Maroc

Migrations climatiques internes : Casablanca, Rabat et Tanger très exposées

L’étude «Groundswell», réalisée par la Banque mondiale, formule des recommandations stratégiques visant à s’attaquer aux facteurs sous-jacents des migrations climatiques internes et à se préparer aux flux migratoires inévitables. Détails. Le Maroc se trouve confronté à une pénurie d’eau croissante qui pourrait inciter les habitants à migrer vers les villes côtières en expansion. Le phénomène, qui va en s’amplifiant, mérite une réaction prompte. «Agir en amont pour, à la fois, réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre...

Cet article est réservé aux abonnés

Abonnez vous pour lire cet article ainsi que tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Déjà abonné connectez vous ICI

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page