Auto

Jeep Compass : un second souffle

La version restylée du SUV compact de Jeep arrive dans le réseau de FCA Maroc. Au menu: un look rafraîchi, un intérieur plus digitalisé et des aides à la conduite de dernière génération.

Très animée. Voilà comment on pourrait qualifier la carrière de l’actuel Jeep Compass. Lancé en 2016 et initialement produit au Mexique, ce SUV compact s’est ensuite européanisé en intégrant les lignes de montage de l’usine de Melfi (Italie) durant le premier trimestre 2020. Moins d’un an plus tard, il a droit à l’inévitable restylage de milieu de vie et arrive enfin sur notre marché. Loin de se traduire par un lifting chirurgical, cette cure de jouvence s’est plus focalisée sur sa beauté intérieure et son contenu technologique que sur son look extérieur.

Un léger ravalement de façade
Plutôt qu’un grand chamboulement, le Compass a revu sa ligne extérieure par des petites modifications, dont les principales sont perceptibles sur la face avant. On y perçoit un bouclier redessiné, puis surtout des projecteurs retouchés au niveau de leur graphisme interne avec, notamment, une migration vers le haut de cette ligne de LED qui constitue les feux de jour. La palette de couleurs comprend cinq teintes dites Graphite Grey, Glacier, Alpine White, Blue Shade et Solid Black avec la possibilité d’intégrer le toit noir sur la finition supérieure (Limited). L’ensemble repose d’office sur des jantes alu’ qui chaussent des gommes de 17 pouces sur le 1er niveau (Longitude) et 19’’ sur le second. Pour le reste, la carrosserie du Compass n’évolue guère et, à l’arrière, rien ne change, pas même une modification de la signature lumineuse. En revanche et toujours à ce niveau, le Compass se modernise en adoptant l’ouverture mains-libres (par balayage du pied sous le pare-choc) du hayon. Ce dernier donne accès à une vaste soute à bagage, d’une capacité de 438 litres. Un volume plutôt grand pour un véhicule de 4,39 mètres de long.

À bord, une cure de technologie
Dans l’habitacle, le Compass a littéralement rattrapé son retard sur la concurrence. Comment ? En privilégiant un poste de conduite plus high-tech à travers l’adoption, dès le premier niveau, d’un tableau de bord entièrement numérique sur un écran HD de 10,25’’. Quant à l’écran multimédia de la console centrale, il mesure 8,4 pouces, voire 10,1’’ sur la finition Limited et assure, d’office, l’intégration sans fil pour smartphone via Apple CarPlay et Android Auto. L’équipement s’est également modernisé avec l’adoption de systèmes d’aide à la conduite de dernière génération, comme l’alerte de collision frontale, l’aide au maintien dans la voie et le détecteur de somnolence qui équipent, d’office, le Compass. L’ambiance est rehaussée par la qualité des matériaux utilisés et, notamment, les tissus qui se retrouvent jusque sur la planche de bord. Quant à l’équipement, il a été reconfiguré selon deux finitions dites Longitude et Limited. Le 1er niveau compte, d’emblée, la clim’ auto bizone, le régulateur de vitesse, l’aide au démarrage en côte, le capteur de pression des pneus, l’allumage automatique des feux, le radar de recul et même le freinage d’urgence autonome. Plus fournie, la finition Limited s’enrichit, entre autres, de projecteurs à LED, du régulateur de vitesse adaptatif, de caméras de stationnement à 360° couplés à des radars arrière et avant, de la surveillance des angles morts, de rétros rabattables électriquement, de l’ouverture mains-libres du coffre, du toit panoramique ouvrant et du chargeur à induction.

Un bon diesel, sinon rien !
Mécaniquement, le Compass fait du sur place en ne proposant qu’un seul moteur : le 1.6 l MultiJet de 130 Ch/320 Nm, associé à une boite manuelle à 6 vitesses et une transmission 4×2. Il s’agit, indéniablement, d’un bon diesel très peu polluant (Euro6d) et consommant moins de 5,3 l/100 km en cycle mixte. Seul bémol, l’absence d’une boite automatique sur cette version, ce qui limite le champ commercial de ce modèle à une clientèle plutôt traditionnelle. Cela ne l’empêchera pas pour autant de bien se vendre, d’autant plus qu’il profite d’un ticket d’entrée très attractif puisqu’il démarre sous la barre des 280.000 DH. Un tarif «très compétitif», dans le sens où le Compass joue dans la cour des SUV compacts premium tels que le X1 de BMW et l’Audi Q3. Or, cette même transmission automatique aurait probablement été le meilleur argument pour introduire la version hybride-rechargeable 4xe, ou tout au moins, la motorisation 1.5 l essence MHEV (mild hybrid), soit un moteur hybride léger (48 Volt). Parions que la question est sur la table et à l’étude chez Jeep Maroc.

Jalil Bennani / Les Inspirations ÉCO AUTOMOBILE

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page