Auto

BMW Série 2 Active Tourer : le monospace 4.0

Le constructeur munichois lève le voile sur la seconde génération de l’unique monospace de sa gamme. Revu de fond en comble, l’Active Tourer entend faire de la résistance dans un segment quasi-déserté par les constructeurs et, pour cela, il s’en donne les moyens… de grands moyens, même.

Au catalogue actuel de BMW, la Série 2 correspond à toute une gamme, incluant un coupé, un cabriolet et un coupé-berline (Gran Coupé), mais aussi à un monospace : l’Active Tourer. Lancé en 2014, puis restylé en 2018, ce modèle était à l’époque la première traction de la marque à l’hélice, mais aussi un nouveau concurrent pour l’autre et unique monospace compact premium qui répond au nom de Mercedes Classe B. Aujourd’hui et parce qu’il réalise près de 10% des ventes de la marque, l’Active Tourer mérite de rester au catalogue et d’être renouvelé.

Moins rond, plus  expressif
Extérieurement, le profil du véhicule reste globalement inchangé, mais avec des facettes de style inédites et plutôt osées, notamment au niveau de la face avant qui adopte la nouvelle calandre verticale à haricots géants. Celle-ci est entourée de projecteurs plus effilés et à la signature lumineuse plus travaillée, ce qui confère un faciès très expressif au véhicule. La partie arrière met en scène des blocs de feux plus affinés et avec un graphisme interne en phase avec les récents modèles de la marque. Le profil est marqué par des montants de pare-brise inclinés et un vitrage entouré de chrome avec une forme (et notamment pour ce qui est de la custode arrière) renvoyant aux breaks. Question dimensions, l’Active Tourer à glané 3 centimètres en longueur et 2 autres en hauteur, s’étirant sur 4,39 m et culminant à 1,58 m. On remarque aussi des rétroviseurs montés «en drapeau» et des poignées de porte affleurant à la carrosserie. Objectif : mieux laisser couler l’air pour obtenir un meilleur coefficient aérodynamique. D’ailleurs et pour un véhicule de cette architecture et de cette hauteur, le rendement en la matière est excellent, avec un Cx peaufiné et chiffré à 0,26.

Plus d’espace et de modularité
Les précieux centimètres gagnés en longueur et en hauteur impactent positivement les volumes intérieurs, mais plus l’espace habitable à l’arrière et sa hauteur sous-pavillon que le volume du coffre qui reste quasi-inchangé à 406 litres. Cette capacité est extensible à 470 litres lorsque le véhicule est équipé de l’option banquette coulissante. Une banquette découpée en trois portions (40-20-40), mais coulissant dans un schéma 1/3-2/3 sur une longueur de 13 cm. En bon monospace qu’il est, l’Active Tourer fait la part belle aussi bien à la modularité qu’aux espaces de rangement, même si le point fort de cette seconde mouture réside surtout dans sa présentation et notamment à l’avant. On y découvre une toute nouvelle planche de bord, inspirée de celle du iX, le premier SUV 100% électrique de BMW, avec notamment une double dalle numérique incurvée.

Un poste de conduite dernier-cri
Baptisé Curved Display, ce poste de conduite combine en continuité un écran de 10,25 pouces pour l’instrumentation (BMW Live Cockpit Plus) et un autre de 10,7’’ pour l’info-divertissement. L’ergonomie et l’intuitivité d’utilisation de cette interface multimédia ont été tellement travaillés que la traditionnelle molette rotative a disparu. Mieux encore, les commandes de la console centrale migrent vers un accoudoir central flottant qui intègre, aussi, le bouton de démarrage et le sélecteur de vitesse, l’Active Tourer de nouvelle génération ne jurant que par la transmission automatique. La console centrale, elle, s’épure de façon notoire et accueille un chargeur par induction pour smartphone. Question équipement, l’Active Tourer a profité de son renouvellement pour améliorer son contenu high-tech. Outre les options affichage tête-haute et la fonction massage sur des sièges avant pouvant être chauffants et ventilés, apparaissent notamment l’Assistant Personnel Intelligent qui s’active vocalement par les mots «Hey BMW…», l’éclairage d’ambiance personnalisable, l’alerte de collision frontale ou, encore, l’Assistant de marche arrière qui mémorise les 50 derniers mètres parcourus pour les refaire automatiquement (en marche arrière) et dispenser le conducteur de toute manœuvre.

Essence, diesel et hybride
Mécaniquement, cette seconde génération du Série 2 Active Tourer ne fait l’impasse sur aucune énergie. En essence, il est question d’un bloc 1.5 litre (trois cylindres) décliné en deux puissances : 136 Ch (218i) et 170 Ch (220i), tandis qu’en diesel, la version 220d s’anime d’un 2.0 l (quatre cylindres) de 150 Ch, avec dans les trois cas, une boîte automatique à 7 vitesses. Au courant de l’été prochain, l’offre de moteurs s’enrichira de deux versions hybrides rechargeables, dites 225xe et 230xe, affichant respectivement 244 et 326 Ch, avec une autonomie de 80 km en mode pur électrique. Fort de son style lisse, de ses nouveaux équipements et surtout de son poste de conduite avant-gardiste, l’Active Tourer se donne de beaux restes pour tenter de réorienter la clientèle vers le segment du monospace. Reste à patienter encore quelques mois pour le voir intégrer les showrooms de BMW. En effet et selon le constructeur munichois, le lancement commercial de ce nouveau modèle n’interviendra qu’au courant du premier trimestre 2022.

Jalil Bennani / Les Inspirations ÉCO Auto

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page