l’institutionnalisation des relations entre directions juridiques et avocats. Pour la désignation de ces derniers, chaque entreprise dispose de sa propre politique de sélection. Toutefois, les représentants des sociétés que nous avons contactées sont unanimes à dire que ces professionnels ne sauraient être choisis comme n’importe quel autre prestataire, compte tenu de leur caractère spécifique.


Partenariat stratégique entre Akdital Holding, BFO Partners et Aradei Capital
Derrière le récent partenariat stratégique entre Akdital, leader de la santé privée au Maroc, BFO Partners et Aradei Capital, nombre de juristes étaient à la manœuvre. Le Groupe Akdital, fondé par Dr. Rochdi Talib, et BFO Partners, le holding familial du groupe Bouzoubaa, étaient épaulés par le cabinet d’avocats international Asafo & Co., précisément le bureau de Casablanca. L’équipe d’Asafo & Co. était dirigée par Patrick Larrivé, Managing Partner du cabinet d’affaires, lequel était assisté par Thami El Idrissi, Martin Van Box Som et Christy Komba-Malongo, sur les questions de droit des sociétés, et Christina Karam, sur les aspects immobiliers de la transaction. Rappelons, qu’à travers cette opération, les trois actionnaires unissent leurs forces au sein d’Akdital Immo pour envisager d’importants développements dans le secteur privé de la santé au Maroc, et développer des établissements de santé, de standard international, à travers le pays.

Investissement d’AfricInvest CMGP-CAS
En juillet dernier, DLA Piper annonçait avoir conseillé AfricInvest, gestionnaire panafricain de fonds d’investissement privés, dans le cadre de son engagement aux côtés d’African Development Partners II, fonds géré par Development Partners International (DPI), dans le capital du Groupe CMGP. Cette opération aura permis au Groupe CMGP et à sa filiale Compagnie marocaine de goutte à goutte et de pompage (CMGP) de financer l’acquisition de 100% du Comptoir agricole du Souss (CAS) et de ses filiales Process et Agrival, créant ainsi CMGP-CAS, un nouveau leader marocain et panafricain de l’irrigation, de l’agrofourniture, de l’énergie solaire et des infrastructures hydrauliques.

Emission obligataire de 3 milliards de dollars du Maroc sur le marché international
Autre opération remontant, cette fois, à décembre 2020. Le cabinet d’avocats Orrick a conseillé le royaume du Maroc pour son émission obligataire de 3 milliards de dollars sur le marché financier international. L’équipe internationale d’Orrick, épaulant le royaume sur cette émission, était composée de Carine Mou Si Yan (Paris), Nell Scott (Londres) et William Haft (New York). La première obligation, libellée en dollars, émise par le Maroc depuis sept ans, a été extrêmement bien accueillie par les investisseurs internationaux. Les fonds mobilisés contribuent à soutenir l’économie du pays, dans le contexte des défis liés à la Covid-19. Autant d’opérations qui nécessitent d’étroites relations entre juristes d’entreprise, dirigeants et avocats.

Cession des parts de Mediterrania Capital Partners (MCP) dans Cash Plus
En février dernier, dans l’opération de cession de la participation restante de Mediterrania Capital Partners (MCP) dans Cash Plus à un groupe de family offices marocains, l’équipe d’Asafo & Co., qui a conseillé MCP dans cette transaction, était dirigée par Patrick Larrivé (associé). Ce dernier a travaillé aux côtés de Mouna Boubia (associée) et Ghita Berrada (collaboratrice). Rappelons ici que, depuis son investissement initial dans Cash Plus en 2014, lorsqu’il a acquis une participation de 49%, MCP a soutenu le plan de croissance agressif de la société et l’a aidée à élargir considérablement son portefeuille de produits et services. Sous la propriété partielle de MCP, les revenus de Cash Plus ont quadruplé et son nombre de points de vente est passé de 360 à près de 2.000.

La profondeur et la couverture de l’offre, un critère décisif
En juillet dernier, Asafo & Co. a été nommé cabinet d’avocats de l’année dans le classement des 100 avocats d’affaires les plus influents d’Afrique francophone, publié par le magazine Jeune Afrique. Avec un nombre record de 77 candidatures de cabinets d’avocats reçues cette année, Asafo & Co. arrive également en tête, 10 de ses avocats ayant été classés pour la deuxième année consécutive. Attribués dans tous les domaines représentés, ces prix reflètent la profondeur et la couverture de l’offre de ce cabinet. Contrairement aux autres, les équipes d’Asafo & Co., tant sur le terrain en Afrique qu’à l’extérieur du continent, se sont distinguées dans tous les domaines : développement et financement de projets, fusions et acquisitions, capital-investissement, banque et finance, marchés des capitaux, contentieux, arbitrage international et conseil stratégique aux souverains, avec un accent particulier sur les secteurs de l’énergie, des mines, du pétrole et du gaz, des infrastructures, de la santé et des technologies. «Nous sommes conscients qu’il peut être difficile de reconnaître plus de 10 avocats d’un même cabinet, mais avec près de 180 avocats et juristes répartis dans des bureaux en Afrique (Abidjan, Casablanca, Johannesburg, Mombasa et Nairobi), en Europe (Paris et Londres) et aux Etats-Unis (Washington DC), le cabinet Asafo & Co. compte de nombreux autres avocats spécialisés en Afrique francophone, qui sont en passe de figurer dans le classement de l’année prochaine», estime-t-on chez Asafo & Co.

Modeste Kouamé / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page