Éco-Business

Dédoublement de la RN Fès-Taounate : plus de 306 MDH pour la première tranche

Après plusieurs années d’attente, le ministère de l’Équipement et de l’eau vient de donner le coup d’envoi de la première tranche du projet de dédoublement de la Route nationale n°8 reliant Fès à Taounate. Ce projet nécessitera un investissement global de 1,56 MMDH, dont une contribution de 485 MDH mobilisée par le Conseil de la Région Fès-Meknès. 

Le ministère de l’Équipement et de l’eau donne le coup d’envoi du projet de dédoublement de la Route nationale n°8 reliant Fès à Taounate. La direction provinciale de Taounate vient de lancer, à cet effet, un appel d’offres relatif à la première tranche des travaux de dédoublement de la voie expresse du PK805+000 au PK789+000 sur 16 Km.

Nécessitant une enveloppe de 306,2 MDH, cette première tranche, dont le délai d’exécution est de 18 mois, est financée par la direction régionale de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, le Conseil régional Fès-Meknès, la Direction générale des collectivités locales, l’Agence de développement des préfectures et des provinces du nord et le conseil provincial de Taounate.

Ce projet nécessitera un investissement global de 1,56 MMDH, dont une contribution de la région à hauteur de 485 MDH. Notons qu’un projet de 100 MDH sera réalisé sur la même route pour le dédoublement du tronçon-échangeur de Fès-Sidi Khiar.

Les travaux porteront sur une distance de 73 km, entre les points kilométriques 732 et 805. Ont déjà été réalisés, dans le cadre de ce chantier, dont les préparatifs ont été lancés en 2018, l’étude et le contrôle des travaux (60 MDH), le transfert des réseaux (100 MDH) et l’acquisition du foncier (100 MDH).

Rappelons que ce projet a fait l’objet, depuis plusieurs années, d’une revendication à la fois des usagers et des acteurs locaux. Une requête, paraphée par plus de 1.280 membres du «Forum des compétences de Taounate», a été adressée au ministère de tutelle, demandant d’activer la construction de cette voie express.

Les signataires ont fait état des souffrances quotidiennes des populations en raison de la précarité économique et sociale et des pénibles conditions d’enclavement dont pâtissent les habitants de la province, accentuées par le manque d’infrastructures de base, notamment routières. La non-exécution du projet de la voie express Fès-Taounate constitue ainsi, depuis des années, l’une des doléances majeures de la population.

À noter que cet axe routier a connu un trafic particulièrement dense durant les dernières années, puisque cette route est empruntée quotidiennement par plus de 7.500 véhicules. Ce chiffre grimpe à 15.000 véhicules en période de pointe, avec, comme conséquence, des accidents graves, voire mortels, avec leur corollaire de malheurs et de répercussions humaines et sociales.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations ÉCO

Maroc : polémique au sein des agences de voyage


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page