Auto

Ford Ranger Raptor : Ovale phénoménale

La marque à l’Ovale bleu lève le voile sur la nouvelle génération du Ranger, pick-up le plus vendu d’Europe qui se décline aussi dans sa version radicale, Raptor. Bien plus qu’un pick-up, ce costaud américain combine les aptitudes d’un tout-terrain hors pair avec le confort et les sophistications d’un grand SUV. 

Un pick-up peut en cacher un autre ! Dans l’ombre du très charismatique F-150, le Ranger a eu à souffrir de notoriété par le passé… jusqu’à l’année 2018 qui a vu l’arrivée de sa version Raptor, encanaillée et un brin sportive. C’est probablement grâce à l’image de cette version que le Ranger a boosté sa notoriété jusqu’à devenir le pick-up le plus vendu d’Europe avec une part de marché de près de 40% (année 2021). C’est précisément cette même déclinaison qui fait aujourd’hui l’actualité avec la révélation du Ranger Raptor de nouvelle génération. Plus qu’un pick-up, ce modèle alliant de la puissance brute à de la haute précision technique et mécanique est présenté comme «le Ranger le plus robuste et le plus avancé jamais créé à ce jour», dixit Ford.  Développé par la très exclusive division Ford Performance (qui conçoit aussi le F-150, la Mustang et la GT), ce nouveau Ranger Raptor est tout sauf un pick-up de campagnard ou un utilitaire ordinaire. Il s’agit d’un véhicule dont les composants sont fournis par des équipementiers spécialisés dans la compétition. Vous voulez un exemple ? Ses amortisseurs : des Fox Live Valve, au diamètre record et injectés d’une huile au Teflon. Ils lui permettent des débattements allongés et une bonne absorption des chocs lorsqu’il s’aventure en hors-piste, puis surtout, ils lui évitent de finir dans le décor lorsqu’il saute, comme sur la photo de notre Une. Le look, lui, il est signé Ford et il est plutôt méchant !

Gonflé aux hormones
Terrible ! Le nouveau Ranger Raptor n’a pas vocation à faire profil bas, bien au contraire. Il affirme haut et fort son physique d’athlète et ses ailes bodybuildées. Bien proéminents, les passages de roue deviennent encore plus élargis avec leurs protections en plastique noir. Cette fois, le Ranger a enfin le regard qui le rapproche de son grand frère (F-150) avec non seulement cette gigantesque calandre noire agrémentée de l’inscription en gros lettrage de la marque (F-O-R-D), mais, surtout, des projecteurs entourés de feux de jour à LED en forme de C. À l’avant toujours, on note un large sabot métallique qui s’étend vers le soubassement pour protéger la partie mécanique. À noter aussi les prises d’air sur les ailes avant et sur le capot… des évents qui contribuent au refroidissement du moteur. Vu d’arrière, le Ranger trahit une certaine inspiration au niveau des blocs de feux, tandis que la présence de deux sorties d’échappement qui confirment l’identité sportive du Ranger Raptor. Idem pour ses grandes roues de 17 pouces chaussant des gommes spécifiques (BF Goodrich) pour la conduite en milieu tout-terrain.

Comme un SUV chic ou presque
À bord, hormis l’architecture double cabine, l’ambiance est loin d’être celle d’un pick-up. Le Ranger Raptor reçoit une planche de bord moderne par son design comme par ses éléments, avec deux grandes dalles numériques de plus de 12 pouces chacune. L’une est disposée derrière le volant pour afficher une instrumentation 100% numérique, l’autre, dédiée à l’info-divertissement, est montée verticalement sur la console centrale comme à bord de l’Explorer. Agréable à regarder, le poste de conduite l’est aussi par de subtiles touches de couleur orange comme l’entourage des aérateurs et le marquage central sur le volant qui reçoit aussi le monogramme Raptor et des surcoutures de la même teinte. Puis il y a ces sièges, «inspirés de ceux des avions de chasse F-22 Raptor» (selon Ford) et versant un peu dans l’univers de la compétition. Là encore, il est question de petits rappels de couleur orange qui donnent du cachet à l’habitacle. Enfin, au rayon des sophistications de confort et des aides à la sécurité, citons le volant chauffant, la caméra à vision sur 360°, l’interface multimédia Sync 4, une installation audio signée Bang & Olufsen à 10 haut-parleurs ou encore, un sélecteur de mode de conduite qui donne le choix entre 7 configurations : Normal, Sport, Glissant, Rocailleux, Sable, Boue et Baja.

Du neuf et du lourd, sous le capot !
Pour se donner les moyens de ses prétentions, le Ranger Raptor s’est offert des dessous d’exception et une toute nouvelle motorisation. L’engin repose sur un châssis entièrement revu, relié à des amortisseurs Fox Live Valve dont on précisera qu’ils sont à commande électronique, tandis qu’il dispose d’une transmission intégrale, d’une boîte de transfert à deux vitesses et des blocages de différentiels avant et arrière inédits. À n’en pas douter et au vu des photos et vidéos diffusées par Ford, le Ranger Raptor pourra bien évoluer en toute aisance sur des terrains fortement accidentés et mieux encore, à une vitesse nettement supérieure que la moyenne.  Mécaniquement toujours, ce Ranger a droit à une grande nouveauté : un V6 essence EcoBoost bi-turbo de 3.0 litres de cylindrée, spécialement conçu par Ford Performance et développant 288 Ch de puissance et 491 Nm de couple. Relié à une boîte automatique à 10 vitesses, ce puissant moulin fera sensation aussi bien par son comportement que par son rendu sonore, puisqu’il est question d’un système d’échappement actif à commande électronique et donnant le choix entre quatre modes (d’échappement) préréglés selon différents scénarios de conduite. Avec un six-pattes carburant, plutôt avidement, au sans-plomb, ce Ranger Raptor mettra forcément du temps à venir au Maroc et n’aura qu’une diffusion confidentielle auprès de quelques passionnés prêts à passer commande et attendre. Fort heureusement, une version un peu plus sage, dite Wildtrack, sera disponible au premier trimestre 2023 et animée d’un turbo diesel V6 biturbo de 213 Ch. Un précieux sésame qui ouvrira au Ranger les portes d’une commercialisation dans le royaume.

Jalil Bennani / Les Inspirations ÉCO AUTOMOBILE

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page