Éco-Business

Industrie 4.0 : “Fez Smart Factory” sur de bons rails

Le démarrage de l’exploitation du projet de «Fez Smart Factory» est annoncé pour décembre 2022. Dans ce cadre, la CGEM a initié une enquête pour proposer un accompagnement dans la transformation des unités industrielles en usines 4.0.

Dans la perspective du lancement de l’exploitation officielle du projet «Fez Smart Factory», annoncé pour décembre 2022, la CGEM a initié dernièrement une enquête sur l’aptitude des entreprises marocaines à opérer la transformation de leurs unités en industrie 4.0. À cet égard, une correspondance a été adressée aux membres du patronat invitant l’ensemble des industriels intéressés à répondre à un questionnaire. Ce dernier a pour objectif d’évaluer leur degré de connaissance et de maturité concernant l’industrie 4.0, de prendre connaissance des ambitions des opérateurs économiques en matière d’amélioration de fonctionnement et de performances industrielles, environnementales et sociales, et de leur proposer un accompagnement dans la transformation de leurs structures en usine 4.0.
Doté d’un budget global prévisionnel de près de 200 MDH, l’écosystème «Fez Smart Factory» (FSF) a pour ambition de créer un espace d’accompagnement d’activités innovantes pour contribuer au développement d’une industrie compétitive, par l’amélioration de sa productivité, à travers la mise en œuvre de principes et méthodes de l’industrie 4.0. Toutes les activités de la zone FSF seront orientées vers cet objectif, depuis la sensibilisation à l’intérêt du concept, à l’accompagnement des industriels pour la transformation de leurs unités industrielles en usines 4.0, en passant par l’accompagnement de porteurs de projets et de startups œuvrant à l’éclosion de nouvelles usines 4.0. Il s’agit du premier projet du genre au Maroc pour cette industrie en plein essor dans le monde, depuis son lancement en Allemagne, en 2011.

Phases du projet
La première phase a pour objectif d’aménager et de construire un espace pour domicilier des entreprises innovantes (startups), des sociétés d’ingénierie, des laboratoires R&D, des investisseurs et des porteurs de projets pour incubation, œuvrant pour le développement d’activités industrielles 4.0. Cet environnement d’innovation servira à faire émerger de nouvelles industries 4.0 et à transformer des unités existantes en usines 4.0. Cette phase prévoit l’édification d’un bâtiment de 8.014 m2 sur 5 niveaux, soit 2.120 m2 au sol, domiciliant les entités précitées ainsi qu’un espace aménagé pour le concept de «Procédé modèle 4.0». La deuxième phase accueillera des lots dédiés aux usines 4.0, à une échelle de démonstration, développées par les startups, ou issues de transformation d’usines existantes, menée grâce à l’accompagnement de FSF. Dans la troisième phase, une deuxième extension de la zone FSF sera réalisée pour accueillir de nouvelles unités industrielles 4.0. Cette extension sera installée sur un terrain de 8,14 ha, mitoyen à celui sur lequel les deux premières phases seront réalisées.

Financement du projet
Le projet «Fez Smart Factory» a été sélectionné pour bénéficier du soutien du Fonds des zones industrielles durables (FonZID), suite à un appel à projets concurrentiel lancé, conjointement, par l’Agence millennium challenge account-Morocco (MCA-Morocco) et le ministère de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique (MICEVN). Le FonZID s’inscrit dans le cadre de l’activité «Foncier industriel» relevant du programme de coopération «Compact II», financé par millennium challenge corporation (MCC) et dont la mise en œuvre a été confiée à l’Agence MCA-Morocco. Le FonZID, qui est doté d’une enveloppe de 30 millions de dollars, vise à renforcer le modèle de zone industrielle durable et à contribuer à l’amélioration de la productivité et des performances environnementales et sociales des entreprises dans les zones industrielles. Il viendra étoffer l’offre de terrains répondant aux besoins des investisseurs en termes, notamment, d’emplacement, de qualité des infrastructures, de services d’accompagnement et de prix compétitifs. Il contribuera ainsi à l’accroissement des investissements privés et à la création d’emplois.

Les structures de gestion
Afin d’implémenter un modèle de gouvernance adéquat, les responsables du projet ont décidé de mettre en place plusieurs structures pour sa gestion. Il s’agit, principalement, de la société FSF Industry qui sera en charge de la gestion des activités de développement de l’industrie 4.0 dans la zone FSF, ainsi que du patrimoine et des services communs. Par ailleurs, la Fondation FSF Startups a pour mission l’accompagnement des porteurs de projets et des startups pour la levée de fonds et la supervision globale de leur accompagnement. Quant à l’Association FSF, elle a pour mission de veiller sur la bonne marche de la zone et de développer un espace propice au travail et à la coopération entre ses bénéficiaires.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations ÉCO

Maroc : polémique au sein des agences de voyage


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page