Auto

BMW. Adrian van Hooydonk: « Le design auquel nous aspirons… »

Entretien exclusif avec Adrian van Hooydonk, Directeur du design de BMW Group.

Rencontré en marge  du Concours d’Élégance de la Villa d’Este, le patron du style chez BMW Group nous livre sa vision sur le design entre passé et futur, à l’aune de l’électromobilité, la digitalisation et autres tendances à venir dans l’automobile.

Tout d’abord, quel commentaire faites-vous sur le Concours d’Élégance de la Villa d’Este pour lequel BMW est le partenaire majeur depuis plus de 10 ans ?
Ce concours est une vraie célébration du design. Beaucoup de voitures, qui y sont présentées, sont faites à la main et certaines sont aujourd’hui des pièces uniques avec de fantastiques détails. Elles font figure de documents de leur époque.
Lorsque je viens ici, je contemple les formes de ces voitures anciennes et leurs couleurs. Je pense que les couleurs sont quelque chose de particulier sur ces voitures, car ce ne sont pas des teintes métallisées. En même temps, et en tant que designers automobile, nous devons faire évoluer l’automobile, d’où la présence de nos concept cars à proximité de ces pièces historiques. Je pense aussi que même les participants et les invités veulent voir se poursuivre l’histoire de la mobilité. Je ne voudrais pas que cet évènement devienne une sorte de meeting où tout le monde serait d’accord sur le fait que le passé était fantastique et que l’avenir n’est malheureusement pas bon.

Justement, comment voyez-vous l’avenir ?
L’avenir de la mobilité, nous y travaillons et, bien entendu, il sera différent. Chez BMW, nous pensons que l’automobile de demain sera électrique et encore plus intelligente, si bien qu’elle pourra se conduire toute seule. La voiture du futur doit être encore plus durable et cela, nous le voyons dans le sens de l’économie circulaire. C’est sur cela que nous travaillons actuellement et, également, sur le fait de comment produire un véhicule avec du métal, de l’aluminium et du plastique recyclés. Le concept Circular que nous avons récemment dévoilé est un concentré d’idées en cours de développement par nos ingénieurs et, à valeur aujourd’hui, tous les véhicules de BMW sont recyclables à hauteur de 99%. Pour le reste, la digitalisation et l’intelligence artificielle vont aussi monter en puissance, mais nous ne voulons pas qu’elles prennent le dessus. Chez BMW, nous voulons que le conducteur garde tout le contrôle du véhicule. Quant à la mobilité électrique, c’est quelque chose de déjà normal chez nous. Tout cela prendra du temps, mais d’ici les cinq prochaines années, probablement, nous verrons arriver tous ces changements. À coté de cela, nous voulons préserver le plaisir de conduite et faire en sorte que nos clients savourent la mobilité, sans tracasseries.

À l’aune de ces changements, impliquant l’électrification notamment, comment évoluera le design de BMW ?
C’est un sujet sur lequel nous travaillons depuis plus de 10 ans, si ce n’est plus. À l’époque, nous avions lancé la gamme «i» et l’idée principale était qu’avec celle-ci, nous allions expérimenter une nouvelle technologie, mais aussi un nouveau langage stylistique. Nous avions créé les i3 et i8 qui ont véhiculé ou exprimé la notion de véhicule à zéro émission polluante. Aujourd’hui, on peut constater l’évolution de ce design à travers les modèles iX et i4, mais aussi que le style des modèles «i» commence à influencer le design de la gamme principale, car nous aurons de plus en plus de modèles électriques, y compris dans les autres marques du groupe BMW. Les formes que nous dessinons seront de plus en plus épurées, à l’image du concept-car Circular, qui a très peu d’éléments au niveau de sa face avant. Or, sur une BMW actuelle, le projecteur, à lui seul, ne compte pas moins de 60 pièces. Le langage stylistique auquel nous aspirons, c’est d’aboutir à plus de caractère avec peu d’éléments.

En termes de design, quelle est la BMW classique que vous préférez ?
Ma BMW préférée, de tous les temps, est la 3.0 CSi ou CSL. Je trouve que c’est une voiture à la fois élégante et sportive. Elle semble agile et élancée, avec des proportions qu’elle n’aurait pas eu aujourd’hui, mais on y trouve déjà tout l’ADN stylistique d’une BMW et, d’ailleurs, tous mes designers sont d’accord là-dessus. J’aime aussi la M1, que l’on doit à Giugiaro et qui sort de l’ordinaire. Personnellement, j’aime aussi la 2002, puis, parmi les plus anciennes, il y a la 328 Mille Miglia by Carrozzeria Touring qui est, également, une très belle voiture.

Dans votre travail de designer, où puisez-vous votre inspiration ?
Je puise mon inspiration dans chaque effort créatif, qu’il s’agisse d’un objet d’art, d’un produit, d’une architecture, d’un article de mode. Durant ce week-end à Villa d’Este, nous aurons le privilège de rencontrer l’artiste Jeff Koons avec qui nous collaborons à travers la série des «BMW Art Car». Et, généralement, lorsqu’on doit travailler sur de tels projets, je rencontre l’artiste et échange avec lui et cela s’avère souvent très inspirant, car les artistes contemporains pensent à la société et au futur, puis cherchent à exprimer leurs idées dans une œuvre d’art. Du coup, il est toujours intéressant et enrichissant de discuter avec ce genre de personnes.

Jalil Bennani / Les Inspirations ÉCO Auto

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page