Éco-Business

Chômage. Légère baisse au troisième trimestre

Le taux de chômage a connu une baisse au troisième trimestre 2018 passant de 10,6% à 10% dans le royaume a indiqué, ce lundi 5 novembre, le Haut-Commissariat au plan (HCP) dans une note d’information relative aux principaux indicateurs du marché du travail. Cependant, le nombre de chômeurs reste toujours élevé.

L’espoir semble toujours permis pour les Marocains en état d’inactivité. Le taux de chômage a encore connu une légère baisse. De 10,7% à 10,5% au niveau national entre les premiers trimestres de 2017 et 2018, entre le troisième trimestre de l’année 2017 et la même période de 2018, l’économie marocaine a créé 122.000 postes d’emploi, repartis comme suit : 118.000 en milieu urbain et 4.000 en milieu rural. Résultat, le taux de chômage est ainsi passé de 10,6% à 10% dans le royaume. C’est ce qui ressort essentiellement d’une note d’information du Haut-commissariat au plan (HCP) relative aux principaux indicateurs du marché du travail au troisième trimestre de 2018, rendue publique ce lundi 5 novembre 2018.


Plus d’un million de chômeurs cependant
En gros, le nombre de chômeurs est passé de 1.236.000 à 1.172.000 personnes entre le 3e trimestre de 2017 et la même période de 2018 et d’après les chiffres du HCP, ce sont les non-citadins qui sont les plus impactés par ce vent d’espoir alors qu’en milieu urbain, les Marocains sont plutôt moins actifs proportionnellement. En effet, en milieu urbain, si le taux de chômage a connu une baisse passant de 14,9% à 14,3%, en milieu rural, l’état d’inactivité des populations n’est que de 3,9%. Toutefois, le milieu rural reste encore confronté au phénomène du sous-emploi (11,6%) alors que celui des villes a baissé de 8,3% à 8,2%, a souligné le HCP. La même source précise que les baisses les plus importantes du taux de chômage (qui reste relativement élevé) ont été relevées parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans (-1,8 point), les femmes (-1,3 point) et les personnes ayant un diplôme (-1,1 point). C’est sans doute grâce au dynamisme des secteurs modernes et très prisés par ces catégories de Marocains. Le secteur des services, par exemple, a créé 98.000 postes d’emploi enregistrant un accroissement de 2,2% de l’emploi dans ce secteur, a indiqué le HCP précisant que ces nouveaux postes ont été créés principalement par les branches des «services personnels et domestiques» du «commerce de détail hors magasin» et de la «restauration et hôtellerie». Seulement, le tertiaire n’a pas le monopole de la création d’emplois.

Le secteur du tertiaire se démarque
Les secteurs de l’industrie, agriculture, forêt et pêche ont créé un total de 28.000 postes. En revanche, celui des BTP a perdu, durant la période étudiée, 4.000 postes d’emploi au niveau national, résultat d’une création de 11.000 postes en milieu urbain et d’une perte de 15.000 postes en milieu rural, enregistrant une baisse de 0,4% du volume d’emploi du secteur. Autres détails, si cette baisse du taux de chômage semble se poursuivre et tutoyer d’autres paliers inférieurs, elle masque cependant une autre réalité du marché du travail au Maroc. Au moment où le taux de chômage est en recul, la baisse des taux d’activité et d’emplois se poursuit. Ces derniers ont ainsi respectivement reculé de 45% et 40,5%. 


Galère des jeunes diplômés

Près de 6 chômeurs sur 10 (57%) sont à la recherche de leur premier emploi, 2 sur 3 (64,7%) sont en situation de chômage depuis une année ou plus et un peu plus du quart (26,8%) se sont retrouvés dans cette
situation suite au licenciement ou à l’arrêt de l’activité de l’établissement employeur.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page