Éco-Business

Les nouveaux chantiers de l’AMIB

Promouvoir l’utilisation des produits en béton auprès des consommateurs et donneurs d’ordres tout en œuvrant à l’allègement de la pression fiscale sur le béton et le préfabriqué. C’est là l’un des axes du programme de la nouvelle équipe dirigeante de l’Association marocaine de l’industrie du béton (AMIB), pilotée par Mehdi Maachi Haddou. Un choix stratégique visant à répondre à deux défis majeurs auxquels les entreprises du secteur sont confrontées depuis plusieurs années, notamment le nombre insuffisant de mises en chantiers, la montée de plus en plus inquiétante des ventes «au noir» et la multiplication des taxes parafiscales.

Ainsi, en ce qui concerne l’image des produits en béton, le nouveau bureau, installé lors de l’AGO du 23 décembre, a décidé de consacrer son mandat à la création effective d’un label de qualité et d’innovation, tout en participant à la mise en place ou à la révision des normes régissant les produits avec les autorités de tutelle. Llassociation prévoit aussi d’organiser des séminaires à l’attention des donneurs d’ordres, visant à faire la lumière sur l’intérêt et le potentiel des produits en béton comparativement à d’autres produits de substitution importés ou moins respectueux de l’environnement. Des formations sont également prévues autour de sujets  techniques et économiques en direction des préfabricants.

S’agissant de la pression fiscale, l’association compte poursuivre des actions auprès des pouvoirs publics en vue de l’allègement du fardeau actuel qui comprend non seulement la TVA, l’auto-construction mais également les taxes parafiscales dont, en particulier, la taxe spéciale sur le ciment taxe spéciale sur l’acier, taxe spéciale sur le sable. «Le secteur du béton, à l’image du BTP, traverse une période difficile depuis quelques années», rappelle le nouveau président de l’association. Et de poursuivre: «si l’année 2016 s’est annoncée, durant son premier trimestre, sous de bons auspices (peut-être en raison du décalage des précipitations permettant aux chantiers de construction de tourner à plein régime), l’activité s’est par la suite tassée et le deuxième semestre s’est révélé des plus difficiles». Une tendance qui pousse Haddou à tabler sur un repli moyen entre 5% et 10% par rapport à 2015, en fonction des régions d’implantation et des produits préfabriqués, tout en se gardant de faire des prévisions pour 2017.   


Mehdi Maachi Haddou
Président de l’Association marocaine de l’industrie du béton (AMIB)

Les ÉCO : À quels défis spécifiques font face les différentes filières du secteur ?  
Mehdi Maachi Haddou : Concernant le secteur du béton, les défis auxquels nos entreprises sont confrontées dépendent de leur taille et de leur position sur le marché. S’agissant des grands préfabricants, les défis sont de l’ordre de l’innovation et de l’investissement pour monter en gamme et fabriquer des produits à plus haute valeur ajoutée. Pour la catégorie des préfabricants moyens, le défi est d’augmenter le taux de pénétration des produits préfabriqués en béton en investissant hors des grands axes, dans des régions où ce taux est faible et où des unités moyennes sont adaptées à la taille du marché. Concernant la catégorie des petits préfabricants, qui est la plus importante en nombre, le défi est à la professionnalisation, la structuration et la mise en place d’un système qualité.
   
Le label que vous envisagez de mettre en place sera décerné à quelles entreprises, et par quel organisme ?
Ce label, baptisé «Préfa», sera décerné par un comité que nous espérons le plus large possible (FMC, CNOA, FNPI, FNBTP, FMCI, Associations de bureaux de contrôle technique) aux entreprises transparentes et certifiées par l’IMANOR (Institut marocain de la normalisation) conformément aux normes marocaines en vigueur. J’aimerais également insister sur le fait que des confrères préfabricants, à travers l’organisation de formations sur des sujets aussi bien techniques qu’économiques dans différentes régions du Maroc, accompagnent les petits préfabricants pour les aider à se structurer.
   
Avez-vous des objectifs chiffrés et datés à atteindre au titre ce mandat ?
Le nouveau bureau de l’AMIB a été élu pour 2 ans. Au terme de ce mandat, nous entendons voir le label Préfa attribué à une dizaine de préfabricants méritants en veillant à communiquer de la manière la plus adaptée autour de ce label afin d’asseoir sa crédibilité. Dans le même sillage, nous comptons organiser 2 grands séminaires par an pour promouvoir les produits en béton auprès des différents donneurs d’ordres nationaux. Nous prévoyons également d’offrir six formations (gratuites ou à prix symbolique) par an aux préfabricants, selon leurs besoins exprimés, dans des domaines aussi variés que la comptabilité, le contrôle de gestion, la qualité, la maintenance et la production, etc. Parallèlement, nous comptons nous appuyer, au sein de notre Fédération des industries des matériaux de construction (FMC), sur l’expertise du Centre technique des matériaux de construction (CETEMCO), pour participer au lancement d’au moins quatre projets de recherche et de développement (deux projets par an) visant le développement compétitif de nos entreprises.


whatsapp Recevez les actualités économiques récentes sur votre WhatsApp

FLO Retail & Shoes : ouverture d’une succursale au Morocco Mall



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page