Auto

Audi Q5 Sportback : quatre anneaux dans le vent

L’importateur marocain d’Audi lance le Q5 Sportback, déclinaison coupé du modèle éponyme. Une variante de carrosserie qui élargit encore plus le périmètre commercial de ce SUV, best-seller de sa catégorie et de la marque aux anneaux.

Restylé il y a quelques mois, l’Audi Q5 s’est donné les moyens de perpétuer une carrière à succès dans nos contrées. Faut-il le rappeler, cet Allemand est non seulement le modèle le plus vendu de son segment (SUV intermédiaire premium), mais aussi le plus prisé dans les concessions de la marque aux anneaux. Mieux encore, il ajoute une énième corde à son arc en proposant désormais une version Sportback qui, comme pour les Q3 et Q8, se veut une déclinaison «coupé» du Q5 marquée notamment par une inclinaison caractérisée de la ligne de toit vers l’arrière. C’est d’ailleurs la principale et unique particularité du Q5 Sportback.


Une belle chute de reins
Devenu tendance ces dernières années, le SUV-Coupé a intégré la gamme Audi par le bas à travers le Q3. Pertinente, la recette a été reprise au sommet de la gamme par le Q8 avant de voir le Q5 céder à cette mode. Les designers de la marques aux anneaux n’y sont pas allés par quatre chemins : le Q5 Sportback est quasi-identique à un Q5 «normal», si ce n’est qu’il adopte un pavillon fuyant vers la poupe. Un détail de style qui, à lui seul, suffit à dynamiser l’ensemble et à donner à ce SUV familial une étiquette sportive. Pour le reste, cette variante de carrosserie reprend à son compte les dernières gimmicks du Q5 restylé et notamment les grandes prises d’air au bouclier avant et la fine bande chromée qui relie les blocs de feux arrière. Cela étant, et sportivité oblige, le Q5 Sportback adopte d’office un éclairage frontal à technologie Matrix LED et des jantes de 19 pouces, en plus d’un vitrage arrière surteinté et de quelques habillages chromés. Bref, de quoi plaire à une clientèle plus jeune et plus esthète.

Des volumes intérieurs préservés
Il est intéressant de noter que cette ligne de toit descendante n’altère pas l’espace habitable du véhicule. Par rapport à un Q5, cette version Sportback voit sa hauteur habitable sous pavillon réduite de 2 petits centimètres aux places arrière, tandis que le coffre perd 40 litres pour afficher une capacité de 510 l. Spacieux et polyvalent, le Q5 Sportback est aussi plus accueillant par ce qu’il offre en fonctionnalités de confort et de sécurité. Ainsi, pour cette déclinaison, les configurations d’équipements ont été revues autour de trois finitions dites Sport, S-Line et S-Line+. La première va bien au-delà de l’ordinaire en incluant la sellerie cuir, le siège conducteur réglable électriquement, les radars de stationnement avant et arrière couplés à la caméra de recul, le hayon de coffre motorisé, l’écran multimédia MMI avec interface pour smartphone (Android Auto/Apple CarPlay), l’éclairage d’ambiance multicolore, les rétros rabattables électriquement, les projecteurs Matrix LED ou encore des jantes de 19 pouces. La finition S-Line ajoute notamment l’instrumentation digitale «Virtual Cockpit», le toit ouvrant panoramique, les caméras à 360°, le stationnement automatique et des roues de 20’’. Celles-ci passent à 21’’ sur la finition S-Line+ qui s’habille de cuir Nappa, reçoit une sono signée Bang & Olufsen et fait la part belle aux éléments sportifs.

Une seule version diesel
Dans les trois cas de figure, le moteur est le même : le 2.0 litres TDI de 204 Ch/400 Nm exclusivement associé à la boîte automatique à 7 rapports et double embrayage S-Tronic. Si le constructeur ne se prononce pas sur le rendement aérodynamique du Q5 Sportback, on sait que son appétit est bel et bien modéré avec une consommation annoncée à 5,3 l/100 km en cycle mixte. Un seuil bas auquel contribue l’hybridation légère du véhicule. Fort de toutes ces spécificités, le Q5 Sportback s’avère logiquement plus onéreux que le modèle dont il dérive avec un ticket d’entrée négociable à partir de 660.000 DH. Sauf qu’à équipement égal avec un Q5 normal, le surcoût du Q5 Sportback est finalement dérisoire et largement compensé par la beauté de sa poupe affaissée.

Jalil Bennani / Les Inspirations Éco Auto

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page