Éco-Business

AMITH : la nouvelle équipe prend ses marques

L’Association marocaine des industries du textile et de l’habillement (AMITH) a tenu son Assemblée générale le 27 juillet 2022 à l’ESITH de Casablanca. L’AG a été l’occasion pour le président de l’AMITH de présenter les grands axes de la feuille de route du mandat 2022–2025 et des nouveautés organisationnelles. 

Nouveau commissaire aux comptes, création d’un conseil des anciens, augmentation de la représentativité des régions… Il y a comme un air de renouveau au sein de l’Association marocaine des industries du textile et de l’habillement (AMITH). Élu le 26 mai 2022, le nouveau binôme dirigeant veut marquer de son empreinte le secteur du textile et habillement le temps de son mandat. Avant de déployer sa feuille de route, il s’applique à procéder à un certain nombre de toilettages et de réorganisations. A commencer par changer le commissaire aux comptes de l’association pour la période 2022-2025.

«Le constat dressé par l’actuel commissaire aux comptes pour l’assemblée générale élective de mai dernier était très sommaire. Il ne correspond pas à nos attentes. Ainsi donc, nous avons préféré mettre en place un commissaire aux comptes spécialiste des associations. Il va nous permettre de restructurer ce qu’on peut, et en même temps être dans la vraie transparence des chiffres. Depuis les dernières élections, nous avons lancé un audit général sur l’AMITH. Cet audit est bouclé. Nous avons des conclusions que nous allons mettre en place», explique Anass El Ansari, président de l’AMITH.

Selon le dirigeant, le nouveau commissaire aux comptes a beaucoup à apporter, notamment «sur la partie organisationnelle et la certification des comptes. Et cerise sur le gâteau, il coûte trois fois moins cher que l’actuel commissaire aux comptes». Ainsi donc, le Cabinet Directs Conseils Maroc, cabinet d’expertise comptable, d’audit et de conseil formé par l’association de Mehdi Bennani et Abdelouhab Laraki, vient de décrocher le marché de la certification des comptes de l’AMITH.

Mobilisation et implication des membres, les maîtres mots !
Lors de l’Assemblée générale ordinaire organisée le 27 juillet, à l’ESITH de Casablanca, les maîtres mots était «mobilisation» et «implication des membres», dans un contexte où l’association a du mal à collecter les informations pour dire «qui fait quoi. Ne serait-ce que pour être en mesure d’honorer la commande publique, pour développer une économie circulaire entre ses membres, ou encore pour aller vers les instances et institutions afin de faire valoir le made in Morocco», déplore Omar Sajid, vice-président de l’AMITH.

Il précise tout de même que les priorités de l’AMITH pour le mandat 2022-2025 ont trait à la consolidation des acquis, tout en saisissant les opportunités qui s’offrent à l’international et sur le marché local. «Il faudra donc répondre aux attentes des consommateurs marocains et internationaux, et aux exigences de la commande publique. L’AMITH s’aligne totalement sur la position gouvernementale en ce qui concerne la préférence nationale en matière de commande publique», a-t-il affirmé. L’autre nouveauté réside dans la composition du conseil d’administration. Constituée du binôme en plus de 38 autres membres, l’équipe chargée de mettre en place le programme a été validée à main levée.

«Le textile marocain traverse un moment historique, car nous avons un projet ambitieux pour notre secteur. Le programme présenté durant cette AG est une consécration d’un travail acharné d’un groupe d’experts du secteur textile-habillement marocain. Les grands industriels du pays adhèrent à ce programme dont l’objectif est la création du textile de demain, tenant compte de la durabilité et de la création d’emplois» et ont proposé des membres engagés pour les représenter dans le conseil d’administration, fait valoir Anass El Ansari.

Les 7 grands axes de la feuille de route 2022-2025
C’est dans ce contexte que le nouveau binôme, élu à la tête de l’association des textiliens marocains, a présenté la feuille de route du mandat 2022-2025 déclinée en sept grands axes. Pour l’équipe dirigeante, le projet de gouvernance va consister à transformer le rôle de l’association, soutenir les entreprises pour l’accès aux marchés, renforcer la compétitivité du secteur en amont et faire la promotion du Made in Morocco pour la reconquête du marché local. A cela s’ajoutent la modernisation et l’industrie 4.0, l’industrie verte et l’intégration du Grand Sud.

