Maroc

Meknès : la vente aux enchères du cinéma Atlas fait polémique

Plusieurs personnalités du monde de l’art et de la culture ont lancé, sur les réseaux sociaux, la campagne «Ne touche pas à ma ville» afin de s’opposer à la vente du cinéma Atlas de Meknès. Cette pétition, signée par une centaine d’artistes et d’acteurs de la société civile et demandant la transformation des cinémas de la ville en centres culturels, sera envoyée au ministère de tutelle.

Après l’annonce de la vente aux enchères du cinéma Atlas de Meknès, plusieurs artistes, acteurs de la société civile et hommes politiques ont lancé le mouvement «Ne touche pas à ma ville» sur les réseaux sociaux. Leur objectif : amener le ministère de la Culture, de la jeunesse et des sports, département de la Culture, à suspendre l’opération de vente de cet espace historique de la ville. Une centaine de personnalités du monde de l’art et de la culture se sont jointes au mouvement et ont même lancé une pétition contre l’opération de vente. Les signataires de la pétition ont également tiré la sonnette d’alarme concernant l’avenir du patrimoine culturel et historique de Meknès, notamment les salles de cinéma. Ils demandent aux responsables la transformation des cinémas de la ville en centres culturels. «Nous nous opposons à la vente et la démolition du cinéma Atlas pour empêcher le scénario catastrophe vécu suite à la démolition du cinéma Regent et du cinéma Empire», lit-on dans la pétition.


Dans ce cadre, le collectif des artistes a proposé la mise en œuvre d’un programme intégré impliquant les villes, les secteurs gouvernementaux concernés et les exploitants pour trouver les moyens de financement des projets de mise à niveau de ces établissements, qui doivent être perçus non seulement comme de simples espaces pour la projection de films, mais aussi, et surtout, en tant que lieux d’animation culturelle, de communication et de sociabilité. D’après les responsables de la ville, «étant une propriété privée non-inscrite dans la liste du patrimoine national, les propriétaires du bâtiment (du cinéma Atlas) peuvent le vendre en toute liberté». Créé en 1960, le cinéma Atlas est fermé depuis 2002. Actuellement, seuls les cinémas Camera (classé sur la liste du patrimoine national) et Dawliz sont encore en activité. Même constat pour la ville de Fès où 12 salles de cinéma sont dans un état lamentable, à l’exception du cinéma Empire, racheté et rénové par le groupe Megarama. Les regards des Fassis croisent encore ce qui reste de certaines salles de cinéma fermées, comme Rex, Astor, Bijou ou encore le cinéma Chaab. En fait, ce problème dépasse l’aspect local, puisqu’il concerne la plupart des villes où existent des salles de cinéma fermées. 

Mehdi Idrissi / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page