Éco-Business

La Fondation Attijariwafa bank passe au crible le métier de l’influence sur les réseaux sociaux au Maroc

Casablanca- le 2 novembre 2021 – « Réseaux sociaux : où en est l’influence au Maroc ? » est la dernière thématique d’actualité proposée par la Fondation Attijariwafa bank lors de la 19e édition de son cycle de conférences digitales « Echanger pour mieux comprendre ».

La rencontre qui a eu lieu le Jeudi 28 Octobre 2021 en Live streaming sur la chaîne Youtube et la page Facebook de la Fondation, a réuni un panel de bonne facture, constitué de Mme Douja Belkhayat, influenceuse, Créatrice de contenus au sein de son agence Conseil en communication et ex-banquière, diplômée en Finance des marchés, M. Hamid Faridi, Expert en communication, Conseiller en image auprès de dirigeants d’entreprises et hauts responsables politiques, M. Daoud Salmouni- Zerhouni, Juriste, Spécialiste en matière de Protection de la Propriété intellectuelle et M. Ismaïl Belkhayat, Fintech Entrepreneur (fondateur entre autres de Sarouty.ma et de votrechauffeur.ma…).

La modération a été assurée par Mme Asmae Souitat, Journaliste.

Selon les intervenants, cette nouvelle activité qui connaît une ascension fulgurante, a entraîné, dans son sillage, l’émergence d’un véritable écosystème composé d’annonceurs, d’influenceurs et d’agences de communication, tous mobilisés pour répondre aux attentes d’un marché hétéroclite et en mutation constante.

Au Maroc comme partout dans le monde, cette mutation est venue bouleverser les stratégies de communication des entreprises, tout autant que les habitudes de consommation des citoyens. Pour l’heure, le secteur de l’influence sur les réseaux sociaux, somme toute, encore émergent, évolue de manière désordonnée. Mais pour autant, il génère des flux financiers conséquents et des transactions de produits et services en forte croissance. A l’échelle mondiale, cette tendance haussière est nette : alors que le marché de l’influence pesait, en 2016, près de 1,7 milliard de dollars de chiffre d’affaires ; en 2020, il a dépassé la barre des 10 milliards, en 2020. Depuis, la crise sanitaire du Covid-19 a donné à ce secteur, un net coup d’accélérateur.

Pour mieux comprendre la portée de cette rupture, les panélistes ont livré leur définition et les exigences de ce nouveau métier. Ils ont également insisté sur la nécessité de professionnaliser cette activité pour défendre au mieux, les intérêts des influenceurs et pour protéger ceux des consommateurs.

Les intervenants ont par ailleurs rappelé la nécessité d’organiser ce secteur émergent et porteur de croissance, autour d’une instance de régulation qui aurait pour mission d’encadrer et de prévenir toute forme de dérapages.

Sur le plan juridique, les panélistes ont écarté tout projet d’encadrement juridique rigide, prônant au contraire, un cadre souple qui s’appuierait sur une charte éthique et déontologique à laquelle se conformeraient tous les influenceurs désireux d’évoluer dans leur métier. De même sur le plan fiscal, la transparence doit être de mise en incitant tous les influenceurs à adopter un statut d’autoentrepreneur ou de SARL.

Tout au long de ces échanges, les intervenants ont répondu aux nombreuses questions des internautes en apportant un éclairage sur les exigences et les risques de ce nouveau métier, ainsi que les opportunités qu’il offre.

À travers cette nouvelle conférence-débat qui a suscité de nombreuses questions d’internautes auxquelles ont répondu les intervenants, la Fondation Attijariwafa bank démontre, une fois de plus, sa volonté d’éclairer l’opinion publique sur des problématiques complexes, en faisant appel à des experts reconnus pour leur compétence et leur expérience de terrain.

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page