Archives

6,8% des Marocains sont en situation de handicap

Très attendue, la seconde enquête nationale sur le handicap va permettre aussi bien aux pouvoirs publics qu’à la société civile de définir les priorités et les stratégies d’intervention pour promouvoir la situation des personnes en situation de handicap. Les principaux résultats de cette enquête confirment l’incidence du handicap sur la scolarité et l’emploi de cette catégorie de la population marocaine.


Le taux de prévalence du handicap qui était de 5,12% selon la première enquête de 2004 passe à 6,8% d’après les résultats de la seconde enquête effectuée en 2014 par le ministère de la Solidarité, de la femme, de la famille et du développement social. «Il s’agit de 2.264.672 personnes ayant déclaré avoir des incapacités à divers degrés de sévérité (léger, modéré, sévère, très sévère) par rapport à une population de 33.304.000 (projection)».

Le taux de prévalence est plus élevé chez les personnes âgées de plus de 60 ans (33,7%) en raison de certaines maladies et pathologies qui conduisent au handicap et à la dépendance. Chez la population âgée entre 15 et 59 ans, il représente 4,8% alors qu’il est de 1,8% chez les personnes âgées de moins de 15 ans. Selon le niveau d’instruction (5 ans et plus), les personnes ayant des niveaux d’instructions bas sont les plus atteintes par le handicap : préscolaire traditionnel (17,2%), sans instruction (16,4%), programme d’alphabétisation (11,9%).

Le niveau d’accès à la scolarisation diffère selon le type de déficience. En effet, les déficients mentaux sont les plus pénalisés. Le taux de scolarité des enfants en situation de handicap (de modéré à très sévère) de 5 à 17 ans est de 41,8% seulement (33.000 élèves en situation de handicap). Ce qui confirme, selon l’enquête, l’incidence du handicap sur la scolarité des handicapés dont certains n’ont pas pu être scolarisés à cause de leur situation de handicap alors que d’autres ont vu leur scolarité perturbée ou ont dû quitter l’école.

Taux d’emploi faible
Le taux d’emploi des personnes en situation de handicap (PSH) en âge d’activité est de 13,6% soit plus de 83.000 personnes sur une population de PSH en âge d’activité (âgée de 15 ans et plus) estimée à plus de 612.000 personnes. Ce taux d’emploi des personnes en situation de handicap (PSH) est trois fois plus faible comparé au taux d’emploi national. Les femmes souffrent d’une grande marginalisation car la structure de la population active occupée en situation de handicap est à prédominance masculine (91,1%).

Par secteurs, 39,2% des personnes enquêtées déclarent travailler dans le privé. Mais, «62,8% des PSH employées dans le secteur privé ne sont pas déclarées et par conséquent ne bénéficient ni des avantages stipulés dans le Code du travail ni de la protection sociale». Selon l’enquête, près d’une PSH sur trois (32,3%) se trouve en auto emploi et 15,1% ayant une occupation sont employés dans une entreprise familiale ou en tant qu’aidant d’un membre de leurs familles. Plus des deux tiers (69,04%) ne sont pas rémunérés en contrepartie de leur travail.

L’emploi dans l’administration et les coopératives ne représente que 3,3% dont 1,9% dans l’administration. La difficulté d’accès à un emploi dans la fonction publique est justifiée par le niveau d’instruction qui est bas. S’agissant des revenus, près de 97% des PSH n’ont pas de revenus propres. Seulement 2,4% des personnes âgées de 15 ans et plus perçoivent actuellement une allocation, pension ou autre revenu en raison de leurs problèmes de santé. 43,2% parmi elles bénéficient d’une rente versée par une assurance, mutuelle ou caisse de sécurité sociale. 35,9% des PSH reçoivent une pension d’invalidité ou une rente d’incapacité suite à un accident de travail.

D’autres (8,2%) bénéficient de revenus assurés par leurs descendants. Deux PSH sur trois ne bénéficient d’aucune protection sociale. En effet, 34,1% seulement d’entre eux déclarent bénéficier d’un régime de sécurité sociale, dont presque les deux tiers (60,8%) sont affiliés au RAMED tandis que les autres sont affiliés principalement aux régimes CNSS (15,4%) et CNOPS (12,7%).

