Éco-Business

Industrie 4.0 : un programme d’accompagnement dans l’électronique et la mécatronique & la mécanique

Conformément aux recommandations du projet Smart factory, porté par l’Agence de développement du digital (ADD), le cluster électronique, mécatronique & mécanique du Maroc vient de lancer un programme d’accompagnement des industries de son secteur d’activité désirant se doter des technologies de l’industrie 4.0. L’appel à candidatures sera clôturé le 30 novembre. 

Le Cluster électronique, mécatronique & mécanique du Maroc (CE3M) s’associe à l’élan de promotion de l’industrie 4.0 dans le tissu industriel national. Conformément aux recommandations du projet Smart factory, porté par l’Agence de développement du digital (ADD), il vient de lancer un programme d’accompagnement des industries de son secteur d’activité désirant se doter des technologies de l’industrie 4.0. Le mode opératoire, en cours de déploiement, porte sur trois niveaux.

D’abord, tout commence par un appel à candidatures, actuellement en cours, qui sera clôturé le 30 novembre. «Pour cette première phase, nous visons un groupe de 10 unités industrielles ayant, de préférence, des produits ou services innovants», explique Nourdine Bouyakoub, directeur du CE3M qui insiste sur l’aspect innovant des produits et services offerts part les entreprises choisies.

10 candidats pour commencer
Ensuite, à partir de début décembre, le cluster organisera des réunions collectives d’information et de sensibilisation des candidats retenus aux technologies de l’industrie 4.0 et à leurs nombreuses opportunités. En effet, ces technologies peuvent permettre, entre autres, d’augmenter la productivité et l’efficacité opérationnelle, l’interconnexion et la communication entre les machines et les humains via l’Internet des objets (Iot) ainsi que la rapidité de la collecte, l’analyse des données et leur traitement.

Elles sont en mesure aussi de réduire la surproduction, diminuer les coûts logistiques, optimiser les délais d’exécution, améliorer la qualité du service logistique, réduire les déchets de production et la consommation d’énergie et permettre l’acquisition de nouvelles compétences. En troisième et dernière étape enfin, le cluster va accompagner individuellement les candidats à travers l’analyse et l’audit des possibilités que peut leur offrir l’Industrie 4.0.

Cette dernière phase portera précisément sur la compréhension et l’audit de situation et d’évaluation de la qualité des données, l’identification des principales opportunités produits/services ou processus internes et des cas d’usages, l’identification des technologies appropriées ainsi que l’élaboration de recommandations avec un plan d’action, la priorisation des actions quick wins et le suivi de leur mise en œuvre.

Une expertise acquise grâce au CCoa
À signaler que ce programme sera délivré par des experts et prestataires qualifiés et sélectionnés par le CE3M. Ces derniers proviendront certainement du réseau d’expertise mis en place avec l’appui du Centre de compétence en automatisation (CCoA), installé à Mohammedia, et qui, depuis deux années, est en train d’accélérer, à la vitesse grand V, l’entrée du Royaume dans l’industrie 4.0.

C’est ce dernier qui a d’ailleurs permis au CE3M de mettre les pieds à l’étrier. Rappelons que pour développer l’industrie 4.0 au sein du paysage industriel marocain, le CCoA a commencé par signer une convention de partenariat avec le cluster. Ensuite, il a installé une plateforme PLCNext au sein de son laboratoire logé au niveau du Midparc, où un groupe de thésards a été déployé pour matérialiser les projets d’industrie 4.0 proposés par les membres du cluster.

Aujourd’hui, c’est grâce à cette expérience que le CE3M travaille pour essaimer l’industrie 4.0 dans le paysage industriel marocain. Une démarche qui s’inscrit également dans le projet national Smart factory qui a trois principales ambitions. Primo, aider à améliorer la compétitivité de l’industrie marocaine, à travers trois actions : promouvoir l’impact des nouvelles technologies sur la performance industrielle ; faciliter l’accès des industriels aux technologies 4.0, en montrant des cas pratiques facilement duplicables; et offrir un environnement des tests technologiques et de formation des ingénieurs et des techniciens.

Secundo, fédérer et développer un écosystème moderne à travers le développement de partenariats technologiques, industriels et académiques et la mise en place d’un cadre d’incubation et de promotion de startups marocaines dédiées. Et tertio, renforcer l’image de l’industrie nationale en développant une nouvelle image de marque, en valorisant la Smart factory auprès des multinationales et des investisseurs, et en se positionnant en leader en Afrique.

Aziz Diouf / Les Inspirations ÉCO

Baisse des prix du carburant : 1 milliard de DH de perte pour les distributeurs



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page