Éco-Business

Green Bonds, après Masen, Bank of Africa décroche le sésame

Les obligations vertes font leur entrée au Maroc. C’est Masen qui a ouvert le bal en fin de semaine dernière, suivie de BMCE Bank of Africa, qui a décidé de d’émettre un emprunt obligataire vert d’un montant de 500 MDH.


Les entreprises marocaines osent enfin la finance verte. Après l’Agence marocaine des énergies renouvelables (Masen), qui a émis le 3 novembre dernier, les premiers green Bonds au Maroc et en Afrique, d’un montant de 1,15 MMDH, d’autres sociétés, notamment des banques lui emboîtent le pas. C’est le cas notamment de BMCE Bank of Africa, qui a décidé de d’émettre un emprunt obligataire vert d’un montant de 500 MDH, dont la souscription s’étale du 14 au 16 novembre inclus, pour financer des projets d’énergie renouvelable. Cette opération, pour laquelle le groupe bancaire vient d’obtenir le visa de l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC), consiste en l’émission de 5.000 obligations d’une valeur nominale de 100.000 DH, réparties en deux tranches sur le marché de gré à gré.

En effet la première tranche (tranche A) concerne un taux fixe déterminé en référence au taux 5 ans, calculé à partir de la courbe secondaire des bons du Trésor. La seconde tranche (tranche B), à taux révisable annuellement, concerne une maturité d’emprunt de 5 ans. Le montant total adjugé sur les deux tranches ne devra en aucun cas excéder la somme de 500 MDH. La banque affirme avoir déjà un portefeuille de projets à financer. La BCP n’est pas en reste et s’apprête aussi à lancer ses green Bonds. Ce qui ne fait que révéler le soutien et la confiance des investisseurs à l’égard des projets verts. En d’autres mots, ces nouveaux outils de financement fédèrent. C’est ce que les chiffres du premier semestre de l’année en cours confirment, en tout cas. Le marché des Green Bonds connaît en effet une année record. Plus de 37 MM$ d’obligations vertes ont été émises (presque le double des réalisations de l’année dernière). Cela équivaut à plus de 150 milliards d’actifs en circulation en à peine 3 ans. C’est ce qui a été avancé vendredi dernier, lors d’un point de presse organisé par Crédit Agricole et sa filiale Crédit du Maroc qui n’a, d’ailleurs, pas caché son ambition de lancer des obligations vertes à l’instar de sa société mère. 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page