Éco-Business

Fès-Meknès : 1 MMDH pour le renforcement de l’offre de formation

La Région Fès-Meknès vient de signer cinq nouvelles conventions de partenariat pour le renforcement de l’offre de formation. Portant sur un budget d’un milliard DH, ces projets concernent, entre autres, la création d’une Cité des métiers et des compétences (CMC) avec une enveloppe de 370 MDH et la création de plusieurs Cités universitaires à Ain Cheggag, Boulemane, Sefrou, Ifrane, El Hajeb, Meknès et Taounate.

La Région Fès Meknès vient de finaliser la démarche de la signature des projets, dans le cadre du contrat-programme entre l’État et la région, visant le renforcement de l’offre de formation dans la région. Mardi dernier, les cinq dernières conventions de partenariat ont été signées par le ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Saaïd Amzazi, la directrice de l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT), Loubna Tricha, le président du Conseil de la Région Fès-Meknès, le wali de la région, le président de l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (USMBA) de Fès et le président de l’Université Moulay Ismail Meknès. Parmi les cinq conventions, l’OFPPT a signé deux conventions de partenariat d’une enveloppe globale de 464 MDH. La première convention concerne la création d’une Cité des métiers et des compétences (CMC) avec une enveloppe de 370 MDH, dont la participation du conseil de la région est de 70MDH. «La contribution du conseil régional affirme le rôle essentiel de la région dans la mise en place de la Cité des métiers et des compétences dans la Région Fès-Meknès à travers sa participation à la définition de l’offre de formation, au déploiement de nouveaux modèles de gouvernance prévue pour la gestion, ainsi qu’au financement de projet», précise la directrice générale de l’OFPPT, Loubna Tricha.


Avec ce nouveau projet, la Région Fès-Meknès sera dotée d’une structure multisectorielle et multifonctionnelle appelée à devenir un levier stratégique de la compétitivité et un facteur majeur de l’insertion des jeunes dans la vie active. La CMC sera édifiée sur un terrain de 20 ha à côté de l’Université euro-méditerranéenne de Fès au Nord-Est de Fès, à la sortie de la route principale Fès-Meknès. Le démarrage de la formation à la CMC de la Région Fès-Meknès est prévu pour la rentrée 2022/2023. Quant à la deuxième convention (94 MDH), elle concerne la création d’un établissement pour l’hébergement des stagiaires «internat» et la mise à niveau de cinq établissements de formations professionnelles dans la région (Fès, Sefrou, Taza, Taounate et Missour). «Les deux conventions traduisent notre volonté de créer plus de rapprochement et de la synergie avec les territoires en tant qu’acteurs essentiels dans le développement de la formation professionnelle en générale et dans le déploiement du programme des Cités des métiers et des compétences en particulier», nous explique la directrice générale de l’OFPPT. La troisième convention concerne la création d’un institut de formation dans les métiers de l’eau, d’assainissement et de l’environnement.

Ce projet nécessitera une enveloppe de 91 MDH, dont la participation du conseil de la région est de 30 MDH. La quatrième convention concerne la création et l’équipement d’un restaurant et d’une cité universitaire au complexe universitaire Agdal. D’une enveloppe de 80 MDH, dont 10 MDH du conseil de la région, ce projet sera mené par l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah (USMBA) de Fès. Dotée d’une enveloppe de 280 MDH, dont 94 MDH financé par le conseil de la région, la cinquième convention concerne la création de plusieurs cités universitaires en faveur de l’USMBA et l’Université Moulay Ismail Meknès. Les nouvelles cités seront réalisées à Ain Cheggag, Boulemane, Sefrou, Ifrane, El Hajeb, Meknès et Taounate. Il faut noter que ces nouvelles infrastructures de formation s’inscrivent dans le cadre de la dynamique de développement que connaissent toutes les provinces de la région, de par l’importance du rôle de l’université en tant que levier de développement scientifique et technologique. 

Mehdi Idrissi / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page