Maroc

Le Maroc contre la loi américaine sur les pays «sponsors du terrorisme» 

Après les attentats du 11 septembre 2001, des États arabes ont soutenu les efforts internationaux contre le terrorisme, a rappelé le département dirigé par Mezouar./DR

Le Maroc a réagi suite à l’adoption par le Congrès des États-Unis du projet de loi «Justice contre les sponsors d’actes terroristes» (JASTA), permettant aux proches des victimes de demander des indemnisations aux pays qui «financent» le terrorisme.

Dans ce sens, le Maroc souligne que «cibler et stigmatiser des États est de nature à fragiliser les efforts internationaux, y compris américains, en matière de lutte contre le terrorisme», indique mardi le ministère des Affaires étrangères et de la coopération (MAEC).

«Les auteurs des actes terroristes doivent être rendus responsables de leurs actes abjects devant la justice. Mais en aucun cas, les actes terroristes de certains individus isolés ne peuvent être reprochés à leur pays d’appartenance, d’autant que ces individus agissent contre la sécurité et les intérêts de ce même pays», souligne le communiqué. Et de poursuivre : «On ne peut donc faire l’amalgame entre les actes imputés à des individus isolés et la responsabilité des États. Un tel amalgame reviendrait à remettre en cause toute l’histoire de l’humanité».

«Le Royaume du Maroc, qui condamne le terrorisme sous toutes ses formes et quelles qu’en soient les manifestations, s’est toujours inscrit dans la lutte de la communauté internationale contre ce fléau», indique le ministère dans un communiqué. Et d’affirmer que «l’engagement volontariste des États demeure la clé de voûte du combat international contre le terrorisme et l’extrémisme violent. Cet engagement devrait être consolidé et encouragé».

«Après les attentats du 11 septembre 2001, des États arabes, notamment de la région du Golfe, ont fait preuve d’un engagement particulièrement fort, en soutenant moralement, militairement et financièrement les efforts internationaux, y compris américains, en matière de lutte contre le terrorisme», a rappelé le département dirigé par Salaheddine Mezouar.

Le ministère des Affaires étrangères et de la coopération a ainsi affirmé que «le Maroc appelle au respect par tous des principes consacrés dans la Charte des Nations Unies. Il rappelle également le principe de l’immunité juridictionnelle des États, qui est bien établi en droit international et qui demeure essentiel à des relations internationales sereines».

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page