Éco-Business

Conjoncture nationale : Bank Al-Maghrib positive, mais prudente

Le Conseil de la Banque centrale a tenu sa première réunion trimestrielle de l’année 2021. Il est attendu que la reprise de l’activité économique se poursuive, selon Bank Al-Maghrib. Un optimisme teinté, toutefois de prudence, en raison de «fortes incertitudes liées essentiellement à l’évolution de la situation épidémiologique et à la disponibilité des vaccins aux niveaux national et international».

Les analystes l’avaient prédit, la banque centrale l’a en effet décidé. À l’issue de sa première réunion trimestrielle de l’année 2021, le Conseil de Bank Al-Maghrib (BAM) tenu mardi a ainsi décidé de maintenir inchangé le taux directeur à 1,5%. Globalement, estime la banque centrale, «le Conseil a estimé que l’orientation de la politique monétaire reste largement accommodante, assurant des conditions de financement adéquates». Jugeant que le niveau actuel du taux directeur demeure approprié, le Conseil de BAM a donc décidé de maintenir ce taux inchangé à 1,5%, indique BAM dans un communiqué.


Dans la foulée de l’évaluation de la conjoncture nationale, Bank Al-Maghrib table sur une bonne santé du secteur agricole au cours de cette année, entrainant par là un effet positif sur la croissance globale. L’économie marocaine devrait enregistrer une croissance de 5,3% au titre de l’année 2021, avant de s’établir à 3,2% en 2022, prévoit BAM. «La valeur ajoutée des activités non agricoles progresserait en 2021 de 3,5% et, tenant compte d’une production céréalière estimée autour de 95 millions de quintaux (Mqx), celle du secteur agricole rebondirait de 17,6%, portant ainsi la croissance de l’économie nationale à 5,3%», détaille la banque centrale à l’issue de la première réunion trimestrielle de son conseil pour cette année. Et d’ajouter qu’en 2022, la croissance se consoliderait à 3,2%, recouvrant une accélération pour sa composante non agricole à 3,8% et une baisse de 2% de la valeur ajoutée agricole, sous l’hypothèse d’un retour à une production céréalière moyenne de 75 Mqx. Les perspectives semblent bonnes et devraient durer dans le temps, si l’on en croit les prévisions de BAM. Il est ainsi attendu que la reprise de l’activité économique se poursuive, soutenue notamment par le plan de relance de 120 milliards DH, l’orientation accommodante de la politique monétaire et un certain regain de confiance au regard de l’avancement de la campagne de vaccination et des conditions climatiques favorables qui caractérisent l’actuelle saison agricole, ajoute Bank Al-Maghrib.

Néanmoins, nuance la même source, ces perspectives restent entourées de fortes incertitudes liées essentiellement à l’évolution de la situation épidémiologique et à la disponibilité des vaccins aux niveaux national et international. Quid alors de l’inflation, dans ce cadre? Selon Bank Al-Maghrib, l’inflation devrait s’inscrire en hausse tout en demeurant à un niveau modéré, passant de 0,7% en 2020 à 0,9% en 2021 puis à 1,2% en 2022. «Sous l’effet des pressions désinflationnistes émanant de la demande, l’inflation est restée faible en 2020.

Avec la reprise de l’activité et l’augmentation des cours internationaux du pétrole et de certains produits alimentaires, elle devrait s’inscrire en hausse tout en demeurant à un niveau modéré, passant de 0,7% en 2020 à 0,9% en 2021 puis à 1,2% en 2022», précise BAM. La composante fondamentale de l’inflation connaîtrait une évolution similaire pour s’établir à 1,2% en 2021, avant de s’accélérer à 1,5% en 2022, fait savoir la Banque centrale.

Sami Nemli / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page