Éco-Business

La digitalisation de la transition énergétique, un must

Face à l’enjeu majeur de la transition énergétique et de la lutte contre le dérèglement climatique qui est de produire de l’électricité à partir de sources bas carbone (solaire, éolienne, hydraulique, biomasse…), la digitalisation est devenue une nécessité. En plus de l’accélération de la transition énergétique, les nouvelles technologies peuvent en effet jouer plusieurs autres rôles très structurants dans la décarbonation. Détails sur des outils incontournables.

La transition énergétique nécessite de concevoir, construire et exploiter des infrastructures complexes et interconnectées pour la production, le transport et la distribution d’électricité. Dans le contexte actuel de hausse des émissions de gaz à effet de serre, où le GIEC (Groupement intergouvernemental d’experts sur l’évolution climatique) ne cesse de lancer des alertes sur le réchauffement climatique, il est nécessaire d’accélérer la construction de ces infrastructures pour faire face au défi climatique. Le digital est un élément clé qui peut jouer ce rôle d’accélérateur de la transition énergétique.

Tout le monde est gagnant avec le digital
Il peut, en effet, intervenir et être bénéfique sur toute la chaîne de valeur de la production d’électricité et même bien avant. La digitalisation des processus d’ingénierie et de gestion de projet représente un moyen d’améliorer la performance d’un projet et, à terme, d’en assurer la livraison dans les délais et les budgets, tout en garantissant les contraintes de sécurité.

La digitalisation permet aussi de gérer et de valoriser des données industrielles pour modéliser et donc accélérer la prise de décision, ainsi que transformer sous forme numérique des opérations de terrain pour améliorer leur efficacité. Bref, de la production à la consommation en passant par la distribution, tout le monde peut être gagnant avec l’introduction des nouvelles technologies de la digitalisation dans le processus de production, de transport et de distribution d’électricité émanant de sources renouvelables. Les technologies «smartgrids» sont à ce titre très expressives. Elles permettent d’ajuster les flux d’électricité entre fournisseurs et consommateurs. Grâce aux «compteurs intelligents» sur lesquels elles s’appuient, les consommateurs français, par exemple, peuvent désormais mieux suivre leur consommation d’énergie avec un relevé de la consommation réelle (voir page 13).

Piloter les renouvelables grâce au digital
Au niveau micro-économique aussi, l’entreprise peut accélérer la transition énergétique vers le net zéro carbone, grâce à la digitalisation. En effet, à travers l’utilisation de logiciels et l’analyse des données, le digital peut piloter la production, le transport et la distribution d’électricité produite à partir de sources renouvelables. Par exemple, sans logiciel, il n’est pas possible de gérer l’intermittence des énergies renouvelables. C’est pourquoi de plus en plus d’entreprises déploient ces logiciels qui collectent les données techniques de leurs capacités de production d’électricité renouvelable éolienne et solaire.

L’objectif étant de les mettre à disposition de leurs équipes qui peuvent ainsi piloter en temps réel leur production, ce qui leur permet en même temps de mieux comprendre les causes d’indisponibilité des machines, d’activer rapidement des réparations ou encore d’éviter des pannes. De plus, l’intelligence artificielle (IA) est devenue indispensable pour analyser la masse considérable de données captées sur leurs infrastructures, en vue d’assurer leur maintenance. Ce n’est pas tout, l’IA permet également d’optimiser la production d’électricité des énergies renouvelables et de compenser leur intermittence via des algorithmes dédiés. En s’appuyant sur cette technologie, les opérateurs peuvent prendre les décisions adéquates de stockage, d’utilisation ou d’injection de leur production dans le réseau.

Monitorer la décarbonation
Le digital peut également aider à monitorer la décarbonation. En effet, de plus en plus d’entreprises, institutions, collectivités… peuvent désormais mesurer avec précision leurs émissions carbone, concevoir des stratégies de décarbonation, suivre et contrôler les progrès réalisés et optimiser leurs investissements, grâce à des logiciels de pilotage de la décarbonation. A signaler que ces derniers sont en général conçus sous forme de plateformes intégrables dans les écosystèmes digitaux existants des clients

Aziz Diouf / Les Inspirations ÉCO

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page