Éco-Business

Climat : après le diagnostic, les mesures thérapeutiques du GIEC

Lundi 4 avril 2022, le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) a publié un nouveau volet de son sixième rapport sur le changement climatique. Un rapport où les experts ont émis plusieurs recommandations pour respecter les engagements de l’accord de Paris qui visent à atteindre 1,5°C de réchauffement à l’horizon 2100.

Dans l’industrie, responsable d’environ 24% des émissions de CO2, les scientifiques évoquent des actions coordonnées «tout au long de la chaîne de valeur», pour «utiliser plus efficacement les matériaux, les réutiliser et les recycler, diminuer les déchets».

«Ces options ont le potentiel d’être plus utilisées dans les pratiques industrielles et requièrent une plus grande attention de la part des politiques industrielles», notent les auteurs du rapport.

Dans l’agriculture, forêt et usage des terres, qui émettent environ 22% du CO2, le GIEC recommande la «préservation, une meilleure gestion et une restauration des forêts et autres écosystèmes, comme les marais côtiers, les tourbières, les savanes et prairies», ainsi qu’une gestion durable des cultures et des élevages.

Dans les transports (environ 15% des émissions de GES), les experts onusien du climat listent plusieurs options : réduction de la demande de transports (télétravail, moins d’étalement urbain), report sur des modes moins polluants (transports en commun), des modes actifs (vélo, marche) avec des investissements (pistes cyclables, trottoir), électrification des véhicules (moins polluants que les thermiques sur l’ensemble de leur cycle de vie) et biocarburants (même si ces derniers présentent des risques de conflit sur l’usage des sols avec l’alimentation).

Dans le bâtiment (environ 6% des émissions de GES), le rapport relève que les villes et les aires urbaines offrent des «opportunités significatives» pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Cela doit inclure «la réduction ou le changement de la consommation énergétique et de matériaux», «l’électrification» et l’augmentation de la capacité de la ville à capter et stocker du carbone (avec des espaces verts, par exemple).

Aziz Diouf / Les Inspirations ÉCO

Maroc : polémique au sein des agences de voyage


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page