Éco-Business

Cosumar : CFG revoit sa recommandation

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Le groupe Cosumar affiche des résultat en ligne avec les estimations de CFG Bank. Par ailleurs, les analystes modifient leur recommandation sur le titre d’acheter à conserver. Détails.

Dans une note diffusée le 13 septembre, CFG Bank a réagi aux résultats de Cosumar au premier semestre 2021. Sur la base des agrégats financiers déclarés par le producteur national du sucre, «nous pouvons prétendre que, dans l’ensemble, les réalisations financières du groupe sont dans une large mesure conformes aux attentes», affirment ainsi les analystes de CFG. Sur la base des nouvelles données financières, CFG a modifié sa recommandation sur le titre d’ «acheter» à «conserver».


Comme prévu, le groupe a bénéficié de la reprise des volumes de ventes domestiques, enregistrant +5,7% par rapport au S1-2020. En effet, sur le S1-2020 les ventes locales avaient souffert des restrictions sanitaires mises en place pour contenir la propagation de la Covid-19. Si le chiffre d’affaires progresse de 3% à 4,382 MMDH au premier semestre de l’année, les marges et la rentabilité ont également bénéficié de la reprise des ventes domestiques, avec un EBITDA bondissant de 7% à  976 MDH et une marge d’EBITDA qui s’établie à 22,3 % contre 21,4% au même semestre de l’année dernière.

Sucre : la production fortement en baisse
CFG avait anticipé une baisse de la production de sucre à partir de betteraves sucrières et de cannes cultivées localement en raison de conditions météorologiques défavorables. «Sur la base de nos anciennes prévisions, la production aurait dû atteindre 430 KT en 2021E, ce qui implique un taux d’autosuffisance de 36,6%. Sur la base du communiqué du groupe, la production locale n’était que de 388 KT en 2021, ce qui implique un taux d’autosuffisance de seulement 33,1%», souligne la note de CFG.

C’est le niveau le plus bas depuis 2013. Pour rappel, le sucre produit à partir de plantes sucrières cultivées localement, apporte des rendements plus élevés que le sucre blanc issu du raffinage du sucre brut importé. D’où la baisse attendue de la marge d’EBITDA de l’exercice 2021E de 15,3% en 2020 à 14,9% en 2021E. «Notre principale préoccupation sur le titre est l’évolution défavorable du white spread en 2021. En effet, les marges de raffinage se sont contractées en 2021 alors que nous nous attendions à ce qu’elles se stabilisent.

Sur la base du taux de change au Maroc, le prix à l’exportation de Cosumar par tonne a diminué de 6% sur le premier semestre de l’année par rapport à la même période de 2020, alors que le prix du sucre brut non raffiné a augmenté de 2%», indiquent les analystes de CFG. En tout cas, et pour le moment, ces derniers gardent leurs prévisions inchangées:  «cependant, nous surveillerons  de près les marges de raffinage au cours des prochains mois. Nous attendrons aussi la publication de l’intégralité des états financiers du groupe pour revenir avec une mise à jour.

Sanae Raqui / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page