Maroc

Développement agricole et rural: Akhannouch visite et lance des projets à Sidi Kacem et Kénitra

Les projets de développement rural et agricole ont été, ce vendredi, au centre d’une visite de terrain du ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch, au niveau des provinces de Sidi Kacem et Kénitra.

Effectuée en présence du gouverneur de la province de Sidi Kacem, El Habib Nadir, du gouverneur de la province de Kénitra, Fouad M’Hamdi, du président de la Chambre d’agriculture de Rabat-Salé-Kénitra, Driss Radi, des professionnels du secteur, ainsi que d’une importante délégation de responsables du ministère, la visite du ministre a porté sur le suivi de projets de développement agricole et rural et le lancement de chantiers au niveau de ces deux provinces, relevant de la région de Rabat-Salé-Kénitra, dans le cadre de la stratégie « Génération Green 2020-2030 ».


Au niveau de la province de Sidi Kacem, le responsable gouvernemental a procédé, dans le cadre de l’aménagement hydro-agricole du périmètre associé au barrage Ettine, à l’inauguration de la station de pompage d’eau d’irrigation du périmètre, avant de lancer la mise en eau, au niveau d’une parcelle, d’un agriculteur proche de ladite station.

Akhannouch a, de même, visité le projet de construction et d’équipement d’un lycée à Sidi Ameur Lhadi, au niveau de la même province. S’inscrivant dans le cadre du Programme de réduction des disparités territoriales et sociales en milieu rural, ce projet bénéficiera à plus de 640 élèves et a pour objectif de rapprocher l’offre de l’enseignement secondaire aux populations rurales, améliorer les conditions de scolarité des élèves et les rendre plus attractives pour lutter contre la déperdition scolaire.

Au niveau de la province de Kénitra, la visite du ministre et de la délégation l’accompagnant a porté sur un projet de reconversion en irrigation localisée, qui concerne une superficie de 3.617 ha. S’inscrivant dans le cadre de la mise en œuvre du programme national d’économie d’eau en irrigation, ce projet devrait bénéficier à près de 1.145 exploitants et permettra, notamment, d’améliorer les rendements de la production végétale de 26%, de réaliser une économie d’eau d’irrigation de 30% et d’augmenter la valeur ajoutée de 14.180 DH/ha à 30.000 DH/ha.

Dans le cadre de l’innovation d’une nouvelle génération de mécanismes d’accompagnement, le ministre a lancé une première expérience de paiement en ligne des redevances d’eau d’irrigation, en partenariat avec le Crédit Agricole du Maroc, au profit de 29.000 clients de l’l’Office régional de mise en valeur agricole du Gharb (ORMVA). Ce service est à même de faciliter aux agriculteurs le processus de paiement, en leur évitant les déplacements.

En outre, la délégation a assisté à une démonstration de traitement des cultures par drone. Ce dernier permet, notamment, le traitement des champs à accès difficiles, le diagnostic de l’état sanitaire des cultures, la gestion des assolements, le contrôle et la gestion de l’irrigation.

Dans une déclaration à la presse au terme de cette visite, Akhannouch a souligné l’importance que revêtent ces projets de développement pour les populations des deux provinces concernées, mettant en avant les investissements conséquents réalisés dans le domaine de l’eau et de l’irrigation.

Elément clé de la stratégie nationale « Génération Green », les nouvelles technologies jouent un rôle majeur dans le développement de l’activité agricole, a soutenu le responsable gouvernemental, citant notamment le paiement électronique des redevances et l’utilisation des drones dans le domaine agricole.

L’aménagement hydro-agricole du périmètre associé au barrage Ettine devrait permettre l’accès de 61% des agriculteurs du périmètre à la classe moyenne à l’horizon 2026, s’est-il félicité, précisant que les projets et chantiers visités s’inscrivent dans le cadre de la stratégie Génération Green, lancée par le roi Mohammed VI.

De son côté, le directeur régional de l’agriculture de Rabat-Salé-Kénitra, Aziz Bellouti a expliqué que les projets en question contribueront à l’amélioration des revenus des agriculteurs et apporteront une réelle valeur ajoutée à l’activité agricole, notant qu’ils auront un impact significatif en matière d’économie d’eau.

S’agissant de l’impact socio-économique du projet d’aménagement hydro-agricole du périmètre associé au barrage Ettine, Bellouti a relevé que le projet permettra la création de 28.000 journées de travail supplémentaires et la multiplication par 4 de la valeur ajoutée et du revenu net, qui passeront respectivement, de 8.000 DH/ha à 32.000 DH/ha et de 6.000 DH/ha à 26.000 DH/ha.

Pour sa part, Abbes Kaili, ingénieur docteur en aérospatial et responsable du projet de traitement des cultures par drone, a expliqué que grâce à ses spécificités, cette technologie permet de contrôler l’utilisation des produits chimiques et préserver l’environnement.

Elle offre, également, une protection des utilisateurs, puisqu’elle fonctionne de manière automatique et autonome avec un minimum de contact avec l’agriculteur, a-t-il renchéri, ajoutant qu’elle permet un accès aux parcelles difficiles, quelles que soient les conditions météorologiques et respecte les cultures, contrairement aux engins et aux tracteurs.

Par ailleurs, trois conventions ont été signées en marge de la visite, dont une portant sur un partenariat dans le domaine de l’agriculture de précision, pour le développement d’une agriculture digitale et de précision pour la filière riz au niveau de la région Rabat-Salé-Kénitra. Elle a été conclue entre la Fédération nationale interprofessionnelle du riz, la société Moroccan Industry Services & Engineering, l’Institut national de la recherche agronomique et la direction régionale d’Agriculture de Rabat-Salé-Kénitra.

La seconde convention, qui prévoit la mise en œuvre d’un programme de préservation et de développement de la race Blonde d’Oulmès Zaer, lie le département de l’Agriculture et la Fédération marocaine des éleveurs de la race bovine d’Oulmes Zaer (Fmerboz).

La troisième convention est, quant à elle, relative à la déclinaison régionale du programme national de constitution de coopératives agricoles nouvelle génération. Elle a été conclue entre l’Office national du conseil agricole, la Direction régionale de l’agriculture de Rabat-Salé-Kénitra et l’Office de développement de la coopération (ODCO).

Il s’agit, au titre de cette dernière convention, de faire passer ces coopératives du modèle classique, vers un modèle dit « Business » pour les transformer en vraies entreprises productives, autonomes et performantes.

A.R.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page