Éco-Business

Entretien avec Mohamadi Rachdi El Yacoubi, Président du Cercle des fiscalistes du Maroc (CFM)

Faut-il supprimer la TVA pour éradiquer l’informel au Maroc ?
Le constat incriminant uniquement la TVA est réducteur. La lutte contre le secteur informel reste subordonnée à d’autres dimensions telles que l’accessibilité au financement, la couverture sociale, la mise en place de formations adaptées ainsi que la réduction des coûts bureaucratiques et charges administratives.

Qu’entendez-vous par charges administratives ?
Je veux parler des procédures administratives et des charges y afférentes. Leur réduction est une tache essentielle de la politique économique à laquelle doit s’atteler notre gouvernement.


Que pensez-vous du dispositif fiscal mis en place pour les auto-entrepreneurs ? Est-ce un bon moyen pour lutter contre l’informel?
Ce dispositif dont bénéficient également les entreprises anciennement soumises au régime forfaitaire (contribution professionnelle unique) est une bonne chose. Tout le problème est de parvenir à bien le faire fonctionner. C’est à dire que les pouvoirs publics doivent lutter efficacement contre la fuite vers ce régime favorable qui attire souvent «des passagers clandestins». 

Aziz Diouf / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page