Maroc

Énergies renouvelables : L’UMT dénonce le deal ONEE-MASEN

Le transfert de l’ONEE vers MASEN des projets d’énergies durables, biens immobiliers et employés travaillant sur ces projets suscitent l’ire du syndicat de l’office.


La puissante Fédération nationale des travailleurs de l’énergie (FNTE), affiliée à l’Union marocaine du travail (UMT), prend position contre le transfert de l’ONEE vers la future Agence marocaine de l’énergie durable, ex-Moroccan Agency for Solar Energy (MASEN) «de tout moyen de production, qu’il soit finalisé, en cours d’achèvement ou en cours d’élaboration, qui utilise les sources de l’énergie renouvelable» (hydraulique, solaire, éolien). Le  texte prévoit également le transfert, sans contrepartie, à la nouvelle agence tous les biens immobiliers et de tous les matériels appartenant à l’ONEE et destinés aux activités de production de l’énergie électrique à partir de sources d’énergie renouvelable. Un projet de loi dans ce sens modifiant et complétant le dahir portant création de l’ONE a été adopté par le Conseil de gouvernement le 24 juin dernier.

Colère du syndicat
«Nous avons constaté, avec étonnement, la décision du gouvernement d’imposer la politique du fait accompli, ainsi que ses choix dans le secteur de l’électricité, sans consulter les partenaires sociaux», proteste la FNTE à l’issue d’une réunion urgente du bureau fédéral de cette instance tenue le 29 juin. Les représentants des travailleurs de l’ONEE s’indignent face «à la volonté du gouvernement de céder les installations, les cadres et les ouvriers de l’office sans contrepartie. Cette décision arbitraire ne prend pas en compte les droits des salariés de l’office sur ses biens, comme le stipule le statut de l’ONEE». Ce syndicat s’insurge aussi contre le nouveau statut de ses affiliés  qui ne peuvent être   «considérés comme une vulgaire marchandise».

La FNTE appelle enfin à être associée à tout ce processus: «Toute décision qui n’implique pas notre syndicat ne nous concerne pas et nous nous s’y opposerons avec la plus grande vigueur». Du côté du gouvernement, ce projet permet aux employés désireux de maintenir leurs postes au sein de l’ONEE «après accord de ce dernier et à condition que leur statut ne soit pas moins avantageux que celui dont ils bénéficiaient à la date de leur transfert, notamment en ce qui concerne les salaires, les indemnités, les primes, la couverture médicale et le système de protection sociale», précise l’Exécutif.   

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page