Pour l’Axe 1 relatif à la transformation du rôle de l’AMITH, l’objectif dévoilé par Anass El Ansari est la consolidation des relations institutionnelles, le renforcement de la position et de la notoriété de l’AMITH, l’adoption  du découpage régional territorial et la définition des rôles et périmètres des délégations régionales. L’objectif étant de renforcer la proximité et améliorer les services rendus aux membres.

Dans l’optique de soutenir les entreprises pour accéder aux marchés (Axe 2), l’AMITH s’attèlera à assurer une veille en continu pour informer ses membres sur les accords de libre-échange, les règles d’origine et les conditions d’accès aux marchés internationaux. La redéfinition de l’offre exportable du secteur, l’organisation de salons par région, la simplification et l’amélioration des missions export et leurs prises en charge sont autant de composantes de l’Axe 2.

Ce dernier accorde une attention particulière aux audits et certifications de nature à faciliter l’accès des entreprises aux nouveaux marchés. Dernier point, mais non le moindre, l’AMITH milite pour la participation à la validation des cahiers de charges des marchés publics pour faciliter à ses membres l’accès à la commande publique. L’Axe 3 inhérent au renforcement de la compétitivité du secteur en amont est structuré autour de quatre piliers : la création de conditions favorables à l’investissement, l’amélioration des incitations à l’investissement en amont, la reprise des formations textile en amont ainsi que la formation des experts techniques.

Afin de faciliter la reconquête du marché local par le Made in Morocco (Axe 4), l’AMITH compte activer quatre leviers. Il s’agit de la communication et la sensibilisation sur l’offre marocaine à l’échelle locale à travers, notamment, la tenue de salons régionaux, la création d’un espace de promotion de la marque marocaine sur la plateforme AMITH, l’appui nécessaire pour aider les entreprises à atteindre la taille optimale et enfin l’encouragement de l’intégration amont/aval. La facilitation de la digitalisation des entreprises (optimisation des processus, formation, sensibilisation, création de la Smart Factory) ainsi que l’accompagnement et la sensibilisation des unités industrielles aux nouvelles avancées technologiques constituent la trame de l’axe 5 relatif à la modernisation & l’industrie 4.0. L’Axe 6, qui porte sur l’industrie verte, met en évidence la nécessité d’accompagner les membres vers une production plus propre, les sensibiliser sur l’impact environnemental des produits fabriqués, tout en encourageant l’économie circulaire au sein de l’écosystème textile. Enfin, l’Axe 7, qui porte sur l’intégration du Grand Sud, consiste à positionner cette partie du Maroc comme un hub subsaharien. Pour ce faire, l’AMITH insiste sur la nécessité de transférer le savoir-faire reconnu de l’industrie textile aux Marocains du Grand Sud.

Représentativité des régions : Casablanca concentre encore près du tiers des membres du conseil d’administration

Comme annoncé lors des dernières élections, le binôme s’est engagé à relever la représentativité des régions, pour ainsi stimuler leur développement. Cependant, vous aurez certainement remarqué la faible représentativité des textiliens de Rabat dans le nouveau conseil d’administration de l’AMITH (8% des membres, voir tableau). Sur le sujet, Anass El Ansari a relevé le mécontentement de professionnels de la capitale politique, soulignant avoir prévu «si tout va bien, aller plus vers Rabat.

Donc forcément, il y aura plus de représentativité». A part Rabat, le conseil d’administration est composé, à hauteur de 49%, de professionnels de Casablanca, 28% de Tanger, 15% de Fès. Autre nouveauté : la nouvelle équipe compte mettre en place un Conseil des sages, à la demande de plusieurs membres. En son sein, siègeront les anciens présidents, pour rester dans la continuité, bénéficier de leurs réseaux, savoir-faire et implication. Selon le président, ce conseil, composé de Mohamed Lahlou (président de 1984 à 2002), Salah Eddine Mezouar (2002-2005), Karim Tazi ( 2005-2008), Mohamed Tamer (2008-2009), Karim Tazi (2016-2019), Mohammed Boubouh (2019-2022), pourra être mis en place sous réserve de leur acceptation.

Modeste Kouamé / Les Inspirations ÉCO

Maroc : polémique au sein des agences de voyage


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page