Maroc

Maroc-France : les attentes des Marocains de la 13e Région

Les Marocains entrepreneurs et hauts potentiels du monde suivent avec intérêt le dégel des relations franco-marocaines, et en particulier les péripéties de la visite annoncée du président français au Maroc.

 Le thermomètre des relations entre le Maroc et la France continue sa nette hausse après plusieurs mois de froid diplomatique entre Paris et Rabat. Le mercure avait plongé en septembre 2021 lorsque Paris a décidé de réduire de moitié les permis d’entrée accordés aux Marocains, arguant de la réticence du royaume à réadmettre ses ressortissants en situation irrégulière dans l’Hexagone.
Aujourd’hui, l’heure est au réchauffement d’une longue amitié entre deux Nations que tout lie ou presque. La ministre des Affaires étrangères est arrivée dans la capitale du royaume jeudi 15 pour une visite de deux jours qui s’achève donc aujourd’hui. Catherine Colonna est venue préparer le terrain au président Emmanuel Macron, attendu au Maroc en janvier. Le président français viendra mettre de l’eau sur les toutes dernières braises encore ardentes permettant ainsi aux deux économies d’amorcer une dynamique de coopération bilatérale dans plusieurs domaines. Et s’il y a une communauté en particulier qui suit de près le déplacement dans notre pays du huitième président de la Ve République française, c’est la communauté marocaine en France qui voit le Maroc comme une terre d’opportunités.
Construire ensemble
Il est attendu de ce voyage que les deux pays puissent «renforcer la coopération bilatérale, à travers notre ministère des Affaires étrangères, les organes de coopération français en l’occurrence l’Agence française de développement (AFD), de manière à créer de la valeur ajoutée économique au Maroc», souhaite le président du groupe des Marocains entrepreneurs du Monde (MeM) by CGEM (Confédération générale des entreprises du Maroc).
Pour Karim Amor «c’est quelque chose qu’on peut construire ensemble pour favoriser les échanges d’expérience et de savoir-faire entre la France et le Maroc, et faciliter l’acte d’investir des MRE au Maroc et la pénétration des entreprises marocaines en France».
Les Marocains de France et/ou du Maroc ont la capacité de favoriser les échanges entre les deux pays à condition qu’il y ait une vraie politique de coopération très active des deux bords en termes de Marocains du monde et au service de la création de la valeur économique. Et ce, qu’il s’agisse du transfert de savoir-faire ou de l’accompagnement de la CGEM des Marocains de France dans leur projet d’investir au Maroc. La vraie valeur des MRE c’est leur double culture entrepreneuriale qui doit être valorisée. Il y a beaucoup de Marocains en France qui exercent dans de grands groupes, notamment ceux du CAC40, que ce soit les banques, les assurances ou les grandes entreprises industrielles, et, de par leur position, ont la capacité de contribuer aujourd’hui au renforcement des investissements français au Maroc, ajoute Karim Amor.
Et de noter qu’ils peuvent également décider avec l’expérience qu’ils ont acquise avec les grands groupes français, de faire du co-investissement dans le cadre de la création de nouvelles filiales qui ne sont pas encore présentes au Maroc. Le volet relatif aux visas entre la France et le Maroc sera au cœur de la visite du président français courant janvier. Le sujet, qui est jusqu’ici le principal objet de la brouille diplomatique entre les deux pays, est loin des préoccupations des Marocains issus de la 13e Région.
«Nous, les Marocains entrepreneurs et hauts potentiels du monde, nous n’avons jamais ressenti de rupture (…) Nous sommes dans un paradigme essentiellement business qui nous permet d’avoir des relations régulières et permanentes», explique le président du groupe de MeM by CGEM.
Aujourd’hui, la France est le deuxième partenaire commercial du Maroc avec des échanges estimés à 10 milliards de dollars en 2021. Rappelons qu’en 2019, la France a accusé une balance commerciale déficitaire vis-à-vis du Maroc de 816 millions d’euros. Plus de 900 entreprises françaises sont installées dans le Royaume créant plus de 100.000 emplois. En revanche, les Marocains sont la deuxième plus importante nationalité non européenne présente en France.

Khadim Mbaye / Les Inspirations ÉCO

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page