Éco-Business

Note conjoncturelle : hausse du secteur manufacturier et extractif, recul de la construction et de l’énergie

En se référant à l’enquête conjoncturelle du HCP relatant les principales appréciations des chefs d’entreprise, force est de constater que l’industrie manufacturière et l’extraction se sont inscrites dans une tendance haussière au cours du 3e et 4e trimestre 2022, alors que l’activité énergétique et la construction auraient affiché un recul. Par contre, l’industrie environnementale anticipe une stabilité.

Alors que les chefs d’entreprise de l’industrie manufacturière et extractive s’attendent à une augmentation de leurs activités au cours du 4e trimestre 2022, ceux du secteur de la construction et de la production énergétique anticipent un recul de leur production.

Par contre, les entreprises de l’industrie environnementale prévoient, pour leur part, une stabilité de leur production. C’est en filigrane ce qui est ressorti de la dernière note conjoncturelle du HCP qui relate les principales appréciations des chefs d’entreprises portant à la fois sur l’évolution de l’activité au cours du 3e trimestre 2022 et les anticipations pour le 4e  trimestre 2022.

Selon les prévisions de la production par secteur, les entreprises de l’industrie manufacturière sont optimistes, puisqu’elles s’attendent à une augmentation de leur production. Ces anticipations seraient attribuables, selon l’enquête trimestrielle de conjoncture, d’une part, à une hausse de l’activité de l’industrie automobile, de la fabrication d’équipements électriques et des industries alimentaires, et, d’autre part, à une diminution de celle de l’industrie chimique et de la fabrication de boissons. Concernant les anticipations de l’emploi, les industriels prévoient globalement une stabilité des effectifs employés. La même tendance est observée au sein de l’industrie extractive.

De ce fait, les entreprises de ce secteur prévoient une hausse de leur production. Cette évolution serait imputable principalement à une augmentation de la production des phosphates. Au niveau des effectifs employés, les patrons de ce secteur prévoient, à l’instar de l’industrie manufacturière, une stabilité.

Les activités et secteurs en baisse
Pour le même trimestre, les entreprises de l’industrie environnementale anticipent une stabilité de la production, notamment dans les activités du captage, traitement et distribution d’eau, et une stabilité des effectifs employés. Par contre, la production énergétique, attendue pour le 4e trimestre 2022, connaîtrait une baisse attribuable au recul de la production et distribution d’électricité, de gaz, de vapeur et d’air conditionné.

Pour ce qui est de l’emploi, il connaîtrait une stabilité des effectifs. Le constat de baisse concernera aussi le secteur de la construction durant le 4e trimestre 2022. Selon les anticipations avancées par les chefs d’entreprises de ce secteur, cette évolution résulterait, principalement, de la baisse d’activité attendue dans le génie civil.

Cette évolution dans le secteur de la construction serait accompagnée par une diminution des effectifs employés. Par ailleurs, au cours du 3e trimestre de l’année 2022, les estimations de la production par secteur, en se basant sur les appréciations des chefs d’entreprise, fait ressortir une stabilité pour la production de l’industrie manufacturière.

Ce résultat est attribuable à une hausse de la production dans les branches de l’industrie chimique, de l’industrie pharmaceutique et de la fabrication d’autres produits minéraux non métalliques, et à une baisse de la production dans les branches des industries alimentaires, de l’industrie automobile et de la fabrication d’équipements électriques. Dans ce sens, les carnets de commande du secteur se seraient situés à un niveau inférieur à la normale et les prix de vente de produits fabriqués auraient connu une augmentation au 3e trimestre. S’agissant de l’emploi, il aurait connu une stabilité.

Industrie manufacturière: les difficultés d’approvisionnement persistent
Globalement, le taux d’utilisation des capacités de production (TUC) dans l’industrie manufacturière se serait établi à 76%. Il est à noter aussi que 53% des entreprises de l’industrie manufacturière auraient rencontré des difficultés d’approvisionnement en matières premières d’origine étrangère. Les stocks de matières premières durant ce trimestre se seraient situés à un niveau normal et la trésorerie aurait été jugée «difficile» par 36% des patrons.

Par branche d’activité, cette proportion atteint près de 54% dans la fabrication de textiles. Quant à la production de l’industrie extractive, elle aurait connu une hausse résultant d’une augmentation de la production des phosphates. Les carnets de commande se seraient situés à un niveau normal et l’emploi aurait connu une baisse.

S’agissant de la production de l’industrie énergétique, elle aurait affiché une croissance due principalement à la hausse de la production et distribution d’électricité, de gaz, de vapeur et d’air conditionné. S’agissant des carnets de commande, ils se seraient situés à un niveau normal.

L’emploi, quant à lui, aurait connu une diminution. Pour sa part, la production de l’industrie environnementale aurait connu une stabilité imputable à une stagnation de l’activité du captage, traitement et distribution d’eau. En ce qui concerne les carnets de commande de ce secteur, ils se seraient établis à un niveau normal et l’emploi aurait connu une stabilité. Par ailleurs, l’activité dans le secteur de la construction aurait connu une diminution.

Cette évolution aurait été due, principalement, à la baisse d’activité dans le génie civil et dans la construction de bâtiments. Les carnets de commande dans la construction se seraient situés à un niveau inférieur à la normale et l’emploi aurait connu une diminution. Dans ces conditions, le TUC dans le secteur de la construction se serait établi à 66%. Aussi, l’équivalent de 45% des entreprises de la construction aurait rencontré des difficultés d’approvisionnement en matières premières et la trésorerie aurait été jugée «difficile» par 59% des chefs d’entreprise de ce secteur.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page