Éco-Business

Nadia El Hilali : “La RADEEMA est pionnière dans la digitalisation ”

Nadia El Hilali.
Directrice générale de la Régie autonome d’eau et d’électricité de Marrakech

Pour sa première sortie médiatique, Nadia El Hilali, DG de la Régie autonome d’eau et d’électricité de Marrakech explique les réalisations de cette structure dans le cadre de la préservation des ressources hydriques de la région.


Quels sont les axes de votre stratégie de préservation des ressources hydriques ?
Marrakech se situant dans une région fortement impactée par le stress hydrique, RADEEMA a investi dans des solutions et infrastructures lui permettant de concrétiser son engagement environnemental, notamment le traitement et la réutilisation des eaux usées pour l’arrosage des golfs, l’amélioration continue du rendement de l’eau potable et la sécurisation de l’alimentation en eau potable de la ville. Notre stratégie est donc orientée vers la consolidation de ces acquis et leur évolution au service de Marrakech et de ses habitants. Nous œuvrons, en collaboration avec les parties concernées, à la généralisation de la réutilisation des eaux usées épurées pour l’arrosage des espaces verts de la ville, des espaces agricoles et éventuellement à des fins industrielles, ce qui permettrait d’économiser 33 millions de mètres cubes (Mm3) par an contre 8 Mm3 économisés actuellement. Nous nous fixons également comme objectif, en poursuivant l’effort d’amélioration du rendement de l’eau potable, une cible de 80% sur les deux prochaines années, sachant que rendement est de 77,8%, soit une économie de 3 Mm3 sur 2 ans.

Le 3e complexe hydraulique portera la capacité de stockage à 165.500 m3. Est-ce suffisant pour Marrakech ?
Le nouveau complexe hydraulique a pour principal objectif la sécurisation de la distribution de l’eau potable à Marrakech à travers la nouvelle alimentation du Nord à partir du barrage Massira. Sa capacité de 30.000 m3 augmentera l’autonomie de la réserve pour la distribution à 21h au lieu de 18h actuellement. Une nouvelle extension est également prévue dans ce complexe avec la création de nouveaux réservoirs dans le Sud pour dominer les zones d’extension. En 2025, nous prévoyons d’augmenter davantage la capacité de stockage pour atteindre 205.500 m3, pour une autonomie avoisinant les 24 heures.

Quelles sont les solutions à caractère environnemental que RADEEMA devrait intégrer dans sa vision future ?
La tendance à l’échelle mondiale est la ville intelligente à faible émission de gaz à effet de serre et intégrant au mieux les énergies renouvelables. Dans cette vision, la RADEEMA a d’ores et déjà mis en œuvre un certain nombre de solutions environnementales telles que la cogénération au sein de la STEP, qui permet actuellement d’économiser 50% de son besoin énergétique et d’éviter l’émission annuelle de 65.000 Tco2 de gaz à effet de serre. D’autres solutions à caractère environnemental sont en cours d’étude. Nous n’en citerons ici que quelques-unes : Nouvelles pistes de valorisation des boues issues de l’épuration des eaux usées, installation et généralisation des compteurs numériques et de la télé-relève, installation de systèmes photovoltaïques dans les sites de la RADEEMA afin de réduire l’empreinte de l’énergie d’origine fossile dans notre consommation énergétique, r éduction des déplacements des agents avec le déploiement des solutions connectées et de la digitalisation, instauration des bonnes pratiques par l’amélioration de l’efficacité énergétique.

S’agissant du pôle Électricité, quelles sont les réalisations RADEEMA ?
On peut considérer la mise en place du Bureau de commande centralisée comme principale réalisation à caractère environnemental du fait qu’elle a permis de réduire le déplacement des agents pour le rétablissement des situations et d’exécuter certaines manœuvre à distance. De même, la célérité dans le rétablissement de l’électricité à la suite de pannes permet de limiter l’énergie non distribuée, améliorant ainsi l’efficacité globale de la distribution électrique.

Quels sont les investissements prévus pour le réseau électrique de RADEEMA ?
RADEEMA vise, à travers ses investissements, la modernisation de son réseau en mettant en place des solutions de pointe en cohérence avec les orientations stratégiques nationales : la smart relève, la sectorisation du réseau pour une amélioration du rendement électricité, l’intégration de nouvelles fonctionnalités analytiques au BCC sont autant de projets et d’investissements prévus à court et moyen termes.

Comment la régie profite-t-elle de la digitalisation pour mener à bien ses missions ?
RADEEMA est pionnière en matière d’utilisation de la digitalisation dans plusieurs de ses domaines d’activité. Nous en avons profité pour développer et améliorer la gestion de la relation client. Par exemple, RADEEMA a mis en place un système de gestion clientèle moderne et évolutif, a investi dans le développement des solutions multicanales pour permettre aux clients de payer leurs factures via des canaux diversifiés aussi bien physiques qu’électroniques. Les solutions ouvertes Web et Mobile ont pris une dimension importante tant au niveau de l’usage interne, pour améliorer la performance opérationnelle, qu’au niveau des services mis à la disposition de la clientèle. RADEEMA a également digitalisé ses processus métiers et supports, notamment par la mise en place d’un BCC pour les exploitations Electricité, Eau et Assainissement, d’un système d’informations géographique, d’une solution de GMAO et par la couverture des besoins des entités support par des ERP pour la gestion RH et la comptabilité, la gestion des achats et des fournisseurs.

Sanae Raqui / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page