Auto

Dacia Sandero & Sandero Stepway : un renouveau stylé et à prix serré

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

La troisième génération de la Sandero et sa déclinaison surélevée arrivent dans le réseau national de Renault Commerce Maroc, distributeur de Dacia. Renouvelées en profondeur, ces deux roumaines «made in Morocco» se donnent les moyens d’entretenir une belle saga qui les a rendues très chères aux yeux des Marocains, mais nullement au sens financier du terme.

Plus qu’une voiture, la Dacia Sandero est un phénomène social au Maroc. Comme les Fiat Uno et Palio en leurs temps, mais aussi sa grande sœur (Logan), cette voiture fait partie de l’Histoire des Marocains dans le sens où elle a permis à un grand nombre d’entre eux à accéder à l’automobile… neuve. Une saga qui se poursuit et qui s’appuie toujours sur le dispositif industriel lourd que constituent les deux usines marocaines du Groupe Renault, productrices de ce modèle. Lancée en 2009, puis renouvelée en 2012, la Sandero arrive cette année dans sa nouvelle génération, troisième du nom. Un nom qui, comme celui de sa déclinaison baroudeuse (Stepway), s’est vu majoré d’un suffixe : Streetway. Une façon de souligner encore plus son caractère urbain. Qu’il s’appelle Streetway ou Stepway, cette nouvelle Sandero joue résolument sur un nouveau registre : celui de la séduction.


Définitivement très sexy
Il est bien loin le temps où les modèles Dacia se contentaient de reprendre les vieilles bases et technologies de Renault dans une allure sage. La nouvelle Sandero nous le prouve aujourd’hui en reposant sur la plate-forme CMF-B des dernières Renault (Clio et Captur), puis, surtout, adopte un design très aguicheur. C’est même peu dire lorsqu’on voit le faciès très expressif de l’auto, du fait d’une calandre plus imposante, entourée de projecteurs qui recourent pour la première fois à des LED.

Leur signature lumineuse interne très stylée prend la forme d’un «Y» à l’horizontal. Un thème qui se retrouve également à l’arrière où les blocs de feux plus travaillés affichent un graphisme interne perceptible même de profil. Sous cet angle apparaissent d’autres détails plus subtiles comme cette sculpture qui creuse le bas des portes, puis surtout ce joli épaulement au-dessus des passages de roues. L’ensemble ne manque indéniablement pas de personnalité avec même un surplus de sex-appeal sur la déclinaison Stepway qui adopte un capot différent par ses nervures, des protections de carrosserie en plastique noir, ainsi que des barres de toit.

Plus spacieuse, mieux équipée
En changeant de mouture, la Sandero a vu ses dimensions progresser ici et là. Ainsi, elle frôle une longueur de 4,09 mètres (+3 cm) et une largeur de 1,85 m (+2 cm), tandis qu’elle voit sa hauteur baisser d’environ 3 cm à quasiment 1,50 m (1,58 m pour la Stepway), histoire d’améliorer son rendement aérodynamique. Selon Dacia, ce redimensionnement entraine une meilleure habitabilité arrière (+4,2 cm en longueur aux jambes) et un coffre plus volumineux de 410 litres (+8 l).

À l’intérieur, c’est surtout un mobilier totalement repensé qui interpelle. La planche de bord est inédite et plaisante tant par les commandes rotatives de la climatisation (automatique) que par la forme des aérateurs. Ces derniers, pensés pour une meilleure diffusion de l’air, peuvent aussi être colorés sur la finition haute qui se distingue par un revêtement en tissu qui court le long de ladite planche. Une seconde couleur qui se retrouve aussi sur les sièges, dont l’assise dispose de plus de mousse pour un confort amélioré. L’autre amélioration concerne les équipements disponibles avec par exemple, la possibilité de disposer d’un frein de parking électrique, de la carte d’accès mains-libres, de l’aide au démarrage en côte et même d’un détecteur d’angles morts !

Essence ou diesel, Essentiel ou Confort
Au Maroc, le choix se fera entre deux motorisations : l’essence 1.0 l TCe (turbo suralimenté) de 100 Ch et le diesel 1.5 dCi (turbo à rampe commune) de 95 et 102 Ch, tous deux associés à une boite manuelle à 5 vitesses. Question équipement, les deux Sandero se déclinent en deux niveaux dits «Essentiel» et «Confort». La première finition porte bien son nom, puisqu’elle se contente du strict minimum (climatisation manuelle, lève-vitres avant, autoradio intégré, USB, verrouillage commandé à distance), mais ne lésine pas sur le volet sécuritaire (ABS, ESP, double airbag, régulateur de vitesse).

La seconde n’usurpe pas non plus son nom, ajoutant notamment : le radar de recul relié à une caméra, les phares antibrouillard, l’écran multimédia 8’’ avec mirroring pour smartphone, les airbags latéraux, les lève-vitres électriques arrière et des jantes alu’ 16’’. Tout cela à des prix allant de 110.900 DH à 150.900 DH. Un positionnement qui conforte les propos de Fabrice Crévola, DG de Dacia Maroc qui, lors de la présentation de la Sandero, qu’il a qualifié de «modèle fondamental», a également insisté sur le fait que sa marque vise toujours à «offrir le meilleur rapport valeur/prix du marché», un «juste prix», a-t-il dit, ajoutant qu’il s’agit là de «la raison d’être de Dacia».

Jalil Bennani / Les Inspirations ÉCO Auto

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page