Auto

Thierry Metroz : «Pour la DS 4, c’était un challenge de traduire l’intention du style à une réalité industrielle»

Thierry Metroz. Directeur du design de DS Automobiles

En marge de la révélation de la nouvelle DS 4, le patron du style de la marque nous a accordé un entretien dans lequel il commente le travail réalisé sur cette compacte et donne un aperçu sur l’évolution de la gamme.


Quelles sont les contraintes techniques imposées par l’ingénierie et qu’il a fallu relever lors de la genèse stylistique de la nouvelle DS4 ?
Avant de démarrer le travail du design, nous avons eu la chance de travailler sur le projet DS 4 pendant 2 ans avec les ingénieurs sur la plateforme du véhicule pour définir ensemble plusieurs aspects comme la taille des roues, la position du capot, celle du pare-brise, les proportions du véhicule… etc. Et cela nous a aidé à avoir une silhouette exceptionnelle. Donc nous n’avons pas eu de difficulté particulière pour répondre aux contraintes techniques, puisque nous les avons travaillé directement et ensemble avec nos ingénieurs. Ceci dit, il y a eu quelques détails de carrosserie sur lesquels il y a fallu négocier et faire des allers-retours avec les ingénieurs. C’est le cas de l’aile arrière et de ses nervures latérales qui constituent une prouesse en emboutissage, car c’est extrêmement dur de former la tôle avec des plis incisifs qui se perdent sur la surface de la carrosserie. C’était un challenge de traduire l’intention du style dans une réalité industrielle.

Les feux de jour en double boomerang seront-ils repris ou déclinés sur d’autres véhicules de la gamme ?
Ces double DRL (NDLR : «daytime runing light» ou feu de jours) verticaux sont clairement une évolution de notre signature lumineuse que nous allons déployer sur tous les véhicules futurs de la gamme DS. En attendant, cette verticalité des feux de jours fait partie de notre ADN, puisqu’elle figure déjà sur tous les modèles de la gamme actuelle de DS.

Prévoyez-vous d’autres déclinaisons de carrosserie, comme un coupé ou un vrai SUV DS4 ?
Décliner la DS 4 en coupé ou en SUV n’est pas quelque chose qui est à l’ordre du jour. En fait, nous avons fait le choix dès le début de ce projet d’avoir une silhouette très attractive qui évoque l’univers du coupé. Et cela se vérifie lorsqu’on contemple la DS 4 ; elle a ce côté très dynamique, très musclé et très athlétique qui ne nécessité pas d’avoir un dérivé coupé. Quant à la variante SUV, nous avons déjà aujourd’hui le DS 7 Crossback qui joue ce rôle et répond aux attentes des clients. Donc la DS 4 répond en soi à ceux qui veulent une silhouette sportive. Puis pour ceux qui désirent un look plus baroudeur, il y a la version Cross.

Le design DS recourt massivement à la réalité virtuelle (VR) pour la conception de chaque modèle… à votre avis quelles sont les limites de cette méthodologie ?
Aujourd’hui, nous réalisons 80% du développement du style en numérique et cela est devenu possible grâce aux outils dont nous disposons tels que les lunettes de réalité virtuelle qui permettent d’avoir un bon jugement sur le projet que nous développons en 3D. Maintenant, la limite, c’est que l’on aura toujours besoin dès le début du projet de réaliser une maquette, afin de s’assurer d’avoir les bonnes proportions. Puis à la fin du projet, on vient avec une maquette finale pour affiner les volumes, les surfaces, les prises de lumière sur la carrosserie… or, pour cela, nous avons besoin d’avoir un véhicule à l’extérieur au milieu de ses concurrents. Donc nous avons toujours besoin d’une maquette physique au début et à la fin. Je ne sais pas ce qu’il en sera dans 50 ans, mais d’ici 10 ou 15 années encore, nous auront toujours ce passage obligatoire par une maquette physique, malgré la conception par ordinateur. Et cela est d’autant plus nécessaire pour le style extérieur que celui de l’intérieur pour lequel nous avons besoin de s’asseoir et d’évaluer l’ergonomie, la position du volant, des accoudoirs, mais aussi de toucher le cuir, les tissus et les matériaux. Et cela, la réalité virtuelle ne le remplacera jamais.

Quel sera le ou les prochains nouveaux modèles qui étofferont le line up de DS ?
À terme, la gamme DS devrait compter 6 modèles. Sur ces 6 voitures programmées, la DS4 est la quatrième, donc il nous reste encore deux silhouettes à créer. Sans trahir de secret, puisque nous avons dévoilé le concept Aero Sport Lounge, ASL, je vous dirais que sur les deux véhicules attendus, il y en aura un qui, a minima sera un ASL. Ce ne sera pas un coupé-SUV, mais une nouvelle race de véhicule, une sorte de coupé efficient, innovant et une alternative au SUV qui reprend d’ailleurs pas mal d’attributs et de principes de la DS 4.

Jalil Bennani / Les Inspirations Éco Auto

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page