Le pourcentage des personnes en situation de handicap bénéficiant d’un régime de protection sociale qui sont affiliées à une assurance privée est faible (2,1%). 66,9% des personnes en situation de handicap qui ne bénéficient pas d’un régime de sécurité sociale peinent à accéder au RAMED ou ont besoin d’aide pour accomplir les formalités administratives. L’enquête révèle également que les deux tiers (62,3%) des personnes en situation de handicap bénéficiant d’un régime de sécurité sociale sont affiliées à leur régime en tant qu’assuré et non en tant qu’ayant droit. Plusieurs raisons expliquent que les personnes en situation de handicap ne bénéficient pas d’un régime de sécurité sociale et à leur tête les causes financières et la perte de leurs droits sociaux du fait de leur situation de handicap.Vu les difficultés qu’elles vivent au quotidien, les attentes des personnes en situation de handicap et de leurs familles sont nombreuses.

En matière de santé, elles espèrent la gratuité des soins, des médicaments et des aides techniques (82,3%). Elles relèvent la nécessité d’augmenter le nombre de centres d’accueil et de prise en charge (47,5%) et appellent à la facilitation de l’accès aux services de santé (40%) et l’amélioration de leur qualité (37,8%). En matière d’éducation (18 ans et plus), 53% des ménages plaident pour l’octroi de bourses d’étude aux PSH, 40,3% pour la facilitation de l’intégration scolaire des enfants en situation de handicap et 33% pour une amélioration de l’accessibilité des établissements scolaires. Sur le volet de l’emploi, les personnes en situation de handicap appellent à la garantie de leur droit au travail, au respect du quota d’obligation à l’emploi (60,4%) et au développement des opportunités d’emploi et de formation professionnelle à l’OFPPT (60,1%).

Détail du taux national de prévalence
Le taux national de prévalence du handicap de niveaux léger à modéré est estimé à 6,4% soit 94,12% de la totalité des PSH alors que le taux de prévalence de niveau modéré à très sévère est de 2,2% de la population totale, soit 732.688 personnes. Celui de niveau très sévère est de 0,6% soit 199.824 personnes. Par domaine d’incapacité en ce qui concerne le handicap léger à modéré, les incapacités de la vision (3,47%) et de la mobilité (3,07%) sont les plus nombreuses.

Les personnes ayant des incapacités dans les domaines de l’audition, des soins personnels, de la mémoire et de la communication représentent moins de 1% de la population. En ce qui concerne les personnes en situation de handicap souffrant d’au moins une incapacité de niveau modéré à très sévère, la mobilité est la déficience la plus fréquente parmi elles (50,2%) suivie de la déficience mentale (25,1%) et la déficience visuelle (23,8%).

Sur le plan régional, certaines régions se situent au-delà de la moyenne nationale comme Laâyoune-Boujdour-Sakia el Hamra (13,4%), Tanger-Tétouan (11,42%) et Tadla Azilal (9,83%). Les autres régions sont en deçà de la moyenne nationale : Marrakech-Tansift-Al Haouz avec un taux de (3,94%), Grand-Casablanca (3,96%), Rabat-Salé-Zemmour-Zaër (4,69%) et Oued Ed-Dahab-Lagouira (2,9%).

S’agissant des causes du handicap, les déficiences d’origine accidentelle représentent 17,1% : 3,5% sont dues aux accidents de la circulation, 3,5% dues aux accidents de travail et 3,4% dues aux accidents domestiques. Le reste est dû à d’autres accidents comme les intoxications, les victimes de guerre, les accidents scolaires…Les complications de la grossesse ou de l’accouchement sont à l’origine de 10,7% des déficiences. Selon les résultats de l’enquête, les déficiences apparaissent assez tôt dans la vie : 47% des personnes interrogées ont déclaré être en situation de handicap avant l’âge de 14 ans et 22% se sont retrouvées en situation de handicap à partir de l’âge de 55 ans. 

 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page