Éco-Business

Abdellatif Kabbaj :  “Nous allons exporter des produits  d’artisanat moderne”

Abdellatif Kabbaj
Directeur général de Diamantine

Diamantine fête ses 20 ans, quel est le bilan de la marque ?
La marque existe depuis une vingtaine d’années. Notre premier magasin a été lancé en 2002, il s’appelait au départ «Châles et foulards», car ce sont les deux produits qui étaient commercialisés à l’époque. Depuis, nous avons lancé le prêt-à-porter traditionnel marocain modernisé, réalisé au sein de nos usines, avec la contribution de coopératives et d’artisans marocains qui fabriquent tous les agréments d’une djellaba ou encore d’un caftan. A partir des années 2010, nous avons enregistré une croissance assez marquée au niveau du périmètre national sur plusieurs villes. Et, en 2011, nous avons lancé notre premier magasin à l’étranger, en Algérie. Depuis, nous avons assuré une expansion régionale et continentale, notamment dans la zone MENA, ensuite en Europe occidentale et en Amérique du Nord, ainsi qu’au Royaume-Uni et en Afrique subsaharienne.

 

Quelle est justement la contribution du marché international dans la croissance de Diamantine ? 
Je peux dire que notre croissance à l’étranger est en forte évolution. Je rappelle qu’au Maroc nous sommes à 80 points de ventes, et ce marché stagne au vu de notre maillage important dans toutes les villes dont la population est supérieure à 120.000 habitants. Donc l’évolution actuelle et à venir se fait davantage au niveau international. Et là, il n’y a aucune limite de potentiel de croissance pour Diamantine.
Ainsi nous sommes présents déjà dans 14 pays dans le monde avec 25 magasins, dont certains sont en franchise et d’autres gérés en propre. Je note, par ailleurs, qu’au niveau des États-Unis, nous sommes présents à travers la vente en ligne à partir de notre représentation au Royaume-Uni.
Le produit Diamantine est-il 100% marocain ? 
Oui, de la matière première au produit fini, la création Diamantine est 100% marocaine. Le travail est fait par des artisans marocains et nous en sommes fiers. Et puis, de par leur style, toutes nos créations sont purement marocaines, réalisées grâce au savoir-faire de Marocaines et Marocains à travers tout le pays.

 

Comment voyez-vous le futur de Diamantine ? 
Déjà je peux confirmer que le marché a repris de plus belle, suite à une atonie provoquée par le déclenchement de la crise sanitaire. Pendant plus d’un an et demi nous étions en mode pause, toute la distribution, tout le rythme global du retail était pratiquement suspendu. Ceci dit, notre activité de vente en ligne s’est poursuivie durant cette période. Je rappelle que nous étions parmi les premiers à nous lancer dans le e-commerce en 2011. Aujourd’hui, nous avons, en effet, retrouvé notre rythme d’avant-crise.
Alors pour nos projets à venir, je note que nous sommes en constant renouvellement, que ce soit en termes de produits ou dans la manière d’être présent à l’étranger. Nous ne comptons pas nous arrêter à l’habillement traditionnel, nous voulons nous diversifier et exporter tous les produits liés à l’artisanat moderne, notamment le home textile et les articles de déco.

 

Sanae Raqui / Les Inspirations ÉCO

Immobilier : pourquoi les prix sont en hausse continue ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page