Éco-Business

Fès-Meknès : un Fonds régional de soutien aux industries de substitution

À l’occasion du lancement officiel du Fonds régional de soutien aux industries de substitution, les responsables de la Région de Fès-Meknès initient un cycle de rencontres d’information destinées aux industriels locaux. Pour rappel, la Task Force régionale de souveraineté a permis la prospection de 81 projets. La mise en œuvre de 46 d’entre eux, qui sont matures, permettrait de générer 955,3 MDH d’investissements et de créer 4.368 emplois. 

La Chambre de commerce, d’industrie et de services a organisé, cette semaine, avec ses partenaires, un cycle de rencontres d’information à l’occasion du lancement du fonds régional de soutien aux industries de substitution. L’objectif est la mise en place d’un dispositif incitatif à l’investissement.


Ces manifestations s’inscrivent dans le cadre de la convention signée entre la CCIS, le ministère de l’Industrie et du commerce, la wilaya, les préfectures et provinces de la Région, le Conseil régional, et le Centre régional d’investissement (CRI). Elles sont organisées suite au lancement par le CRI Fès-Meknès d’un Appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour la sélection de projets industriels souhaitant bénéficier de ce fonds régional.

À noter que le fonds cible les projets industriels mentionnés au niveau de la Banque de projets industriels ou similaires, s’inscrivant dans le Plan de relance industrielle 2021-2023, portant, notamment, sur la stratégie de substitution aux importations mise en œuvre par le ministère de l’Industrie et du commerce.

Les projets, une fois validés par la Commission de suivi et de gestion du fonds régional, peuvent bénéficier d’un financement à hauteur de 10% du prix d’acquisition (hors taxes) des machines et équipements industriels neufs (plafonné à 500.000 DH par projet), d’un financement des frais d’études et des expertises techniques, à l’exception des études à réaliser avant le début effectif de l’activité, (plafonné à 100.000 DH), ainsi que d’une participation aux frais de formation du personnel recruté (emplois permanents) dans le cadre du projet.

Concernant les critères d’éligibilité, le projet doit être réalisé dans le territoire de la Région de Fès-Meknès, porter sur des activités de production industrielle de substitution aux importations, approuvées par le Conseil régional et relever de la banque de projets industriels arrêtée par le ministère.

Par ailleurs, le projet doit porter sur la création d’une nouvelle unité industrielle (ou extension d’une activité industrielle existante avec création de nouveaux emplois), avec interdiction de transfert d’activité existante au niveau de la région.

La durée de réalisation des nouveaux projets ne doit pas dépasser 24 mois à partir de la date d’obtention du permis de construire. Les porteurs de projets sélectionnés s’engagent à respecter plusieurs clauses dont l’interdiction de cession des matériaux et des équipements industriels financés avant le démarrage effectif de l’activité et la création des emplois permanents générés par l’engagement.

En effet, les équipements et machines, objet de soutien financier, doivent être gardés cinq années au moins après le démarrage de l’activité de l’entreprise. La subvention octroyée devra servir à financer exclusivement les besoins validés par la commission compétente, à savoir l’acquisition des machines, les frais d’études et les frais de formation.

Notons que l’investisseur devra également maintenir les emplois permanents créés après le démarrage de l’activité industrielle.

Banque de projets pour la substitution aux importations


Pour conforter l’ambition industrielle du Royaume, le plan de relance industriel 2021-2023 a reposé sur une politique de substitution aux importations. L’analyse détaillée de 16 filières industrielles et 41 segments de produits a permis d’identifier huit filières stratégiques qui concentrent 92% du total des 34 MMDH d’importations recensées pour 2023 (textile, IMM, IEE, IAA, plasturgie, cuir, transport, CPC), avec un potentiel additionnel d’export de 17 MMDH.

En 2023, l’impact du plan de relance industriel sur la balance commerciale est estimé à 51 MMDH. Pour répondre aux besoins de ce plan, une approche «banque de projets» a été adoptée. Cette dernière a permis la réalisation de 302 fiches détaillant les opportunités mises à la disposition des entrepreneurs, dans 12 secteurs clés et 10 axes d’accompagnement des investisseurs.

Le bilan de la Task Force souveraineté de la Région Fès-Meknès a permis l’identification de 81 projets, dont 46 matures. Ils devraient permettre de générer 955,3 MDH et la création de 4.368 emplois.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page