Éco-Business

L’Alliance africaine pour la promotion de la formation professionnelle lancée

Alpha Condé, président de l’Union africaine et de la Guinée, et Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et la pêche maritime, ont ouvert le bal des conventions qui doivent être signées lors de la 12e édition du SIAM. Ainsi, la convention multilatérale instituant l’Alliance africaine pour le développement de la formation professionnelle a été signée.

Le Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM), grand-messe annuelle du secteur agricole, a ouvert ses portes hier à Meknès. La température relativement élevée pour les 1.230 exposants présents à cette 12e édition n’ont pas empêché Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, en compagnie d’Alpha Condé, président de l’Union africaine et de Guinée, de faire la tournée officielle du salon en procédant à la visite des différents pôles dans le cadre de la cérémonie d’ouverture, mardi matin.


Cette visite intervient dans un contexte favorable. Cette année, le moral des agriculteurs est au beau fixe du fait d’une importante pluviométrie, en plus des prévisions d’une récolte céréalière autour des 102 millions de quintaux. Mais ce qui a marqué d’emblée cette première journée du SIAM, c’est la signature de la convention multilatérale instituant l’Alliance africaine pour le développement de la formation professionnelle. Cette initiative regroupe 15 pays africains partenaires dont le Maroc, mais demeure ouverte aux pays désireux d’y adhérer.

À cet effet, un comité préparatoire s’est tenu les 14 et 15 mars 2017 à Rabat afin d’arrêter les grands axes de cette convention-cadre pour préparer son lancement officiel. Son pilotage est assuré par un comité exécutif. Ce dernier est composé d’un représentant de chaque pays signataire en plus du représentant de la Banque islamique de développement (BID), un des initiateurs de cette action avec l’OFPPT. C’est le Maroc qui assurera la présidence de ce premier mandat. «L’OFPPT jouera un rôle de pivot puisqu’il a signé plus de 50 conventions-cadres et accords durant la période 2002-2016, notamment lors des tournées royales», explique Larbi Bencheikh, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, chargé de la formation professionnelle. Et d’ajouter que «L’objectif de cette convention est le développement du capital humain en vue d’une coopération durable et bénéfique pour la jeunesse du contient africain». Outre cette signature, le salon accueille cette année l’Italie en tant que pays d’honneur. Partenaire historique du Maroc, l’Italie coopère avec ce dernier dans le domaine agricole depuis les années 1960, le premier accord de coopération technique et financière entre les deux pays remontant à cette période. Plusieurs volets de coopération ont été initiés dans différentes filières du domaine agricole et agroalimentaire, avec des accords spécifiques en 2008 et la récente signature d’un arrangement bilatéral. Un mémorandum d’entente a également été ratifié dans ce sens entre l’Agence italienne pour le commerce extérieur (IDE) et l’Office national de la sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA).

De plus, l’Italie est le troisième pays agricole de l’Union européenne, étant engagée dans les productions d’identification de la qualité et de l’origine, mais aussi l’agrobusiness, thème de cette édition du SIAM. D’autres pays comme l’Allemagne et la France ont renforcé leur présence cette année au SIAM. Alors que les opérateurs allemands, sous la tutelle du ministère fédéral de l’Alimentation et de l’agriculture, sont présents dans les espaces d’exposition pour promouvoir le «Made in Germany» avec plus de 20 sociétés participantes, la France, qui se place au 3e rang des fournisseurs de machines agricoles du Maroc, participe avec 26 entreprises et organismes au Pôle International du SIAM. Ce n’est pas tout: le Maroc et l’Agence française de développement (AFD) ont conclu, lors des Assises de l’agriculture, une convention de 836 MDH à l’aval du barrage Kaddoussa, dans la province d’Errachidia, avec le concours de l’AFD via une contribution à hauteur de 40 millions d’euros, et le soutien du Fonds vert pour le climat d’un montant de 20 millions d’euros. L’Afrique n’est pas en reste puisque près de 15 ministres africains participent à cette 12e édition alors que des réunions ont été tenues avec des pays africains.

Pour les professionnels, le SIAM, c’est aussi des opportunités commerciales. Le taux de fidélisation des exposants est de 87%. Les coopératives réalisent, elles, plus de 65% de leurs chiffre d’affaires annuel au pôle Produits du terroir, qui cette année, bénéficie d’une surface deux fois plus grande comparativement à l’année précédente. Le nombre de coopératives est passé de 25 lors de la première édition à 372 cette année.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page