Éco-Business

Investissement : Bank of Africa s’allie au chinois CADFund

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Bank of Africa vient de conclure un partenariat avec le Fonds de développement Chine-Afrique, confirmant ainsi son rôle économique majeur dans le développement des relations entre les deux parties.

«Il s’agit d’une coopération prometteuse visant à cofinancer l’investissement chinois en Afrique, soit par la mise en place de joint-ventures, soit par le financement bancaire direct en s’appuyant sur le large réseau africain du groupe», explique Bank of Africa, qui vient de sceller un accord avec Fonds de développement Chine-Afrique (CADFund).


À travers ce partenariat, les deux parties s’engagent à capitaliser sur leur maîtrise respective des marchés chinois et africains pour créer de la valeur à leurs clients et partenaires. Il convient de préciser que CADFund dispose d’une capacité de financement de 10 milliards de dollars exclusivement dédiés à l’investissement productif dans le continent. Ce fonds de développement a été créé en juin 2007, et figure parmi les huit mesures annoncées par le gouvernement chinois, lors du sommet de Beijing du Forum sur la coopération Chine-Afrique en 2006, pour mettre en œuvre une coopération pragmatique avec son partenaire continental. À noter que cet accord, dont la cérémonie de signature s’est déroulée par visio-conférence en présence de Othman Benjelloun, président du groupe Bank of Africa, et de Song Lei, président du CADFund, aura également pour objectif de «promouvoir, faciliter et cofinancer les entreprises chinoises souhaitant s’implanter dans la cité Mohammed VI Tanger Tech». La future zone franche, qui s’étend sur 500 hectares, cible essentiellement les entreprises chinoises actives dans les secteurs de l’industrie automobile et aéronautique, les énergies renouvelables, l’industrie du cuir et du textile, les industries métallurgiques, mécaniques, électriques et électroniques, outre l’industrie plastique, l’agro-alimentaire, les industries chimiques et semi-chimiques ainsi que l’industrie des matériaux de construction. Ces entreprises y bénéficieront d’incitations fiscales et des infrastructures de pointe leur permettant d’opérer activement dans cette zone industrielle et d’avoir un accès direct à Tanger Med, avantages qui ont permis d’attirer le fabricant chinois de pales d’éoliennes Aeolon. Ce dernier évoque un investissement de 140 millions de dollars et la création de 2.000 emplois. 

Aida Lo / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page