Éco-Business

HC France révèle ses attentes pour Ciments du Maroc

Le cimentier qui vient de passer dans le giron de HeidelbergCement France devrait continuer à afficher une croissance soutenue selon le business plan réalisé par l’acquéreur.

L’Autorité marocaine des marchés a enfin donné son feu vert pour la note d’information de l’OPA de Ciments du Maroc. En plus des détails de l’offre, la note révèle les perspectives financières de Ciments du Maroc, établies par HC France sur la base d’une projection des données financières historiques publiques sur Ciments du Maroc (états financiers consolidés de Ciments du Maroc, clos au 31 décembre 2013, 2014 et 2015), compte tenu des orientations stratégiques de Ciments du Maroc envisagées par HC France et de la perception de HC France sur l’évolution du marché du ciment au Maroc.

En effet, HC France entend améliorer, courant 2016, la disponibilité des ateliers de production, le réaménagement des zones de stockage des AFR au niveau des sites de Safi et de Marrakech, intégrer le centre de broyage de Jorf Lasfar dans le périmètre de certification ISO 14001 et étendre les ateliers d’ensachage dans les usines de Safi et de Marrakech.

Une croissance tout azimut
Le business plan de la société table ainsi sur une légère progression de son chiffre d’affaires de 0,9% à 3,77 MMDH avant d’atteindre les 3,99 MMDH en 2019, reflétant une croissance à taux annuel moyen d’1,9%. La croissance des revenus découlerait de manière disparate des différents segments de produits du cimentier. Les revenus issus du ciment seraient impactés à la fois par un effet volume et un effet prix. Concernant les volumes, la société s’attend à une baisse sur le marché domestique dès 2018, due essentiellement au démarrage d’une nouvelle cimenterie concurrente dans le sud.

À l’export, c’est plutôt la capacité du port d’Agadir qui limiterait le niveau des volumes de ciments exportés, estimés à 250.000 tonnes. Quant au prix, il devrait connaître une croissance modérée compte tenu de l’inflation des prix mais aussi de l’entrée sur le marché de nouveaux concurrents avec des positionnements commerciaux agressifs. Les granulats et le béton prêt à l’emploi devraient aussi connaître une quasi-stagnation de leurs prix jusqu’en 2019 alors que les volumes écoulés devraient connaître une progression soutenue permettant une amélioration des revenus des deux produits. Le résultat d’exploitation ressortirait, pour sa part, à 1,15 MMDH à fin 2016 et 1,23 MMDH à fin 2019, reflétant un TCAM de 2,7%.

Le résultat net part du groupe, in fine, se fixerait à 843 MDH au terme de 2016 et 916 MDH au terme de 2019, soit une évolution annuelle moyenne de 2,36%. Ces réalisations attendues ne tiennent par ailleurs pas compte de l’intégration des sociétés Africim, Agadir Atlantique et Maestro Drymix dans le périmètre de consolidation en 2016, ni de la probable cession de terrains en 2016, voire en 2017, situés dans la région d’Agadir (pour un montant de 106,2 millions MAD), pour lesquels un compromis de vente a été signé le 14 juin 2016, puis prorogé le 15 juillet 2016, ni le dénouement du risque fiscal (déjà provisionné pour un montant de 12,9 MDH). Le business plan ne tient pas non plus compte des effets de synergie potentiels pouvant être développés suite à l’adossement de Ciments du Maroc au Groupe HC.

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page