Éco-Business

L’Afrique chiffre ses besoins

Après une semaine de travail à Marrakech, Salaheddine Mezouar, président de la COP22, a assuré qu’il y a eu des progrès sur l’ensemble des thèmes des négociations climatiques.


Le président de la COP22 a notamment insisté, ce samedi 12 novembre à Marrakech, sur les avancées dans le renforcement des capacités. «Nous avons réalisé de vrais progrès sur cette question cruciale», a affirmé Salaheddine Mezouar.

Sur la question globale de l’adaptation, il a fait savoir que l’Afrique a évalué ses besoins qui sont de «100 milliards de dollars par an d’ici à 2030 pour accompagner l’ensemble des projets structurants et en relation avec le développement durable».

Pour l’énergie, les besoins de financements sont de l’ordre de 45 à 50 milliards de dollars par an, 12 à 27 milliards pour les infrastructures au sein des villes et entre 3 et 5 milliards pour l’agriculture.

Sur cet aspect du financement de l’adaptation, la secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), Patricia Espinoza, a fait savoir qu’actuellement, «10 projets seront financés à hauteur de 80 millions de dollars dans le cadre du GEF (Global Environment Facility) et d’autres seront cofinancés à hauteur de 300 millions de dollars».

Patricia Espinosa a formulé le souhait de voir les travaux des organes subsidiaires se finir au plus tard lundi pour laisser place au sommet de haut niveau la semaine prochaine. Semaine durant laquelle se tiendra le sommet des chefs d’États africains, sous la présidence du roi Mohammed VI.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page