Éco-Business

Gouvernance touristique : les SDR entrent en jeu

Le recours à ces mécanismes constitue une opportunité pour revoir le modèle de développement touristique au niveau régional et ainsi répondre aux nouveaux défis post-relance. Le nombre le plus consistant des SDR qui est opérationnel se trouve actuellement au niveau de la Région Souss-Massa avec trois sociétés.

Aujourd’hui, les territoires touristiques offrent un cadre adéquat pour la convergence des stratégies régionales et sectorielles afin qu’ils puissent libérer leur plein potentiel touristique surtout dans ce contexte de reprise. Dans sens, la riposte post-pandémique ne peut qu’émaner des territoires pour récupérer les niveaux d’avant-Covid.

Si la période 2015-2021 a été celle de la mise en œuvre de la régionalisation avancée, le passage actuel vers un second mandat des conseils régionaux est arrivé à une phase de maturité qui a déjà permis aux régions de s’engager dans un nouveau paradigme de développement touristique de leurs territoires.

Actuellement, plusieurs collectivités régionales ont déjà puisé dans l’arsenal juridique de la régionalisation avancée, notamment la loi 111-14 relative aux régions. Actuellement, deux régions font figurent de pionnières dans ce cens, notamment la région de Souss-Massa et Drâa-Tafilalet concernant la mise en œuvre d’une nouvelle gouvernance touristique à travers la création des Sociétés Régionales de Développement ( SDR) dédié au tourisme en tant que nouveaux outils de mise en œuvre dans le cadre de l’esprit de la régionalisation avancée.

Le recours à ces outils constitue une opportunité pour revoir le modèle de développement touristique et ainsi répondre aux nouveaux défis post-relance. Au moment où la région de Drâa-Tafilalet a été la seconde région qui a usé de l’article 145 de la loi organique relative aux régions à travers la création de sa propre SDRT, le nombre le plus consistant des SDR qui est opérationnel se trouve actuellement au niveau de la région Souss-Massa.

Souss-Massa : trois SDR déjà opérationnelles
L’activation de ce mécanisme de développement touristique englobe actuellement trois SDR à commencer par la Société de Développement Régional Touristique (SDRT) créée en décembre 2018. Dotée d’un capital social et public de l’ordre de 21,5 MDH, la SDRT a été créée sous forme juridique de société anonyme de droit privé.

Le tour table de ladite société en fonction du schéma de prise de participation est constitué de six actionnaires, à savoir le Conseil régional Souss-Massa, le ministre du Tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire, celui de l’Intérieur, la Commune urbaine d’Agadir et les Chambres régionales du commerce et d’artisanat.

Par ailleurs, la raison sociale du statut de la SDRT a été consacrée à la mise en œuvre de la stratégie nationale du tourisme au niveau régional tout en développant de nouveaux produits touristiques au niveau territorial et procéder à la valorisation du capital patrimoine culturel et naturel, veiller au développement du produit touristique et aux infrastructures y afférentes.

Ce n’est pas tout, la réussite de l’expérience de la SDRT a poussé les acteurs régionaux à faire appel à une nouvelle entité dédiée à l’aménagement touristique dans le cadre de loi organique des régions, mais cette fois-ci, pour l’aménagement de la future station d’Aghroud située au nord d’Agadir.

A cet égard, la Société Marocaine d’Ingénierie Touristique (SMIT), qui est une institution publique, et le Conseil Régional Souss-Massa ont créé cette structure baptisée «SDR Aghroud Aménagement». Dotée d’un capital de 10 MDH, la société de développement régional Aghroud Aménagement se chargera des opérations d’aménagement, équipement et valorisation de la zone d’Aghroud étalée sur 594 hectares dans le cadre d’un nouveau paradigme d’aménagement touristique, qui marque une nouvelle vision de développement touristique dans la région.

SDR TPME touristiques : 150 entreprises ciblées sur trois ans
Par ailleurs, une troisième SDR, à savoir la SDR TPE – PME touristiques Souss-Massa a déjà obtenu son acte de naissance. C’est dans l’objectif d’accompagner au minimum 150 TPME touristiques sur trois ans et la génération de 600 nouveaux emplois directs que la Société de Développement Régional pour la Promotion de la TPME touristiques Souss-Massa a entamé l’opérationnalisation de son programme d’appui à travers la sélection d’un prestataire à l’accompagnement pour la gestion dudit programme.

Fruit d’un partenariat entre le Conseil Régional, la Wilaya de la région, le ministère du Tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire et la SMIT, la SDR TPME touristiques a été créée par l’exécution de ce programme à travers son implémentation technique et opérationnelle en coordination avec les différents partenaires.

Au total, ce programme d’appui a mobilisé, à part égales, un investissement public global d’amorçage par la SMIT et le Conseil Régional. Ce budget est de 100 MDH, dont 5% de fonctionnement de la SDR TPME Touristiques Souss-Massa.

Dans le détail, le programme est basé sur une composante de mise à niveau des entreprises touristiques existantes de la Région opérant dans les filières d’hébergement, d’animation et de services. Il s’agit aussi d’un appui technique et une expertise pour les porteurs de nouveaux projets dans la Région, notamment à travers la prise en charge du coût des études, du conseil, de l’assistance technique, de la formation et de toute maîtrise d’œuvre.

Il est question aussi d’apporter un soutien à l’investissement pour améliorer la rentabilité à travers des primes d’investissement pouvant atteindre 10% du montant d’investissement pour les produits d’hébergement et 30 % du montant d’investissement pour les produits/projets de loisirs et d’animation en plus de 50 % du montant d’investissement pour les projets portant sur l’innovation et la créativité.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page