AutoÉco-Business

Mercedes-Benz : la Classe E s’offre une seconde jeunesse

Star parmi les berlines de direction, la Classe E s’offre une seconde jeunesse au terme d’un restylage conséquent. Design extérieur, présentation intérieure, technologies embarquées, motorisations… la «E» restylée apporte du neuf à tous les niveaux.

Qualifier la Classe E de best-seller reviendrait presque à faire preuve d’euphémisme tant la routière de Mercedes-Benz est incontournable dans sa catégorie et multimillionnaire par ses immatriculations mondiales. Une sacrée carrière chiffrée à plus de 14 millions d’exemplaires vendus depuis sa première génération, dont 7.000 sur le seul marché marocain. Lancée en 2016, l’actuelle génération compte déjà plus de 1,2 million d’unités écoulées, alors même qu’intervenait le fameux lifting de milieu de vie. Un passage obligé au sortir duquel la Classe E a bien évolué à commencer par son style, lissé et affiné à souhait.


Un faciès qui change
Esthétiquement, l’allure générale reste inchangée, mais devient plus affinée. En fait, c’est surtout la signature lumineuse qui évolue le plus. En la matière, la «E» se rapproche de la Classe A avec des projecteurs avant qui adoptent un nouveau graphisme en forme de boomerang. La calandre peut accueillir deux ou trois lamelles et, pour la première fois sur une Classe E, l’imposante étoile centrale y figure dès le modèle de base. À l’arrière, les blocs de feux changent et deviennent si allongés qu’ils mordent généreusement dans le couvercle de la malle. Mais encore ? Les rétroviseurs extérieurs présentent un miroir sans encadrement, tandis que de nouveaux motifs de jantes apparaissent au catalogue. Comptez 17 pouces sur le premier niveau, 18’’ sur le deuxième et 19’’ sur la finition AMG Line, voire 20’’ en option. Cette dernière joue une partition autrement plus distinctive et un brin sportive à travers ses différents habillages et artifices, dont la plus perceptible reste la calandre dite «diamant» avec broches chromées.

Un surplus de confort et de technologie
À sa sortie en 2016, la «E» avait frappé fort par son cockpit entièrement numérique via deux dalles juxtaposées en longueur. Si elle ne change pas, cette configuration a considérablement évolué en recevant dès le premier niveau les fonctionnalités élargies de l’assistant vocal intelligent MBUX que l’on active via les mots magiques «Hey Mercedes». Techno toujours, le volant devient capacitif via des touches tactiles et même capable de détecter si le conducteur le tient. Outre le régulateur de vitesse adaptatif, la E reçoit un assistant directionnel actif, le freinage d’urgence autonome et l’aide au parking avec caméras à 360° et module de stationnement autonome. De nouveaux coloris de matériaux et d’habillages valorisent l’intérieur qui offre toujours une belle habitabilité arrière. En outre, et parce qu’une routière de chef d’entreprise est censée «avaler» des kilomètres, une attention particulière a été portée aux sièges. Ces derniers assurent un maintien latéral maximal sans négliger le confort grâce à des parties centrales d’assises et de dossiers parfaitement adaptées à diverses morphologies. Surtout, l’équipement a été enrichi et recomposé à travers de nouvelles configurations dites Business, Business+, Avantgarde, Luxury et AMG Line.

Un vaste choix en attendant l’hybride
D’entrée de jeu, la «E» transcende l’ordinaire avec, entre autres équipements, la clim’ auto bizone, les deux écrans numériques (de 10,25’’) avec système MBUX et pavé tactile sur la console, les phares à LED, les radars de stationnement avec caméra de recul, le freinage d’urgence autonome, le détecteur de somnolence, le capteur de pluie, les jantes alu’ 17’’, la sellerie en similicuir, les rétros rabattables électriquement ou encore les inserts décoratifs en aluminium. Ciblant des clients «flotte», la finition Business+ ajoute la pertinence d’un chargeur sans fil pour smartphone et des pneus de roulage à plat, ainsi que l’onctuosité d’une meilleure sellerie (Avantgarde) à surpiqûres et d’une ambiance feutrée par un éclairage d’ambiance (à 64 couleurs). La finition Avantgarde s’ornemente de boiseries chics et reçoit des dalles plus grandes (12,3’’), des jantes de 18’’, un GPS par disque dur ainsi que quelques «plus» de confort comme l’ouverture motorisée du coffre, les pare-soleil à l’arrière et les sièges en cuir avec réglages mémorisables à l’avant. Campée sur des roues de 19’’ et reconnaissable par son toit ouvrant panoramique, l’encadrement chromé de sa calandre et l’étoile au-dessus du capot, la finition Luxury, la «E» va encore plus loin en se dotant des portes soft-close, des caméras panoramiques, des sièges en cuir Nappa, de la surveillance des angles morts et d’une sono signée Burmester avec 13 HP. Quant à l’exécution AMG Line, outre ses phares Multibeam LED, son volant à méplat et son vitrage arrière surteinté, elle se distingue surtout par sa calandre diamant, ses bas de caisse, ses jantes spécifiques et son intérieur signé AMG Line. Sous le capot, la Classe E importée par Auto Nejma se décline en deux versions diesel, à savoir la 220d (194 ch) et la 400d (330 ch) à 4 roues motrices (4Matic), ainsi qu’une motorisation essence, la E300 (258 ch). Dès le deuxième trimestre, la E300e (hybride rechargeable de 320 ch) viendra enrichir le catalogue marocain d’Auto Nejma qui ambitionne, ni plus, ni moins de reconquérir le leadership dans cette catégorie.

Jalil Bennani / Les Inspirations Éco Auto

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page