Éco-Business

Agriculture : L’Initiative «AAA», un appel à l’action

L’agriculture en Afrique est inscrite au sein des priorités de la COP22. L’initiative marocaine à portée continentale «triple A» peut apporter des solutions à des situations critiques en Afrique. Elle tend au renforcement des financements dédiés à l’adaptation de l’agriculture africaine et à l’accélération de la mise en œuvre de projets opérationnels.


Le Maroc entend conférer une place particulière au dossier de l’adaptation de l’agriculture aux effets des changements climatiques lors de la COP22. L’engagement  du royaume est concret à travers l’initiative «AAA» née d’un constat concret : l’adaptation de l’agriculture africaine  n’est pas assez prise en considération aussi bien dans les négociations internationales que dans l’allocation des fonds climat. Lancée en avril 2016, cette initiative ambitionne de réduire la vulnérabilité de l’agriculture africaine aux changements climatiques. Elle constitue, de l’avis des responsables marocains et internationaux,  une réponse innovante pour réussir l’adaptation de l’agriculture africaine aux changements climatiques. Elle est basée sur des projets concrets et sur la coopération Sud-Sud. Jusque-là, des dizaines de  projets contribuant à l’adaptation de l’agriculture africaine sont identifiés dans le continent. Les différents partenaires pourraient proposer des projets pouvant être portés par «Triple A». Cette initiative  se distingue par sa démarche pragmatique basée sur la conception, la mise en œuvre et le suivi des projets à fort potentiel avec obligation de résultats et d’impacts sur les populations des pays africains. Le  «Triple A» est axé sur  deux volets. Il s’agit en premier lieu d’être  le porte-voix de l’agriculture africaine auprès de la sphère climat. Le second levier est l’accélération du financement des projets d’adaptation de l’agriculture africaine grâce notamment aux fonds climat.

L’initiative promeut et soutient trois types de solutions en matière de gestion des risques climatiques. Il s’agit du développement et l’amélioration des systèmes d’observation et de prévision, le développement de l’assurance agricole indicielle, produit d’assurance basé sur des indices météo et satellitaires ainsi que le développement des programmes de formation. On ambitionne à travers cette initiative d’agir  sur, d’une part,  le volet « négociations » pour mettre l’adaptation de l’agriculture africaine au cœur des enjeux des COP et d’obtenir une répartition équitable des fonds climat entre adaptation et atténuation et, d’autre part,  le volet « solutions » pour promouvoir et favoriser la mise en en œuvre de projets concrets et innovants en matière de gestion des sols, de maîtrise de l’eau agricole, de gestion des risques climatiques et de renforcement des capacités. Ainsi, à titre d’exemple,  la situation des petits agriculteurs pourrait être améliorée de manière à parvenir à une production agricole diversifiée et à rationaliser l’exploitation des ressources hydriques.

Le triple A est largement adopté par les pays africains et les salué par les organisations internationales. En témoigne la Déclaration de Marrakech  en septembre dernier sur «l’initiative en faveur de l’Adaptation de l’Agriculture Africaine – AAA» lors du sommet tenu en septembre  dans la cité ocre et réunissant une trentaine de ministres africains ainsi que les Présidents et représentants des Institutions et organisations nationales et internationales, des chefs d’entreprises et scientifiques. L’appel est lancé pour soutenir l’initiative proposée par le Maroc, en vue de promouvoir les investissements publics et privés afin d’améliorer la situation des petits agriculteurs. Les intervenants se sont engagés à soutenir cette initiative pour positionner l’agriculture au centre des négociations climat en mettant en exergue une augmentation durable de la productivité et des revenus agricoles, l’adaptation et le développement de la résilience face aux changements climatiques.


Aziz Akhannouch, Ministre de l’agriculture et de la pêche maritime,

“L’agriculture doit revenir au centre des négociations car elle fait partie des solutions. Le concept du “triple A” qui tient compte de plusieurs recommandations d’adaptation a trouvé écho chez les ministres de l’agriculture. L’initiative proposée par le Maroc établit pour la première fois le lien entre développement agricole et les changements climatiques. Elle a été conçue pour prendre acte de la vulnérabilité des agricultures aux changements climatiques en s’appuyant sur l’expérience de décennies de développement agricole”.

au sommet de Haut Niveau sur l’initiative en faveur de l’adaptation de l’agriculture africaine aux changements climatiques.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page