Maroc

Artisanat : La poterie en difficulté

Le village artisanal Benjellik peine à atteindre ses objectifs. La route qui mène à Benjellik, se trouve dans un état très dégradé car les artisans ne disposent d’aucun moyen de transport collectif pour rejoindre leur lieu de travail.


Le village artisanal Benjellik dédié aux métiers de la poterie peine à atteindre les objectifs tracés lors de sa création, à savoir organiser et développer la filière pour mettre fin aux activités polluantes, ainsi qu’améliorer les conditions de travail  des artisans. Lors de la dernière assemblée de la Chambre régionale de l’artisanat de la région de Fès-Meknès, organisée récemment à Fès, Abdelemalek Al Boutayne, son président a mis l’accent sur l’importance de développer cette zone qui a nécessité un investissement de 35,5 MDH, dont 10,5 MDH pour le réaménagement de la route. Ce dernier a été initié par la coopérative «Les patrons de la poterie à Fès». Le maître d’ouvrage étant le groupe Al Omran Fès. La route qui mène au quartier Benjellik, qui est située en dehors du périmètre urbain, se trouve dans un état très dégradé, aussi les artisans ne disposent d’aucun moyen de transport collectif pour rejoindre leur lieu de travail. Pour remédier à ce problème, les membres de la chambre ont réussi à mobiliser, en partenariat avec la commune de Sidi Harazem, une enveloppe de 3MDH pour la construction d’une nouvelle route (2,1 km) qui va lier le village artisanal Benjellik avec la route nationale numéro 6 Fès-Taza, ainsi que la réhabilitation de la route actuelle. Plusieurs mois après sa validation, ce projet n’arrive toujours pas à décoller à cause d’une procédure d’expropriation.

Sur un autre registre et dans le cadre de la continuité des travaux d’extension du village artisanal Benjellik, pour accueillir des nouvelles unités dédiées à la poterie et un espace dédié à l’habitat pour les artisans, certains responsables à la chambre ont confié aux Inspirations ÉCO que ce projet affiche un déficit estimé à 4 MDH, lesquels sont nécessaires pour la finalisation du projet. Il est à préciser que la ville de Fès abrite près de 250 unités de poterie et zellige dans le village artisanal Benjellik, ainsi, celle-ci offre plus de 8.500 postes d’emploi directs et indirects. Il est à noter aussi que la ville de Fès bénéficie d’une spécificité à l’échelle nationale et internationale, puisque c’est la seule ville qui dispose d’une matière argileuse sèche permettant la production d’un zellige artisanal coloré à petits carreaux. En effet, cette autonomie en argile est aujourd’hui menacée car depuis 2010, les artisans de la ville souffrent de la rareté d’une matière première de qualité car la carrière qui a été exploitée et relève du ministère des Habous et des Affaires islamiques a été fermée suite à un incident. Depuis, les produits issus de la ville de Fès trouvent difficilement leurs places sur le marché. Actuellement, seulement 9 sur les 242 unités qui s’étaient installées dans le village artisanal Benjellik continuent d’exercer leurs activités.   

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page