Éco-Business

Fès-Meknès : focus sur le rôle de la femme dans le développement agricole

La Chambre d’agriculture de la Région Fès-Meknès se penche sur le rôle de la femme rurale dans le développement agricole. Avec ses 4.281 coopératives agricoles, dont 2.307 coopératives féminines, la région compte améliorer la participation du secteur de l’économie sociale et solidaire au PIB pour passer de 2% à 7,4% à l’horizon 2030.

Porteuses de changements économiques et sociaux profonds, les femmes rurales occupent une place importante dans l’agriculture, les chaînes de valeur et la sécurité alimentaire, ainsi que dans les questions des terres et des ressources naturelles. À l’occasion de la Journée internationale de la femme rurale, la Chambre d’agriculture de la Région Fès-Meknès a organisé, lundi 31 octobre, une journée d’étude sous le signe «Femme rurale : propulseur de la sécurité alimentaire et de la prospérité économique».

Dans son mot d’ouverture, Samira Arrahmouni, vice-présidente de la Chambre d’agriculture de la Région Fès-Meknès, a précisé que les femmes en milieu rural occupent une place stratégique dans le développement agricole de la région. «Bien qu’elles soient considérées comme des actrices essentielles du développement rural et de l’agriculture durable, indispensables à la sécurité alimentaire et au développement agricole régional et national, les femmes font pourtant face à de profondes difficultés d’insertion dans le tissu économique», a-t-elle ajouté.

Avec ses 4.281 coopératives agricoles, dont 2.307 coopératives féminines, la région compte améliorer la participation du secteur de l’économie sociale et solidaire pour passer de 2% à 7,4% à l’horizon 2030. De son côté, Laila El Wardi, représentante de la Direction régionale de l’agriculture, a précisé que ce genre de rencontre nous permet de mettre en avant les mesures d’accompagnement mises en place par la Direction régionale de l’agriculture (DRA) en faveur des agriculteurs. Elle a également noté que les agriculteurs de la région peuvent proposer des formations sur mesure adaptées à leurs besoins, que ce soit pour le développement de certaines cultures ou sur une technique de production bien précise.

Les mesures d’encouragement
La question de la promotion de l’autonomisation socio-économique de la femme dans le milieu rural est placée au cœur des politiques publiques dédiées au développement des zones rurales. Dans ce cadre, une panoplie de mesures a été entreprise ces dernières années ciblant, notamment, le développement d’outils et de mécanismes opérationnels pour stimuler l’esprit d’entreprise et d’investissement chez les femmes et encourager l’organisation professionnelle agricole, dans le cadre surtout des coopératives.

Il est question aussi de la promotion, la valorisation et l’appui à la commercialisation des produits des coopératives agricoles. Il s’agit aussi de l’appui apporté à l’économie sociale structurée dans le cadre des associations et des coopératives qui constituent le moyen le plus approprié pour créer des activités génératrices de revenus, et l’un des mécanismes fiables de lutte contre la pauvreté et l’exclusion, en particulier parmi les femmes.

Accès limité aux ressources
Les intervenants à cette rencontre ont essayé chacun de son côté de décortiquer les différentes difficultés qui entravent le développement des coopératives féminines dans la région. Généralement, on trouve que les populations pratiquant l’agriculture de subsistance ont souvent un accès limité aux ressources, qu’il s’agisse des ressources productives, sociales, politiques ou économiques. De récentes études, conduites dans certains pays, ont démontré que l’inégalité d’accès aux facteurs de production freinait l’augmentation de la production agricole.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations ÉCO

Immobilier : pourquoi les prix sont en hausse continue ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page