Éco-Business

Guillaume Bouvier : “Notre but est de devenir la business school de référence pour l’Afrique”

Guillaume Bouvier
Directeur exécutif des programmes de l’ESSEC

L’ESSEC Afrique est connue pour son ouverture internationale et son positionnement d’école monde aux racines françaises. Pour réussir cette stratégie ambitieuse, l’établissement mise sur un nouveau programme de formation exécutive baptisé «Generation Africa». Guillaume Bouvier, directeur exécutif des programmes de l’école, nous détaille les grandes aspirations de la Business School, classée parmi les meilleures écoles de commerce en France et dans le monde.


Quelles sont les grandes lignes des programmes que vous proposez à vos étudiants ?
Inauguré en 2017, l’ESSEC Afrique est le campus marocain de l’ESSEC Business School, classé parmi les meilleures écoles de commerce en France et dans le monde. L’ESSEC propose, aux étudiants de la formation initiale comme aux participants de la formation continue, un modèle pédagogique unique, fondé sur la création et la transmission de savoirs de pointe, et l’articulation entre apprentissage académique et expériences de terrain. À l’ESSEC Afrique, nous ne dérogeons pas à cette règle. Tous nos programmes suivent l’approche pédagogique «Learning by doing» qui consiste à mettre la pratique au cœur de l’enseignement. Les étudiants sont amenés à développer des capacités de prise d’initiatives et de responsabilités ainsi que des qualités d’exécution, de mise en œuvre et de pilotage de projets au travers des travaux de groupe, des études de cas, des projets collectifs et des jeux de simulation. Nous formons aussi tous nos étudiants et participants aux enjeux écologiques et environnementaux, comme le réchauffement climatique pour qu’ils deviennent des leaders et managers responsables et soucieux de la protection de l’environnement.

Comment avez-vous procédé pour faire face à la crise sanitaire ?
La crise sanitaire de la Covid-19 a lourdement chamboulé le monde tel que nous le connaissons à tous les niveaux. L’enseignement supérieur n’a pas été épargné par ces changements. Lors de la première vague, nous avons dû basculer tous nos cours en distanciel suite à la fermeture des écoles et des universités. Nous en avons profité pour équiper toutes nos salles de cours de solutions de visioconférence afin d’assurer la continuité des programmes.. Après la fin du confinement, nous avons mis en œuvre une série de procédures préventives afin d’éviter tout risque de transmission du virus. Cela nous a permis de reprendre l’enseignement en mode hybride (mix entre présentiel et distanciel), et ce, durant la quasi-totalité de l’année dernière. Pour cette rentrée, nous envisageons de continuer sur cette lancée pour que tous les étudiants puissent utiliser les infrastructures du campus en toute sécurité.

Vous faites partie des 1% d’établissements d’enseignement supérieur à posséder la prestigieuse «triple couronne». Cela est dû à quoi?
Le succès de l’ESSEC Business School est historique, il tient de notre engagement à former des jeunes au monde économique et à l’entrepreneuriat avec une base très solide de culture générale et d’ouverture à l’international, et ce depuis 1907. Nous faisons partie des 1% d’établissements d’enseignement supérieur à posséder la prestigieuse «triple couronne», la triple accréditation par l’AACSB, l’AMBA et EQUIS. D’ailleurs, l’ESSEC a été la première institution académique, hors Amérique du Nord, a être accréditée par l’AACSB International en 1997.  La stratégie d’ouverture internationale de l’ESSEC et son positionnement d’école monde aux racines françaises a permis d’inaugurer en 2017, au Maroc, le campus ESSEC Afrique pour ouvrir l’Afrique vers le monde et le monde vers l’Afrique. Cette ouverture internationale attire de nombreux étudiants marocains, mais également internationaux, animés par l’envie de vivre r à une expérience académique et professionnelle riche et originale. À l’instar des autres campus de l’ESSEC, nous bénéficions d’outils pédagogiques et technologiques de pointe pour assurer à tous nos étudiants et participants une formation qui répond à leurs attentes et aux enjeux de développement du continent africain.

Pour mettre en œuvre votre grande ambition d’ouverture continentale africaine, vous avez opté pour un tout nouveau programme de formation exécutive baptisé «Generation Africa». Pouvez-vous nous en dire plus ?
À l’ESSEC Afrique, notre but est de devenir la business school de référence pour l’Afrique du XXIème siècle. Pour ce faire, nous sommes constamment à l’écoute du marché pour penser, créer et mettre en place des programmes qui répondent aux besoins de développement du pays et de son marché du travail. C’est dans cette optique que nous avons lancé le programme Global BBA – parcours Innovation et Management Digital sur le campus ESSEC Afrique, pour les étudiants marocains et internationaux qui souhaitent acquérir des compétences managériales dites «classiques» ainsi que des nouvelles compétences digitales et d’innovation, aujourd’hui essentielles. Fort de son orientation internationale et plus particulièrement sur le continent africain, le parcours IMD attire de plus en plus d’étudiants curieux et engagés. Cette ambition d’ouverture continentale africaine est également au cœur de notre tout nouveau programme de formation exécutive baptisé «Generation Africa». Il s’adresse aux professionnels qui souhaitent s’implanter en Afrique et/ou étendre leurs activités existantes à d’autres parties du continent. Décliné sur une plateforme digitale, ce programme permettra de découvrir, comprendre et développer des connaissances et des compétences relatives au développement économique et aux écosystèmes entrepreneuriaux africains.

Qui parle d’ESSEC Afrique parle des métiers des nouvelles technologies, lesquels sont très plébiscités ces dernières années. Qu’est-ce- que vous proposez cette année à vos étudiants désireux de faire carrière dans ces métiers du futur ?
Depuis l’an dernier, nous proposons, sur le campus ESSEC Afrique de Rabat, un nouveau parcours dédié à l’innovation et au management digital au sein du Global BBA. Ce programme, en 4 ans, vise à transformer les étudiants en acteurs responsables du développement et contributeurs de solutions digitales innovantes aux problématiques économiques, sociales et environnementales du monde de demain. Ce programme a été conçu en partenariat avec l’École Centrale de Casablanca, dans l’optique de prodiguer à nos étudiants cette double compétence managériale et d’ingénierie, autour des nouvelles technologies et du digital. L’ESSEC Afrique a également mis en place un centre d’innovation, In-Lab, qui accompagne plusieurs startups. Il s’apprête notamment à accueillir la seconde promotion du Prix Lalla Meryem de l’Innovation et de l’Excellence, une initiative de la Princesse Lalla Meryem et porté par l’Union nationale des femmes du Maroc qui offre une formation et un accompagnement entrepreneurial à des femmes créatrices d’entreprises dans l’ensemble du royaume. Le In-Lab accompagne également les étudiants de l’ESSEC porteurs de projets afin de leur offrir un accompagnement par des professionnels de l’écosystème entrepreneurial.

Khadim Mbaye / Les Inspirations ÉCO Docs


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page